DALF C1 – La synthèse

Personnellement, j’ai un problème avec cet exercice de la PE. Pas parce que je ne sais pas le faire moi-même, mais parce que je trouve que c’est un exercice qui n’est pas adapté à l’évaluation d’une langue étrangère. On demande à des étudiants étrangers de faire un exercice qui évalue bien plus que leur compétences linguistiques et que nombre de locuteurs natifs auraient bien du mal à produire eux-mêmes pour obtenir le maximum de points. Je trouve donc cette épreuve un peu injuste, et bien plus difficile que l’écrit de C1 en anglais, mais malheureusement, en attendant une réforme, si vous décidez de passer le DALF C1, il faudra écrire une synthèse et donc bien comprendre ce qu’on attend de vous à l’examen. Ceci étant dit, si vous passez le C1 car vous voulez étudier dans une université française, savoir rédiger une synthèse vous sera très utile. Vous devrez maîtriser les codes du français écrit car vos études seront plus faciles et moins frustrantes ainsi. 

L’exercice de synthèse consiste donc à extraire les informations les plus importantes de deux ou trois documents qui traitent d’un thème commun et de les reformuler avec vos propres mots dans un texte organisé et cohérent, en un nombre de mots limité.

Le site du ciep propose deux exemples de DALF C1 ici. Les articles proposés datent un peu (beaucoup), mais on peut observer un sujet de synthèse sur les droits des animaux (2 articles – lettres et sciences humaines), et un autre sur l’eau sur la planète Mars (3 articles – sciences).

Il existe des livres spécialement conçus pour la préparation du DALF, dans lesquels on peut trouver des sujets de synthèses plus récents. Il est primordial d’en faire quelques-unes avant de se présenter à l’examen. Même si vous êtes confiant et persuadé que vous savez bien écrire. Il ne suffit pas de savoir bien écrire pour la synthèse. Il faut maîtriser la méthodologie !

Tout d’abord, il faut lire les textes et trouver le thème commun. Puis il faut relever les idées essentielles de chaque texte, qu’il faudra ensuite reformuler et organiser tout en restant objectif. Il est essentiel de ne pas donner son avis  et de conserver un ton neutre. On ne rajoute pas d’éléments. 

On peut procéder en faisant un tableau dans lequel on note les idées essentielles de chaque texte et on compare ce qu’on a trouvé. Vous allez peut-être trouver des idées communes et des idées qui divergent. A partir de ce tableau, vous faites votre propre plan. En introduction vous pouvez avoir quelque chose comme ça : 

  • Deux journalistes du Monde et du Figaro abordent le thème des smartphones à l’école dans deux articles datant de 2017. Faut-il les interdire ou les autoriser en contrôlant leur usage ?

Ensuite, selon ce que disent les articles, selon les convergences et les divergences que vous avez observées, les études mentionnées dans les articles, vous préparez un plan en deux ou trois parties. Chaque partie contient une idée essentielle et des connecteurs logiques. Vous devez être concis et précis et ne pas recopier des phrases entières des textes. A la fin de votre texte, vous indiquez le nombre de mots. Il est essentiel d’être dans la fourchette (200 à 240 mots).

Je pars toujours du principe que les étudiants qui se présentent au C1 ont le niveau linguistique, c’est-à-dire qu’ils sont à l’aise avec la grammaire et ont un vocabulaire étendu. Sinon, il vaut mieux prendre le temps avant de se présenter. Si vous avez les compétences linguistiques, il vous faut pratiquer l’exercice de la synthèse plusieurs fois avant l’examen pour acquérir les automatismes nécessaires. Quand on a compris comment procéder, ce n’est pas si difficile que ça en fait, mais il est possible que ce soit un exercice que vous n’ayez jamais fait auparavant et dans ce cas, il faut absolument s’y préparer. Plus on en fait, plus cela devient facile. 

Leave a Reply