Les consonnes de liaison

Quand on commence à apprendre le français, on apprend qu’il faut parfois faire la liaison entre un mot et un autre, c’est-à-dire qu’on doit ajouter un son entre deux mots pour les relier. Si l’on prononce les deux mots indépendamment l’un de l’autre, on n’entend pas ce son. Mais si on les prononce ensemble, on l’entend. Parfois, la liaison est obligatoire. D’autres fois, elle est facultative. 

En début d’apprentissage, il est commun de passer par une phase durant laquelle on veut faire des liaisons à tout bout de champ. On voit un mot qui se termine avec une consonne, le suivant qui commence avec une voyelle et bam, on fait une liaison. Petit à petit, on apprend que certaines liaisons sont interdites. 

Puis, quand on a étudié à peu près toutes les règles des liaisons au cours de nos années d’apprentissage, on fait beaucoup moins d’erreurs. Mais tous mes étudiants font de temps à autre une petite erreur de liaison par-ci par-là. Soit ils l’oublient, soit ils se trompent de son. 

La consonne de liaison la plus fréquente est le [z] : les amis, deux enfants, chez elle. Puis, vient le [t] : son petit ami, un grand ami. Evidemment, nous avons le [n] : un étudiant. Moins fréquemment, on fait la liaison avec le [ʁ] : laisser un message (liaison facultative), avec le [p] j’ai beaucoup appris (liaison facultative) et avec le [g] : un long été.

Comment prononcez-vous les phrases suivantes ?

  • Vous êtes trop aimable.
  • Je l’ai rencontré quelques années plus tôt.
  • On a vu six éléphants dans un parc.
  • Il n’y en avait plus.
  • Entend-elle ce que je dis ?
  • Il passe ton temps à manger en cachette.
  • Il est neuf heures en Argentine. 

Leave a Reply