Fin de l’année

Ça y est, l’année est presque terminée et comme toujours, je m’en réjouis. Je ne suis pas fan des fêtes de fin d’année et de tout ce qui va avec (la surconsommation, les obligations, les chansons de Noël en boucle au supermarché, etc.) mais je dois dire qu’être au soleil à cette période de l’année rend tout beaucoup plus agréable, surtout que je n’ai moi-même aucune obligation !

2023 a été une année fantastique pour moi. La meilleure année de ma vie jusqu’ici. Une année pleine de transformations et de magie. Et de chats. 😊

J’ai commencé l’année à Bangkok, je la termine à Phuket. J’avais 2 chats, maintenant j’en ai 6 (le statut de 2 d’entre elles est encore indéterminé, mais je les aime tellement qu’il est fort possible qu’elles restent). Je travaillais non-stop, j’ai maintenant plein de temps pour faire d’autres choses (ce qui me fait aborder le travail avec plus de légèreté et de joie), j’étais anxieuse, je suis maintenant hyper détendue, je faisais un certain poids, je fais maintenant 10 kilos de moins, j’avais un cycle menstruel hyper douloureux et compliqué qui avait un énorme impact sur mon corps et ma santé mentale, les douleurs ont maintenant disparu et même si j’ai aujourd’hui mes 15e règles de l’année et des crampes assez désagréables, je suis tellement heureuse de ne plus souffrir constamment et de vivre dans l’inconfort permanent. Certaines femmes ont moins de règles dans l’année, mais elles les ont pour une semaine ou plus. Moi, je les ai plus souvent, mais elles durent seulement deux jours. Et maintenant, j’ai seulement des crampes le premier jour et c’est tout ! Le reste du temps, je n’y pense même plus. En début d’année, j’avais du mal à me concentrer pour lire et depuis le mois de juillet, je dévore livre après livre. Je ne lisais que des livres féministes, antiracistes, sur les droits des personnes LGBTQIA+, etc., et maintenant, j’en lis encore occasionnellement, mais pas que. Je me suis remise un peu à la fiction et surtout, je lis des livres spirituels. Je suivais les news religieusement et j’étais au courant de tout ce qui se passait dans le monde. Et j’étais constamment révoltée et en colère. Plus maintenant. Je sais toujours plus ou moins ce qui se passe dans le monde, mais je ne veux plus participer. Je ne veux plus partager les mauvaises nouvelles du monde et contribuer à répandre de l’énergie négative. Je ne veux plus être en colère contre des choses que je ne peux pas changer. Je pense toujours que le monde est triste et injuste, et je serai toujours du côté des opprimé.e.s. Je pense toujours également que la France est un pays sexiste, raciste, homophobe, grossophobe, hyper conservateur, et les actualités le confirment sans cesse, mais à chacun.e d’en faire sa propre expérience s’iel le souhaite.

Récemment, sur Instagram, une personne que je ne connais pas m’a envoyé un message pour me reprocher de ne pas parler du conflit actuel au Moyen-Orient, disant au passage qu’elle remettait en question mon féminisme. J’ai trouvé ça un peu drôle, et aussi un peu triste. Je lui ai répondu indirectement en story pour lui expliquer entre autres que je n’étais pas une agence de presse. Je n’ai rien à dire sur ce conflit, plus que sur les autres. J’ai du mal à comprendre pourquoi les gens s’indignent autant de ce qui s’y passe, alors qu’ils ne réagissent pas à ce qui se passe au Congo depuis des décennies, au Yémen, en Syrie, en Lybie, au Myanmar, etc. Des vies innocentes sont victimes de la bêtise humaine partout dans le monde, tous les jours, mais certaines personnes semblent donner plus de valeur à certaines vies qu’à d’autres. Mon cerveau ne comprend pas la logique. Pourquoi la vie des femmes congolaises semble avoir si peu d’importance aux yeux du monde, alors que la planète entière se mobilise pour les femmes palestiniennes ou israéliennes, selon dans quel camp on se place ? N’ont-elles pas toutes la même valeur ? Ou est-ce que quand les gens se sentent touchés personnellement, ils réagissent, veulent que tout le monde réagisse, et sont outrés si qui que ce soit ne réagit pas, sans se rendre compte qu’eux-mêmes ne réagissent pas aux horreurs similaires qui touchent des peuples auxquels ils ne se sentent pas connectés.  Personnellement, la guerre me dégoute, la politique me dégoute, la plupart des politicien·ne·s me dégoutent, les injustices me dégoutent, la plupart des médias me dégoutent, et mon cœur a mal quand je pense à toutes ces personnes innocentes qui perdent la vie au nom de je ne sais trop quoi, et pour moi, ça n’a aucune importance d’où elles viennent, de quelle couleur ou religion elles sont, c’est juste extrêmement tragique. J’ai mal pour toutes les femmes contre lesquelles le viol est utilisé comme arme de guerre, qu’elles soient palestiniennes, israéliennes, congolaises, birmanes, yéménites, soudanaises, iraniennes, afghanes, etc. Mais ça changerait quoi que j’en parle ?

J’en ai beaucoup parlé, je me suis beaucoup révoltée, et au final, pour quoi ? Beaucoup d’autres en parlent, et souvent mieux que moi. Je suis une toute petite personne sans influence sur les évènements mondiaux. Mais je peux avoir une toute petite influence sur le monde qui m’entoure directement. Je peux aider les chats et les chiens errants. Je peux faire du volontariat pour des associations qui sauvent les animaux ou nettoient les plages. Je peux refuser de participer à la cruauté animale en étant végane. Je peux être présente pour les gens que je connais et ceux que je rencontre. Je peux maintenant offrir du reiki à qui est intéressé.e. Je peux faire beaucoup de choses, mais à mon échelle, pas à l’échelle du monde !

Je prends maintenant beaucoup de temps pour moi, sans aucune culpabilité, et c’est vrai ce qu’on m’avait dit ! Plus on s’occupe de soi, mieux on va, et plus on a d’énergie pour les autres ! Bon, depuis que j’ai fait mon cours de reiki 2, j’évite un peu les gens, et à part mon mari et mes chats, les seules personnes que je vois régulièrement sont mes étudiant·e·s, et ça me va très bien. J’ai ressenti un immense besoin de protéger mon énergie ces 2 derniers mois, mais je vais réémerger bientôt. J’ai pratiqué le reiki en personne sur 3 personnes cette semaine, dont une enfant sur qui j’avais déjà pratiqué et qui avait tellement aimé la session qu’elle voulait en faire une autre ! J’ai aussi pratiqué sur une femme que je ne connaissais pas et qui m’a dit ensuite que la session lui avait fait beaucoup de bien et lui avait apporté plus de clarté. Qu’elle n’avait plus l’impression que ses rêves étaient impossibles. Et moi, d’entendre ça, ça me remplit de joie ! En plus, il y a eu toute une série de synchronismes avec elle et ça renforce tout ce que je crois maintenant. La magie est partout autour de nous. Et quand on commence à la voir et à la ressentir, on n’arrête plus !

Pour celleux d’entre vous qui ont un penchant pour la spiritualité, ou juste un peu de curiosité, voici une petite liste de livres que j’ai lus cette année que j’ai trouvés vraiment utiles et inspirants (tous en anglais) :

  • The Law of Attraction, The Basic Teachings of Abraham, Esther and Jerry Hicks
  • A New Earth, Eckhart Tolle
  • Conversations with God (books 1, 2, 3), Neale Donald Walsch
  • You Can Heal your Life, Louise Hay
  • The Power is Within You, Louise Hay
  • The Untethered Soul, Michael A Singer
  • Eastern Body, Western Mind, Anodea Judith
  • Living in the Light, Shakti Gawain
  • Outrageous Openness, Tosha Silver (recommandé par une de mes étudiantes, je l’ai adoré)
  • What if this is Heaven? Anita Moorjani
  • Manifest, Roxie Nafousi
  • Three Waves of Volunteers and the New Earth, Dolores Cannon
  • Many Lives, Many Masters, Dr Brian Weiss
  • The Four Agreements, Don Miguel Ruiz
  • Light is the New Black, Rebecca Campbell
  • The Celestine Prophecy, James Redfield

Je ne sais pas s’il existe de tels livres en français. J’en ai cherché, mais je n’ai rien trouvé. Les quelques livres un peu spirituels que j’ai lus en français n’étaient pas super profonds. Plutôt basiques. Mais si vous en connaissez, partagez s’il vous plait !

Je finis donc l’année avec des crampes et la nausée, mais aussi avec énormément de reconnaissance pour tout ce que la vie m’a donné cette année, toutes les rencontres merveilleuses que j’ai faites, tous les moments magiques que j’ai vécus, les rêves que j’ai accomplis (vivre sur une ile tropicale était sur ma liste depuis à peu près toujours !), mon mari, mes chats, mes ami·e·s, mes étudiant·e·s, ma bonne santé (à priori)… J’aime la vie plus que jamais et je vous souhaite à tou·te·s la même chose !

Je ne sais pas ce que 2024 me réserve. Je suis curieuse et plutôt optimiste. Je vais continuer à enseigner le français du lundi au mercredi, je vais pratiquer plus de reiki, je vais méditer encore plus, passer du temps dans la nature, je vais continuer à étudier le tarot pour développer mon intuition et mes compétences, je vais continuer à étudier le thaï et le japonais, je vais continuer à sauver des chats mais je vais arrêter d’en prendre chez moi pour l’instant, parce qu’il semblerait qu’une fois que j’accueille un chat, je sois incapable de m’en séparer. Et 6, c’est déjà beaucoup ! Mais j’ai dans l’idée d’ouvrir un sanctuaire pour chats dans un futur pas trop lointain, alors on verra ! Je pense que je vais beaucoup lire et passer beaucoup de temps à étudier, tout en essayant de pratiquer le plus possible. Je vais continuer à travailler sur moi, parce que même si je vais mieux que jamais et que je n’ai jamais autant aimé la vie, je reste humaine, et y a encore du boulot ! Je ne prends jamais de résolutions pour le nouvel an, mais quelque chose sur quoi je veux absolument continuer à travailler, c’est la gestion de mes émotions. J’ai beaucoup progressé, mais il y a encore des moments où je m’énerve contre mon mari parce qu’il a pas nettoyé un truc. Je pourrais lui dire calmement, mais parfois, je me mets en rage d’un seul coup, pour un truc aussi con que des miettes. C’est comme s’il y avait un conflit intérieur entre la féministe radicale que je suis et la personne hyper zen que j’aspire à être ! Il faut que je trouve comment concilier les deux !

Je ne vais pas sortir ce soir, les célébrations du nouvel an, le bruit, la foule, très peu pour moi, mais j’espère que ce sera pas trop le bordel dehors et que je pourrai dormir avant minuit. Et que les chats ne seront pas trop dérangés par les feux d’artifices, s’il y en a dans le quartier. Au moins, ils sont à l’intérieur et ils pourront se cacher sous les meubles si besoin.

Je vous souhaite à tou·te·s beaucoup de joie et de bonheur. Prenez soin de vous, prenez du temps pour vous, soyez la personne la plus importante de votre vie, faites ce qui vous apporte réellement de la joie, ne passez pas à côté de votre vie parce que vous pensez que vous devez faire ceci ou cela. Faites en sorte que chaque jour, il y ait de la joie dans votre vie. Osez être vous. Osez dire oui à ce que vous voulez vraiment et non à ce que vous ne voulez pas vraiment. Agissez par amour, pas par peur. Entamez un travail sur vous si ce n’est pas déjà fait, c’est l’une des meilleures décisions que vous prendrez de votre vie ! Quand on va bien, on répand de l’amour autour de soi, et je crois sincèrement que c’est ainsi que l’on peut changer le monde. Si on allait tou·te·s bien, on n’aurait pas besoin de faire du mal aux autres. Je sais qu’il y a plein de gens qui pensent que c’est concon de penser comme ça, mais je sais aussi qu’il y a de plus en plus de gens qui croient au pouvoir de la gentillesse et de l’amour et qui sont persuadés qu’il y a plus que ce que l’on voit et pense savoir dans ce monde. Oui, il y a toutes sortes d’horreurs, mais on peut essayer à notre niveau de créer une réalité différente. On a ce pouvoir, et souvent, on oublie ça. Nous ne sommes pas tou·te·s fait·e·s pour devenir militant·e·s activistes. Il y a plein d’autres façons de faire du bien au monde. Faites ce qui a du sens pour vous. Et si vous n’avez envie de rien faire, c’est valable aussi. Vous pouvez juste être. Soyez vous, pas ce que vous pensez devoir être, pas ce que les autres pensent que vous devriez être, ou ce que vous pensez que les autres pensent que vous devriez être. Qui êtes-vous, qui avez-vous envie d’être, s’il n’y a aucun obstacle, aucune limite, et que toutes les possibilités sont ouvertes ?

Scroll to Top