Exprimer la concession

Après l’opposition la semaine dernière, je vais maintenant parler de la concession et de divers connecteurs qui l’exprime. Mais et pourtant, c’est bien, mais il y a de nombreux autres connecteurs que l’on préférerait entendre et lire dans vos PO et PE du DELF et du DALF.

Voici donc une situation : Lucas est beau. Il ne me plaît pas.

Comment pourriez-vous connecter ces deux idées ? Voici quelques exemples :

  • Lucas est beau mais il ne me plaît pas.
  • Lucas est beau. Pourtant, il ne me plaît pas.
  • Lucas est beau. Cependant, il ne me plaît pas.
  • Lucas est beau. Toutefois, il ne me plaît pas.
  • Lucas est beau. Néanmoins, il ne me plaît pas.
  • Bien que Lucas soit beau, il ne me plaît pas.
  • Quoique Lucas soit beau, il ne me plaît pas.
  • Tout beau qu’il soit, Lucas ne me plaît pas.
  • Même s’il est beau, Lucas ne me plaît pas.
  • Malgré sa beauté, Lucas ne me plaît pas.
  • En dépit de sa beauté, Lucas ne me plaît pas.
  • Lucas, par ailleurs très beau, ne me plaît pas.
  • Lucas est beau. Or, il ne me plaît pas.
  • Lucas est beau. Il n’en reste pas moins qu’il ne me plaît pas.
  • Lucas est beau. Il n’empêche qu’il ne me plaît pas.
  • Lucas a beau être très beau, il ne me plaît pas.

En modifiant un peu, on pourrait aussi dire :

  • Quand bien même Lucas serait le seul homme disponible aux alentours, je ne sortirais pas avec lui.
  • Quoi que les autres en pensent, Lucas ne me plaît pas.

Utilisez-vous toutes ces structures ? Savez-vous quand utiliser l’indicatif, le subjonctif, un verbe, un nom ?

Efforcez-vous de varier vos connecteurs quand vous vous préparez aux examens. Il y en a certainement qui vous plairont plus que d’autres et ce n’est pas un problème, mais assurez-vous de ne pas utiliser toujours les mêmes et de ne pas vous limiter à mais et pourtant.

Leave a Reply