Nos chers voisins

Je vis en Espagne. Il y a certaines choses que j’aime beaucoup. Comme le climat et… J’ai du mal à trouver autre chose aujourd’hui, à vrai dire. Mais il y a d’autres choses que j’aime beaucoup moins, et je pourrais en dresser une liste un peu plus longue. Je m’en tiendrai aux voisins cependant. Mes chers voisins. Il y a ceux qui fument dans les couloirs de l’immeuble, l’acteur sans travail qui joue de la guitare à longueur de journée en chantant très mal et toujours la même chose (mais ouf, il a enfin déménagé), les personnes âgées un peu dures de la feuille qui tiennent des réunions dans les couloirs et parlent très fort, et il y a les voisins du dessus qui n’ont pas l’air d’avoir conscience d’avoir des voisins en dessous (ou qui s’en moquent éperdument) et qui déménagent leurs meubles tous les soirs vers minuit et tous les matins vers six heures. Que font-ils exactement ? Mystère. Mais en tout cas, ça fait beaucoup de bruit et c’est terriblement horripilant ! Du coup, je dors avec des écouteurs dans les oreilles, ça atténue le bruit. Je sais qu’il y a beaucoup de personnes qui comprennent mon irritation car tous les gens que je connais qui vivent ou ont vécu en immeuble ont subi des nuisances de voisinage. Partager nos histoires nous amuse et nous réconforte dans le fait que nous ne sommes pas seuls dans cette situation. J’essaie de me consoler en me disant que j’ai de la chance que ma voisine du dessus ne porte pas de talons hauts et qu’aucun de mes voisins n’ait de chien qui aboie nuit et jour. Et je rêve du jour où je pourrai vivre dans une maison, sans voisins du dessus !

Cela me détend aussi beaucoup de lire cette compilation de petits messages entre voisins. Je la partage toujours avec mes élèves quand nous abordons ce thème. Rires assurés !

 

Scroll to Top