Parler d’argent

Dans l’article sur les jeux à gratter dont j’ai parlé il y a trois jours, nous avions un synonyme familier du mot argent : le blé. En connaissez-vous d’autres ?

Si vous suivez les actualités françaises, vous avez peut-être entendu parler d’une phrase prononcée par Macron il y a quelques mois, dans laquelle il parlait du pognon de dingue (= beaucoup d’argent) dépensé en aides sociales. Cette sortie du président français avait fait couler beaucoup d’encre et provoqué de nombreuses critiques en France.

Le pognon, tout comme le blé, fait partie du registre familier. Nous avons beaucoup de synonymes dans le même registre. Personnellement, j’utilise le fric et la thune. Parfois je parle de sous (masculin pluriel). D’autres parlent de flouze (masculin), de maille (féminin), d’oseille (féminin), de fraîche (féminin), de pépètes (féminin pluriel), de pèze (masculin), etc. La nouvelle génération emploie probablement des mots dont je n’ai pas conscience. 

Quand on n’a pas d’argent, on peut dire qu’on est fauché (comme les blés) ou encore qu’on n’a pas un radis ou qu’on est à sec. Il m’est aussi arrivé de dire que je n’avais pas un rond. On reste ici encore dans le registre familier. 

Nous avons aussi beaucoup de vocabulaire faisant référence à l’argent dans les registres courant et soutenu.

  • Quand on travaille, on touche un salaire. On peut aussi parler de rémunération ou de revenu. L’impôt que l’on paie sur son salaire s’appelle l’impôt sur le revenu. On parle aussi de paye (ou paie – les deux orthographes sont autorisées). Quand on est salarié d’une entreprise, on reçoit généralement sa paye à la fin du mois et on peut voir en détails quels sont les charges diverses associées à notre salaire sur une fiche de paye. Le jour de paye est en général très attendu des employés. 
  • Les personnes exerçant une profession libérale (médecin, avocat, notaire, etc) touchent des honoraires tandis que les acteurs touchent un cachet. Les actionnaires d’une entreprise reçoivent des dividendes. Autrefois, les domestiques touchaient des gages (= c’est un mot que l’on retrouve dans la littérature, mais que l’on n’utilise plus.) Si vous avez de la chance, votre employeur vous versera peut-être une prime à Noël. 
  • Si vous êtes locataire, vous devez payer un loyer. Vous avez probablement dû payer une caution à votre propriétaire avant d’emménager. Si vous êtes propriétaire, vous avez peut-être acheté votre maison grâce à un prêt bancaire. En tout cas, vous devez sûrement payer des factures tous les mois, d’eau, d’électricité, de téléphone, etc.
  • Les étudiants qui n’ont pas les moyens de subvenir à leurs besoins peuvent demander une bourse
  • En cas de divorce, un des parents verse habituellement une pension alimentaire au parent qui a la garde des enfants. S’il refuse de payer alors que le juge le lui a ordonné, l’autre parent peut demander des dommages et intérêts (il me semble).
  • Au restaurant, vous devez payer l’addition avant de partir et si vous avez apprécié le service, les serveurs apprécieront un pourboire. Il n’est pas obligatoire en France car le service est supposé être inclus dans le prix. Je ne sais pas, toutefois, si l’on peut demander une réduction en cas de service grossier et désagréable…
  • Quand j’étais petite, tous les ans, en fin d’année, les pompiers et le facteur faisaient la tournée des maisons des communes dans lesquelles ils travaillaient pour vendre leurs calendriers et chercher leurs étrennes. Il n’y avait pas de prix fixe. Les habitants leur donnaient une somme d’argent qu’ils pouvaient se permettre pour les remercier de leurs services. Je ne sais pas si cela se fait encore, il faudra que je me renseigne. Habituellement, les concierges reçoivent aussi des étrennes en fin d’année de la part des habitants de leur immeuble.  

Cela fait beaucoup de vocabulaire pour un seul post, et il y en a encore énormément dans le champ lexical de l’argent ! En France, on n’aime pas parler d’argent. On a pourtant beaucoup de mots pour en parler !

Leave a Reply