Rectification orthographique : les mots composés d’éléments savants

C’est la règle A3 du Grand vadémécum de l’orthographe moderne recommandée : comme pour les règles A1 et A2, il n’y a plus de trait d’union.

Quand on parle d’éléments savants, on parle de ces préfixes (se terminant en majorité par o, mais pas que) tels que : agro, auto, électro, socio, hydro, néo, anti, etc. Un élément savant ne constitue pas un mot autonome. Il doit être associé à un mot pour former un mot. Est-ce clair ? 🤔 Exemples à suivre !

Avant la réforme de l’orthographe, on écrivait auto-évaluation, agro-alimentaire, néo-libéral, télé-conférence, mini-jupe, anti-bactérien, etc.

Depuis la réforme, il n’est plus nécessaire de mettre un trait d’union. On écrira donc : autoévaluation, agroalimentaire, néolibéral, téléconférence, minijupe, antibactérien.

À noter que l’on garde le trait d’union dans les mots pour lesquels la soudure nous forcerait à mal prononcer le mot. Si le deuxième mot commence par un i ou un u par exemple, et que le mot savant se termine par un o, on devra prononcer oi /wa/ et ou /u/ s’il n’y a pas de trait d’union. On continue donc à écrire bio-industrie et socio-ingénierie, entre autres, pour respecter la prononciation.

À noter également que l’on garde le trait d’union quand il sert à marquer une relation de coordination entre deux termes désignant des noms propres ou géographiques, comme franco-vietnamien, anglo-américain, russo-turc, etc.

Mon cœur mon amour

J’ai dû écouter beaucoup de musique qui date un peu dernièrement car YouTube m’a suggéré cette chanson cette semaine. Je ne l’avais pas écoutée depuis des années mais elle me fait toujours autant rigoler.

Elle contient surement du vocabulaire que vous ne connaissez pas. Par exemple, dans l’ordre de la chanson :

  • dégouliner
  • se faire des mamours
  • donner la becquée
  • donner la gerbe
  • ça me laisse le cul par terre
  • la mièvrerie
  • éclater son forfait
  • tout court

Connaissez-vous Panpan, Polochon et Eurêka ?

Vous savez certainement que se joue dans les salles en ce moment le film Aladdin. J’ai tellement aimé le dessin animé sorti en 1992 que je n’ai pas vraiment envie d’aller voir le film. Et pourtant, j’aime Will Smith. Mais après avoir vu la bande-annonce, j’ai eu l’impression que c’était exactement comme le dessin animé, avec les chansons et tout et tout. Et j’ai tellement regardé le dessin animé que je ne vois pas l’intérêt d’aller voir le film, même si on m’en a dit du bien.

Une de mes étudiantes m’en a parlé et je lui demandé si elle connaissait les chansons en français, mais évidemment que non. Qui les connait à part les francophones qui regardent les versions doublées en français ? Quand j’étais ado, je jouais aussi à Aladdin en jeu vidéo, dans lequel on entendait les mélodies des chansons et donc, j’ai beaucoup fredonné, chanté ou eu dans la tête la bande originale du dessin animé. Je peux vous chanter Ce rêve bleu à tue-tête sans préparation. Mal, mais je connais les paroles. Je ne les connais pas en anglais par contre. Je parle bien sûr de la chanson A whole new world. Je dis bien sûr, mais en fait, ce n’est pas évident, car la traduction n’est pas tout à fait exacte. Comment on passe de a whole new world à ce rêve bleu n’est pas très clair pour moi. On retrouve le même phénomène avec de nombreux titres de films traduits en français n’ayant rien à voir avec le titre original.

Et si on reste dans le monde de Disney, il y a certains personnages que je suis certaine que vous connaissez en anglais, mais si je vous donne leur nom français, vous ne saurez pas de qui je parle : Panpan ? Polochon ? Eurêka ? Monsieur Mouche ? Dame Gertrude ? Triste Sire ?

  • Panpan est le lapin, ami de Bambi, que vous connaissez sous le nom de Thumper en anglais. Pan pan est aussi l’onomatopée pour un coup de pistolet.
  • Polochon est le poisson, ami d’Ariel la petite sirène, que vous appelez Flounder en anglais. Un polochon, c’est un traversin. Si vous ne savez pas ce que c’est, c’est un oreiller en forme de boudin qui prend toute la largeur du lit. Rien à voir avec un poisson ou l’eau.
  • Eurêka est aussi un copain de la petite sirène. C’est la mouette qui pense connaître le monde des humains mais qui dit n’importe quoi. En anglais, il s’appelle Scuttle. Eurêka est le même mot qu’en anglais et donc une interjection pour exprimer qu’on a découvert ou compris quelque chose.
  • Monsieur Mouche est l’acolyte du Capitaine Crochet (Hook) dans Peter Pan. Smee en anglais. Une mouche est un insecte.
  • Dame Gertrude est l’amie de Belle Marianne dans Robin des Bois. Marianne et Robin dont des renards, et Dame Gertrude est une poule.
  • Triste Sire est le serpent dans Robin des Bois.

Les chansons sont toutes traduites évidemment et comme je regardais tout ça quand j’étais enfant et ne parlais pas anglais, je connais surtout les chansons en français pour tous les Disney sortis avant 2000. Je crois que je suis incapable de chanter une seule chanson d’un film Disney en anglais en fait. Mais en français, je suis un jukebox (j’ai longtemps travaillé avec des enfants 🙂 ).

Une de mes préférées :

Système de santé français : analyse d’un article

Cette semaine, j’ai sélectionné un court article de France Info parlant de santé et comparant le système français au système américain – sans aller en profondeur du tout, mais ce n’est pas grave, car il nous intéresse linguistiquement avant tout.

Dans cet article, j’ai choisi de relever en jaune le vocabulaire de la santé, en vert, certains verbes, en bleu, des participes passés sans auxiliaire, et j’ai souligné des mots, expressions et tournures de phrases intéressantes à observer. Je vous laisse le soin de faire une analyse de tous ces éléments, car je ferai seulement quelques commentaires en dessous du texte.

  • Si vous ne vivez pas en France, vous ne savez peut-être pas ce qu’est une carte Vitale. C’est une carte d’assurance maladie du même format qu’une carte bleue (= carte de crédit) mais elle est verte et contient des informations relatives à la santé. La plupart des Français en ont une et je pense que les personnes résidant en France y ont également droit.
  • Savez-vous que l’Hexagone désigne la France ? Si vous observez la forme du pays sur une carte, vous pouvez distinguer six côtés.
  • Observez que l’on peut dire qu’un congrès s’est tenu quelque part, ce qui signifie qu’il a eu lieu quelque part.
  • Leary salue le système français. Cela veut-il dire qu’elle lui dit bonjour ?
  • Les cancérologues ont lancé une alerte : vous comprenez certainement cette expression, mais auriez-vous pensé à l’utilisé de vous-même ?
  • exercer : au lieu de dire qu’un docteur travaille à l’hôpital, vous pouvez dire qu’un docteur exerce à l’hôpital, car on peut “exercer la médecine”, et plus généralement “exercer un métier”.
  • plus… plus… et moins… : observez bien cette structure – plus + S + V, plus + S + V et moins + S + V – dans cet ordre !

Tuyau pour candidat·es au DALF stressé·es

Si comme moi et beaucoup de mes étudiantes vous avez tendance à stresser en situation d’examen, il y a certaines choses que vous pouvez faire le jour J pour être sûr·e que vous n’oublierez pas tout ce que vous savez. Tellement de facteurs entrent en jeu, certains totalement hors de votre contrôle, et le résultat que vous obtiendrez ne reflètera pas forcément votre niveau de français. Mais si vous vous présentez au DALF, que vous avez le niveau, que vous vous êtes bien préparé·e et que vous êtes au point avec la méthodologie, seul le stress pourra vous mettre des bâtons dans les roues !

Vous savez qu’au DALF, vous devez démontrer que vous avez un niveau avancé de français, beaucoup de vocabulaire et de solides connaissances grammaticales. En plus d’être capable de produire des écrits et un exposé selon une méthodologie assez académique assez rigide.

Dans la vie de tous les jours, on ne parle généralement pas comme quand on fait un exposé de DALF et on n’écrit pas comme dans un essai de DALF. On omet les “ne” de la négation. On saute d’une idée à l’autre sans forcément utiliser de connecteurs logiques et sans même que nos idées aient un rapport logique. On utilise du langage familier. On ne relit pas ses emails. On écrit “ça“. On utilise toujours les mêmes mots. On peut consulter Internet quand on a des doutes. On peut faire des fautes sans que ça ne gêne la communication. Bref, la vraie vie est moins exigeante que le DALF quand il s’agit de communiquer et de s’exprimer. Ceci dit, si vous écrivez une lettre formelle dans la vraie vie ou étudiez à l’université, il est quand même recommandé de répondre aux exigences du DALF !

Une chose toute simple que vous pouvez faire le jour de l’examen, à la fois pour la PE et la PO, c’est de tout de suite faire sur votre brouillon une petite liste de structures et de formules que vous essaierez de placer dans votre essai et votre exposé et qui vous permettront de démontrer que vous avez des connaissances avancées. Cela vous prendra 2 minutes si vous la préparez avant l’examen et la mémorisez !

Quelques suggestions :

  • Formules pour exprimer votre opinion : à mon avis, selon moi, d’après moi, en ce qui me concerne, il me semble que, je partage l’avis du journaliste, on ne peut pas dire que, quant à moi, je ne suis pas certaine que, de mon point de vue, etc.
  • Connecteurs logiques : en revanche, toutefois, néanmoins, même si, quoique + SUBJ, bien que + SUBJ, pour que + SUBJ, d’un autre côté, ceci étant dit, en d’autres termes, etc.
  • Formules impersonnelles : il est important de…, il est nécessaire que…, il est primordial de…, on entend souvent dire que…, on pourrait penser que…, cela ne fait aucun doute que…, il est inacceptable que…, on pourrait regretter que…, etc.
  • Hypothèse : si + imparfait, conditionnel / si + plus-que-parfait, conditionnel passé, etc
  • Passif
  • Conditionnel
  • Subjonctif (structures + SUBJ)
  • Pronoms relatifs composés

Faites ce genre de liste au préalable. Faites votre propre liste avec des structures que vous savez bien utiliser mais qui ne vous viennent pas forcément naturellement. Si vous avez tendance à donner votre avis en disant tout le temps “je pense que…“, assurez-vous d’avoir d’autres options, par exemple. Si vous avez tendance à oublier d’utiliser le subjonctif après des structures qui exigent le subjonctif, alors que vous connaissez la théorie, écrivez-vous un rappel dès le début.

Prononcer les mots en -ISME

Comment prononcez-vous les mots suivants : féminisme, tourisme, socialisme, anglicisme, égoïsme, exotisme, bouddhisme, vandalisme, etc. ?

Pour certaines de mes étudiantes, en particulier les anglophones, c’est un petit défi. Tout simplement parce que c’est souvent difficile de prononcer des mots qui ressemblent aux mots de notre langue quand on les écrit mais qui sont très différents quand on les prononce.

En anglais, quand vous avez -ism à la fin d’un mot, vous prononcez /izǝm/. En français, quand on a -isme à la fin d’un mot, on prononce /ism/. Pas tout à fait la même chose !

Cependant, il est assez commun d’entendre /izm/ pour -isme, tout simplement parce que le /s/ est placé entre /i/ et /m/, deux sons sonores, c’est-à-dire deux sons pour lesquels les cordes vocales vibrent (toutes les voyelles sont sonores, mais pas toutes les consonnes). Le /s/ est une consonne sourde, pour laquelle les cordes vocales ne vibrent pas, mais à cause de sa position entre deux sons sonores, il devient facilement un /z/. Si cela peut vous aider à ne plus prononcer le /ǝ/ de l’anglais, prononcer /z/ au lieu de /s/ ! Beaucoup de francophones le font sans s’en rendre compte.

Personnellement, je prononce /ism/ quand je suis consciente de ma prononciation, mais je suis sure qu’il y a des moments où je prononce /izm/ sans y penser.

Voici quelques mots en -isme, prononcés des deux façons :

  • féminisme
  • tourisme
  • prisme
  • communisme
  • bouddhisme
  • anglicisme
  • rationalisme
  • romantisme
  • alcoolisme
  • cyclisme

Tendance

Je ne veux pas parler de mode, mais de propension. Mes étudiantes se trompent fréquemment quand elles parlent de tendance car elles calquent leur français sur la structure anglaise, alors qu’il y a une petite différence. En anglais, you have the tendency to do something. En français, on a tendance à faire quelque chose. Vous voyez la différence ?

  • J’ai tendance à penser que les hommes qui n’aiment pas les femmes sont dangereux.
  • Il a tendance à ronfler quand il dort sur le dos.
  • Elle a tendance à rougir quand elle doit s’exprimer en public.

Par contre, on dira :

  • Il a une fâcheuse tendance à s’énerver dès qu’on le contredit.
  • J’ai une légère tendance à arrêter d’écouter mon mari quand il parle de sciences plus de cinq minutes.
  • Il a une tendance prononcée à penser qu’il a toujours raison.

En conclusion, l’expression c’est “avoir tendance à“, sans article entre avoir et tendance, mais quand tendance est accompagné d’un adjectif, placé devant (antéposé) ou derrière (postposé), on utilise l’article.

Rectification orthographique : les mots composés avec les préfixes extra, infra, intra, ultra

C’est la règle A2 du Grand vadémécum de l’orthographe moderne recommandée : il n’y a plus de trait d’union. Comme pour la règle A1 avec les préfixes contre et entre.

Extra-terrestre devient extraterrestre, infra-rouge devient infrarouge, intra-veineuse devient intraveineuse et ultra-violet devient ultraviolet.

On garde le trait d’union quand le deuxième mot commence par un i ou un u, pour que la prononciation reste logique : extra-institutionnel doit garder le trait d’union par exemple, sinon on prononcerait ex-train (2 syllabes), au lieu de extra-in (3 syllabes). Pareil pour intra-utérin. Sans trait d’union, on prononcerait in-trau (intro : 2 syllabes) au lieu de intra-u (2 syllabes).

Olivia Ruiz

C’est une chanteuse que j’avais dans ma playlist en 2005, mais je ne la connais pas très bien. J’aime beaucoup sa voix pourtant. Je suppose qu’elle est plus discrète que d’autres et moins présente dans les médias, ce qui fait que j’y ai été peu exposée. Je ne connais pas son travail récent mais j’aime beaucoup cette chanson.

L’écriture inclusive

Il y a quelques semaines, j’écrivais un post pour parler d’un livre que j’avais adoré, au sujet de la domination du masculin dans la langue française. À la fin du post, je mentionnais l’écriture inclusive et le point médian.

Depuis ce post, j’essaie de m’éduquer et d’apprendre à utiliser le point médian. Ce n’est pas toujours facile car ce n’est pas automatique pour moi et en plus, ce n’est pas pratique car il faut que je joue du copier-coller, comme pour les majuscules avec accents, les ç majuscules, et je ne sais plus quoi d’autre. Les claviers français ne sont pas pratiques du tout, j’écrirai peut-être un post à ce sujet un jour !

Comme je le mentionnais brièvement dans le post mentionné plus haut, je n’étais pas super emballée par le point médian quand j’ai commencé à entendre parler de l’écriture inclusive. Je le voyais comme une complication inutile. Aujourd’hui, je pense bien différemment car je me rends compte des enjeux que l’écriture inclusive représente !

Les hommes ont voulu invisibiliser (j’invente des mots aujourd’hui apparemment, car mon dictionnaire ne connait pas celui-ci. Tant pis pour lui !) les femmes en décrétant toutes sortes de lois à travers les siècles (cf. le post mentionné plus haut + le livre mentionné dans ce post) qui assuraient que les femmes seraient beaucoup moins représentées dans la langue que les hommes, voire totalement absentes (cf. noms de métiers). Cela a donc énormément de sens de vouloir assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes.

Et je me dis que si les hommes sont passés par le langage pour tenter d’effacer les femmes, il est très logique de passer aussi par le langage pour atteindre l’égalité, non ? L’écriture inclusive a beaucoup de détracteurs, mais si c’était valable dans un sens, pourquoi ne le serait-ce pas dans l’autre ?

Il existe un site dédié à l’écriture inclusive si le sujet vous intéresse : https://www.ecriture-inclusive.fr/. Vous y trouverez des informations intéressantes, vous pourrez y télécharger le manuel d’écriture inclusive, et si vous vivez à Paris, il y a un atelier d’écriture inclusive le 27 juin de 9h30 à 11h30.

Je suis encore novice en écriture inclusive alors je risque de manquer de constance pendant quelque temps, mais j’espère comprendre comment bien l’utiliser bientôt et développer certains automatismes.