Livre : Moi, Tituba, sorcière… Noire de Salem

Jusqu’ici, je suis très fière de moi car je tiens parfaitement ma résolution pour 2020. Le premier livre écrit en français que j’ai lu cette année, c’est un livre dont j’ai lu l’incipit sur le compte Instagram de Lauren Bastide, journaliste qui anime l’excellent podcast La Poudre. J’ai eu immédiatement envie de le lire.

J’ai découvert une autrice que je ne connaissais pas, dont je n’avais jamais entendu parler alors qu’elle a produit un œuvre conséquent et qu’elle a eu une carrière remarquable. Tituba a été écrit en 1986. Maryse Condé a terminé sa carrière comme professeure à l’université Columbia de New York, ce qui n’est pas rien quand même.

À travers ce livre, j’ai pu prendre la mesure de mon ignorance et du fait que l’on nous apprenait vraiment peu de faits intéressants à l’école et qu’on se gardait bien de nous présenter des auteur·e·s risquant de nous faire trop réfléchir. En cours d’histoire, tous les personnages historiques dont on nous parlait et nous vantait les mérites étaient des hommes. On nous vantait aussi les bienfaits de la colonisation, en passant sous silence la barbarie de cette époque. On apprenait surtout l’histoire de France, dans laquelle la traite négrière était évoquée vite fait, sans trop s’attarder. On évoquait l’histoire américaine mais je n’ai pas vraiment de souvenirs précis.

Plus tard, adolescente/jeune adulte, je regardais Charmed à la télé. J’ai toujours adoré les histoires de magie et de sorcières, de The Craft à Harry Potter. J’ai entendu mille fois parler des sorcières de Salem et de la chasse aux sorcières. Mais, j’ai un peu honte de l’avouer, je n’avais jamais compris que c’était vraiment arrivé, ni ce que les procès des sorcières de Salem avaient vraiment représenté. Jusqu’à la lecture de Tituba !

Dès que j’ai compris que le livre n’était pas que fictionnel, j’ai commencé à faire quelques recherches sur Internet et j’ai halluciné. Le livre de Maryse Condé est une fiction inspirée par le personnage de Tituba, esclave ayant réellement existé au 17e siècle qui a été l’une des trois premières accusées des procès en sorcellerie de Salem. Beaucoup des personnages de ce récit d’esclave ont réellement existé. Beaucoup des faits se sont vraiment passés.

Ce récit est d’une extrême violence, et le personnage de Tituba est d’une puissance extrême.

Ce livre m’a fait faire quelques pas de plus dans mon féminisme et j’espère continuer à avancer tout au long de cette année, grâce à toutes ces femmes qui disent des choses importantes depuis longtemps mais qui ont rarement été mises en avant et que je n’ai pas encore découvertes.

Voici l’incipit. Peut-être vous donnera-t-il autant envie de le lire qu’à moi (c’est une capture d’écran de mon Kindle, d’où la phrase coupée en plein milieu, désolée) :

Punaises de lit à Paris

Les gens qui me connaissent bien aiment se moquer de moi gentiment à cause de ce qu’ils considèrent de la maniaquerie poussée à l’extrême. Moi, ce que je dis, c’est qu’il n’y a pas 50 nuances de propreté. Il y a propre, et il y a sale. Si ce n’est pas propre, c’est sale. Simple comme bonjour.

Je déteste les chambres d’hôtels avec de la moquette et je déteste les coussins dans les chambres d’hôtel. Je déteste également les transports publics avec des sièges en tissu. Je ne comprends pas les gens qui mettent leur valise sur leur lit. Ni ceux qui s’assoient ou s’allongent sur leur lit (dans lequel ils vont se coucher plus tard en petite tenue) alors qu’ils portent des vêtements qu’ils ont portés à l’extérieur, dans les transports publics ou même dans un taxi, tout aussi sale. Et bien sûr, je déteste les chaussures à l’intérieur de la maison.

Les gens vivent bien comme ils l’entendent chez eux, mais chez moi, je tiens à ce que les choses soient propres. Je vis avec mon mari qui n’a pas la même notion de la propreté que moi, qui est d’avis qu’il y a plusieurs niveaux de propreté et qui aime me dire régulièrement que je suis probablement sale pour les personnes encore plus maniaques que moi. Comme si ça justifiait le fait qu’il est bordélique et sale. Je l’aime et d’autres le trouveraient certainement propre en comparaison à leur conjoint, mais honnêtement, si j’en avais les moyens, nous vivrions séparément. Idéalement dans le même immeuble, mais chacun dans son appartement. Et là, mon appartement serait impeccable. La seule raison pour laquelle il ne l’est pas, c’est parce que je ne vis pas seule et que je refuse d’en faire plus que je n’en fais déjà en termes de tâches ménagères. Mes convictions féministes l’emportent sur ma maniaquerie.

Je me fiche complètement que les gens critiquent ma maniaquerie, tant qu’ils me laissent penser et dire que je les trouve sales. Par contre, ce qui m’agace un peu quand même, c’est qu’ils n’ont pas l’air de comprendre la rationalité derrière mon envie que les choses soient propres.

Comment qui que ce soit peut justifier les chaussures à l’intérieur ? Et je ne parle même pas des chaussures sur le canapé ou le lit, comme je le vois sans cesse dans les séries et les films américains. On marche dans la rue avec nos chaussures !!! J’ai vécu dans beaucoup de villes différentes, mais prenons Londres et Madrid comme exemples car les gens gardent leurs chaussures à l’intérieur en Angleterre et en Espagne. Dans ces deux villes, j’habitais dans des quartiers aux loyers assez élevés. Et pourtant les rues étaient pleines de merdes de chiens. Parfois il y avait aussi du vomi. Et toutes sortes de déchets ici et là, car les gens peuvent être extrêmement incivils dans ces pays dits civilisés… Donc en bref, les rues sont sales. Les seules rues propres que j’ai parcourues sont les rues du Japon. Mais au Japon, il est hors de question de porter ses chaussures à l’intérieur car on est bien conscient que c’est sale, malgré la propreté apparente des rues. Marcher à l’intérieur avec ses chaussures revient au même pour moi que d’étaler de la merde sur mon sol. Et ça, non merci.

Les hôtels accueillent des visiteurs du monde entier. Certains dont la culture veut qu’ils ôtent leurs chaussures à l’intérieur, et d’autres à qui cela ne traverseraient même pas l’esprit. Quand le sol est recouvert de moquette, on peut donc supposer que des milliers de chaussures l’ont foulé. Comment ne peut-on pas penser que ce sol est infesté de saletés ? Et les coussins, pensez-vous vraiment qu’ils les lavent entre chaque occupant ?

Et dans les transports publics, tous ces gens qui mettent leurs pieds sur les sièges ! Quelle horreur !

Je dois dire qu’en Thaïlande, les gens sont beaucoup plus propres de ce côté-là. Culturellement, ce n’est pas acceptable de porter ces chaussures à l’intérieur et personne ne met ses pieds sur les sièges. Bon par contre, j’ai vu une fois un homme se curer le nez avec insistance dans le train aérien et essuyer son doigt sur la barre verticale ensuite, à laquelle les gens se tiennent pour ne pas tomber. 🤮

Quand je rappelle à mon mari de bien tout nettoyer le soir quand il a terminé son diner et de ne pas laisser de nourriture sur le comptoir de la cuisine, ce n’est pas pour le plaisir de le contrôler. C’est tout simplement pour ne pas attirer les cafards et les geckos. Et je suis d’avis que cela représente beaucoup moins de travail de faire les choses au fur et à mesure – de nettoyer tout de suite après avoir sali, de ranger après avoir dérangé, etc. – que de laisser la saleté et le bazar s’accumuler. Si vous nettoyez les murs de votre douche chaque jour ou tous les deux ou trois jours, c’est facile et c’est rapide. Si vous le faites une fois par mois ou une fois tous les six mois, c’est beaucoup plus fatigant parce qu’il faut frotter beaucoup plus fort et ça prend beaucoup plus de temps. Les gens pensent que j’aime faire le ménage. Mais non, c’est tout le contraire. Je n’aime pas faire le ménage. Et pour ne pas avoir à faire trop de ménage, je suis propre au quotidien et je fais les choses au fur et à mesure.

J’ai eu la chance de vivre principalement dans des logements propres et agréables. Mais durant une courte période de ma vie, j’ai vécu en colocation à Londres et j’en ai des souvenirs horribles. Je crois que j’ai vécu dans trois colocations différentes et chaque expérience a été pire que la précédente. Mes colocataires étaient à chaque fois des personnes que je ne connaissais pas personnellement au départ et elles étaient toutes absolument dégueulasses. Mais il y avait aussi le fait que les propriétaires ne se souciaient aucunement de laisser vivre leurs locataires dans des conditions abominables. J’ai connu énormément de personnes vivant en colocation et la plupart ont rencontré des problèmes avec leur propriétaire qui refusait de réparer ce qui devait l’être pour assurer des conditions de vie décente. Je n’ai jamais compris que les propriétaires soient autorisés à louer des appartements et des maisons qui s’effritaient, qui moisissaient, qui étaient mal isolées, etc. Il me semblait que c’était un cercle vicieux. Les propriétaires ne respectaient pas leurs locataires. Du coup, les locataires ne respectaient pas leur logement. Vu le prix des loyers à Londres, j’ai quand même un gros problème avec les propriétaires qui louent des logements insalubres et refusent de faire les réparations nécessaires.

Je suis tombée sur un article ce weekend parlant du problème des punaises de lit à Paris. J’éprouve un sentiment de dégout absolu. Là encore j’ai eu la chance jusqu’ici de n’avoir jamais été confrontée à ce problème, même en ayant vécu et considérablement voyagé dans des pays en voie de développement. Même quand je voyageais avec un budget beaucoup plus restreint que maintenant. J’ai des ami·e·s qui ont eu des soucis de punaises de lit lors de leurs voyages et qui m’ont raconté à quel point c’était affreux.

Je pensais que c’était un problème de pays pauvres. Mais à la lecture de cet article et d’autres sur le même sujet, je me suis rendu compte que non. Je n’ai jamais vécu à Paris, je déteste Paris, et je pense vraiment que Bangkok est plus propre que Paris à plein d’égards.

Faisons maintenant une petite analyse de l’article : en vert, le vocabulaire autour du thème des nuisibles, en rouge, des verbes suivis de prépositions, en bleu, des connecteurs logiques, et souligné, du vocabulaire à observer. Je vais détailler un peu le vocabulaire souligné à la suite de l’article.

https://www.lemonde.fr/argent/article/2020/01/10/les-logements-avec-punaises-de-lit-et-blattes-desormais-interdits-a-la-location_6025377_1657007.html
  • insalubre : on remarque le préfixe privatif -in = qui n’est pas salubre, salubre signifiant qui a une action favorable sur… On peut parler d’air (in)salubre, de climat (in)salubre, de logement (in)salubre, etc. Synonyme ? Malsain, par exemple.
  • disséminant : participe présent – mot de la même famille que semer. Synonymes ? Répandant, dispersant, éparpillant…
  • la recrudescence : ce mot vient du latin et on le retrouve dans la langue anglaise également, ce qui facilite la compréhension pour les anglophones. Synonymes ? Progression, augmentation, accroissement…
  • un bailleur : ce n’est pas quelqu’un qui bâille, avec un accent circonflexe, mais quelqu’un qui propose un bail, c’est-à-dire un contrat de location.
  • la literie : tout ce qui se rapporte au lit
  • les coutures : du verbe coudre – la jonction de deux morceaux d’étoffe, de tissu, etc.
  • le sommier : partie du lit sur laquelle on pose le matelas
  • les interstices : comme en anglais, des petits espaces vides entre deux parties de quelque chose
  • salée : vient de sel – mais évidemment dans le contexte, c’est au sens figuré et appartient au langage familier. Quand l’addition est salée, cela veut dire que le prix est élevé.
  • ardue : synonymes ? Difficile, pénible, rude…
  • l’insalubrité : maintenant que je comprends insalubre, ce nom est beaucoup plus facile à comprendre, non ?

Livre : Le Consentement

Hier, à la fin de mon post, je parlais de l’affaire Matzneff, dont tous les médias parlent en France depuis quelque temps. La raison pour laquelle de vieilles vidéos ressortent et qu’on reparle de ce criminel, c’est un livre qui vient de paraitre : Le Consentement, de Vanessa Springora.

Je me le suis évidemment procuré à mon retour de vacances. Je me suis couchée assez tard jeudi soir. Je venais de terminer un livre génial, dont je parlerai bientôt, et j’avais l’intention de lire quelques pages du livre de Vanessa Springora avant de dormir. Deux heures et quelques plus tard, je terminais le livre, en essayant de retenir mes larmes. Il était 3h du matin et j’avais cours à 8h. Pas grave, le weekend allait bientôt commencer.

Dans ce livre, Vanessa raconte son histoire, et plus particulièrement sa relation avec cet écrivain célèbre, pédocriminel notoire, rencontré à l’âge de 13 ans alors que lui en avait 50, et qui a abusé d’elle, avec son consentement.

C’est un livre horrifiant et poignant. Tout au long de la lecture, je me demandais quel était ce monde dans lequel nous vivions. Ce monde dans lequel tant d’adultes (parents inclus) savaient et n’ont rien fait pour protéger cette enfant. Tant de monde savait qui était cet homme puisqu’il écrivait ses crimes dans des livres, dont le fait qu’il se rendait à Manille aux Philippines et y payait des petits garçons pour coucher avec eux, et qu’il avait, en 1977, lancé une pétition pour rendre légales les relations sexuelles entre adultes et enfants (la liste des signataires de cette pétition fait froid dans le dos).

Tant de monde savait et personne n’a rien fait. Et je suis persuadée que ce n’est pas la dernière histoire de ce genre qu’on entendra, mais avec chaque femme (ou homme en fait) qui ose témoigner, le pouvoir de ces monstres diminue et j’espère vivre assez longtemps pour voir un jour un monde dans lequel ce genre d’abus ne sera plus possible et où l’argent, le pouvoir, la notoriété ne protègeront plus personne face à la justice.

Ce livre était tellement nécessaire à cette pauvre France qui est toujours en retard sur tout.

This image has an empty alt attribute; its file name is image-10.png

Depuis mon retour de vacances, je regarde toutes les vidéos que je peux trouver autour de cette histoire, je lis tous les articles sur lesquels je tombe et j’écoute des podcasts qui traitent du sujet. Je recommande vivement l’épisode de Programme B d’ailleurs. Parfois je lis les commentaires sous les vidéos YouTube. Heureusement, pour une fois, il semble y avoir un consensus et personne pour défendre ce criminel. Cependant, il y en a toujours qui sont limités en termes de réflexion et qui me donnent l’impression que cela les dérange quand même un peu que ce pédocriminel soit enfin dénoncé pour ce qu’il est. J’ai lu plusieurs commentaires disant que si on le condamnait, il faudrait aussi condamner Brigitte Macron. La bêtise humaine me sidère. Cet homme n’a pas eu une seule histoire avec une ado. Il en a eu de multiples. Et non seulement avec des ados “consentantes” mais aussi avec des enfants en situation vulnérable aux Philippines, se prostituant pour aider leur famille à survivre. En quoi le cas de Brigitte Macron, qui a ma connaissance n’a pas collectionné les jeunes amants et n’a pas violé qui que ce soit ni pratiqué le tourisme sexuel dans des pays en voie de développement, est comparable au cas de ce criminel ??? Je ne connais pas les Macron personnellement évidemment, et je ne suis pas forcément pro-Macron politiquement, mais je suis assez certaine que l’histoire du couple Macron est une histoire d’amour. Et après toutes les vidéos que j’ai visionnées ces derniers temps, je suis encore plus convaincue que Matzneff hait les femmes (“une fille très jeune est plutôt plus gentille même si elle devient très très vite hystérique et aussi folle que quand elle sera plus âgée” – mots prononcés par ce pervers dans l’émission Apostrophes en 1990, en réponse à Bernard Pivot qui lui demandait pourquoi il s’était spécialisé dans les lycéennes et les minettes. 🤮)

Sinon, j’ai bien aimé cette vidéo.

Cet homme est indéfendable, mais certaines réflexions émises en ligne par des anonymes, mais aussi par des personnalités connues, me poussent à penser que sa chute soudaine, après une vie d’impunité, en dérange plus d’un. Reste à se demander pourquoi.

Le bruit, ça vous fait quoi ?

Celles et ceux qui me connaissent savent que j’ai un problème avec le bruit. Mon pire souvenir de mes 3 ans en Espagne, c’est mon voisin du dessous, cet abruti sans respect pour autrui qui faisait du bruit nuit et jour. Une des raisons pour lesquelles j’ai détesté ma première année à Bangkok ? Le chantier en face de la maison, sur lequel les ouvriers travaillaient 7 jours sur 7, dès 7h du matin.

J’ai grandi dans une maison à la campagne entourée d’un jardin. On n’entendait pas les voisins et j’avais ma propre chambre. J’ai beaucoup déménagé et vécu dans un tas de maisons et d’appartements, et je suppose que j’ai eu beaucoup de chance de ne pas avoir été confrontée au bruit des voisins avant de vivre en Espagne. Et peut-être étais-je aussi moins sensible au bruit par le passé, mais je crois bien qu’il m’a toujours un peu dérangé.

J’ai commencé à porter des écouteurs antibruit en Espagne sur les conseils de mon mari, mon geek à moi qui a fait entrer la technologie dans ma vie (avant de le rencontrer, je n’avais pas de smartphone – on était en 2013 😊)

J’adore mon casque antibruit. J’en suis à mon deuxième car le premier a rendu l’âme il y a à peu près un an. Mon mari m’en a offert un nouveau, encore plus performant et plus confortable. Et je pensais être à l’abri du bruit après notre déménagement en juin dernier, mais ils ont décidé de raser une maison juste en face de notre immeuble et juste dessous ma fenêtre de bureau. Maintenant ils en reconstruisent une nouvelle. Même au septième étage, on entend tout, beaucoup trop fort ! Alors j’enfile mon casque dès le matin et je le garde sur ma tête jusqu’au soir. Ça me donne un style en plus de m’aider à ne pas devenir folle.

J’ai un problème avec toutes sortes de bruit.

Les gens qui écoutent leur musique ou regarde des films sans écouteurs dans les espaces publics, je les catégorise directement “gens horribles”. J’ai demandé à un type dans un avion il n’y a pas très longtemps s’il pouvait mettre des écouteurs car il avait l’air de trouver normal de regarder des vidéos sans. Je veux bien qu’on me dise que les écouteurs, ça coute cher, mais faut pas se moquer de moi, si on a les moyens de s’acheter un Iphone ou autre smartphone, on peut probablement s’offrir des écouteurs. Il en existe pour tous les budgets. Plus récemment, à l’aéroport de Bangalore, qui est un aéroport plutôt agréable en fait, un type en costume s’est assis près de nous et a commencé à regarder un film sur son téléphone. Sans écouteurs. J’ai dit très fort à mon mari ce que je pensais de ce genre de comportement. Je pense que l’homme au costume a très bien entendu ce que je disais. Il n’a pas arrêté son film immédiatement, mais moins de cinq minutes plus tard, il était parti.

Les gens qui écoutent la musique tellement fort dans leurs écouteurs dans les transports publics que tout le monde peut en profiter, je ne les aime pas énormément non plus. Heureusement, je prenais rarement les transports publics à Londres (je préférais risquer ma vie à vélo), mais à chaque fois que je prenais le métro, il y avait un idiot qui se détruisait les tympans tout en emmerdant le reste des voyageurs. Parce que je suis sure que je ne suis pas la seule que ça agace !

Il y a aussi les bruits de bouche qui me perturbent grandement. Et ça, c’est un peu plus délicat, car dans certaines cultures, mâcher la bouche ouverte est tout à fait normal et faire du bruit en mangeant aussi. Quand j’allais beaucoup au cinéma, je réservais toujours un siège dans la dernière rangée car je ne supporte pas d’entendre les gens manger du popcorn dans mes oreilles. J’ai fini par me lasser du cinéma justement parce que je trouvais les gens trop bruyants. Et mieux vaut que je ne parle pas des gens qui mâchent des chewing-gums la bouche ouverte…

Puis il y a les endroits où j’aime passer du temps car ils sont supposés être calmes, et où certaines personnes se contrefichent d’être discrètes : les bibliothèques et les musées par exemple. Je me souviens qu’à Madrid, j’allais parfois à la bibliothèque pour travailler et échapper au bruit du voisin, et les employés de la bibliothèque avaient parfois des conversations à haute voix, ignorant complètement les gens venus pour travailler ou étudier au calme. Ah, et aussi, je me souviens d’avoir une fois demandé à une femme si elle pouvait utiliser des écouteurs car elle regardait des vidéos sur un des ordinateurs de la médiathèque, comme si elle était toute seule. 🤦

Bref, j’aime le calme !

Je sais que je ne suis pas la seule que le bruit irrite, mais je sais aussi que certaines personnes ne sont pas affectées par le bruit de la même façon. Donc, quand je suis tombée sur cet article, je me suis dit que j’allais le lire.

Je n’y ai pas appris grand-chose, mais peut-être souffré-je de misophonie, qui sait ?

J’ai mis quelques couleurs pour une petite analyse : en gras et en vert, les mots liés au bruit, en gras et en rouge, des structures à observer, surlignés en bleu, des connecteurs que je vois peu, voire jamais, dans les écrits de mes élèves, surlignés en jaune, une structure avec un pronom relatif composé à observer, et j’ai souligné du vocabulaire. Le connaissez-vous, le comprenez-vous et surtout, l’utilisez-vous ?

Ma première rencontre avec des sangsues

Je ne vais pas faire le récit entier de mes vacances car ce serait beaucoup trop long mais je vais partager le pire moment de ces vacances avec vous.

Mon mari et moi sommes donc allés rejoindre un couple d’amis dans le sud de l’Inde. Ma copine avait organisé un road trip (voyage par la route, ça sonne moins bien, non ?) et nous avons fait tellement de kilomètres que mes fesses en étaient tout engourdies à la fin.

Nous avons passé trois nuits au milieu des plantations de café dans les montagnes du district de Coorg (également connu sous le nom de Kodagu) et c’était vraiment magnifique, paisible, et un changement agréable après l’agitation et la pollution des villes.

Il y avait des chiens, des chats, des perruches et un âne. Il y avait aussi des araignées énormes (la taille juste en dessous de celle des mygales), des moustiques, toutes sortes d’insectes bizarres et des créatures dont j’avais entendu parler dans les romans de la Comtesse de Ségur (19e siècle) que je dévorais étant enfant, dans lesquels les médecins prescrivaient des saignées à l’aide de sangsues. Je lisais ces livres dans les années 80, j’étais petite, Internet n’existait pas, et dans ma tête, les sangsues appartenaient à une autre époque, car même sans Internet, j’étais assez certaine qu’on n’utilisait plus de sangsues pour saigner et soigner les malades. Je ne m’étais jamais demandé s’il était possible que je croise une sangsue un jour.

entre 5 et 10 de ces araignées entraient dans notre chambre chaque jour

Le matin du 27 décembre, mon mari, notre ami et moi-même avions décidé d’aller nous balader en forêt, comme la veille et l’avant-veille, mais en suivant un chemin différent. Comme les jours précédents, la jeune chienne de notre hôte nous a accompagnés et en chemin, nous avons récupéré deux autres chiens. On a essayé de les dissuader de nous suivre, mais rien à faire, ils tenaient vraiment à venir. Au début, ils étaient un peu agressifs avec notre chienne, surtout le mâle le plus âgé qui essayait de lui montrer qui était le chef. J’ai donné un cours de féminisme accéléré à la petite et tout le monde a fini par bien s’entendre.

Puis nous avons bifurqué dans une direction différente des autres jours et tout allait bien jusqu’au moment où le plus gros chien s’est retrouvé emmêlé dans du fil barbelé et qu’il hurlait de douleur, et de peur je pense aussi. Il était sorti du chemin pour aller se balader dans la plantation de café et en voulant revenir vers nous, il avait attrapé le fil barbelé qui séparait la forêt de la plantation dans sa gueule. Quand j’ai vu cela, j’ai commencé à paniquer et à crier, oh my god, oh my god, oh my god!, j’étais au bord des larmes et mon mari à pris la situation en main, s’est accroupi près du chien, l’a calmé et avec l’aide de notre ami, a réussi à le libérer du fil barbelé. Les autres chiens, pendant ce temps-là, essayaient de me réconforter je crois. Ils pouvaient sentir la panique du chien en danger et ils pouvaient très probablement sentir ma panique aussi et ils me sautaient dessus avec plein de gentillesse, comme pour me calmer. Une fois le chien dépatouillé et sauf, on a vérifié qu’il n’était pas blessé et comme tout avait l’air normal, on allait se remettre en marche. Mais là, j’ai senti quelque chose qui me grattait dans la chaussure, alors j’ai regardé, pensant y trouver un insecte. Ce que j’y ai trouvé était bien pire que ça : une sangsue ! Et je me suis remise à paniquer de plus belle. Je n’en avais jamais vu, mais j’ai immédiatement su ce que c’était. Mon amie avait mentionné en avoir trouvé une dans sa chaussure durant la mousson. Je pensais qu’on ne risquait rien en décembre. Je pensais mal ! Je n’ai évidemment pas de photos pour illustrer cet épisode car je suis entrée en mode panique intense, j’hurlais, j’étais au bord de la crise de nerfs, et là encore, mon cher mari a pris le contrôle de la situation (je crois que je lui répétais en boucle : please help me, please do something, oh my god, oh my god, oh my god, I’m gonna die, ou quelque chose de semblable). Il a réussi à détacher la sangsue de ma peau, mais ce n’était pas facile du tout. Elle collait. Elle me suçait le sang et ne voulait pas lâcher ma cheville. Et pendant que mon mari s’évertuait à essayer de m’en débarrasser, notre ami a remarqué que le sol était jonché de sangsues ! Et en fait, tous les deux avaient des sangsues dans leurs chaussures et notre ami en avait même une accrochée dans le dos. Mon mari a fini par réussir à dégager la première sangsue de ma cheville et j’ai crié qu’il fallait qu’on sorte de là et je me suis mise à courir pour ressortir de la forêt. On avait déjà bien avancé et à part sur le tapis de course, je n’ai jamais couru aussi vite. Pour sûr, je n’ai jamais couru aussi vite et aussi longtemps en extérieur. Je ne pensais qu’à une chose : sortir de la forêt ! Les chiens se sont mis à courir aussi et parfois ils me ralentissaient car ils se mettaient dans mon chemin, mais j’étais la première sortie de la forêt. Je n’étais même pas à bout de souffle. J’aurais couru 10 fois cette distance s’il avait fallu. Mon mari me suivait de près et il s’est occupé de me débarrasser des autres sangsues qui me suçaient le sang. C’était horrible mais une fois qu’on était tous débarrassés de nos sangsues, on a repris la route et on est rentrés tranquillement. On a dû gérer une bagarre de chiens à un moment car on en a croisé deux de plus et ils étaient cinq à se montrer les dents et à se prendre pour des tigres. Notre petite chienne était très rigolote car elle pensait faire le poids, mais je ne suis pas sure qu’elle s’en serait si bien sortie sans aide humaine. Un homme est venu nous aider car on était assez impuissants face à cette situation en fait.

Une fois rentrés, on n’avait qu’une envie : se laver ! J’ai raconté notre mésaventure à notre amie qui n’était pas venue puis j’ai enlevé mes chaussures. Mes chaussettes étaient imbibées de sang. J’ai des photos mais c’est trop dégueulasse, je ne vous imposerai pas ce spectacle. Mes chaussettes ont fini à la poubelle et l’hémorragie s’est calmée après la douche, mais comme je saignais toujours au retour, j’avais un peu peur que cela ne s’arrête jamais ! Une semaine après, les morsures de sangsues sont encore visibles autour de mes chevilles et elles me démangent encore.

La prochaine fois que j’irai me balader en forêt dans un pays tropical, je m’habillerai en tenue de cosmonaute.

Les vacances sont presque finies

Ça y est, on est enfin en janvier et cela me réjouit. Je n’aime pas du tout la période des fêtes de fin d’année et le côté quasi obligatoire de faire “quelque chose” pour fêter ça.

Passer Noël en Inde avec des amis hindous était idéal pour moi. Il faisait beau, on était en bonne compagnie, et je me suis à peine rendu compte que c’était Noël. Le jour de l’an était plus évident car l’événement se reflétait dans le prix des logements. Payer 60€ une chambre d’hôtel qui en coute d’habitude 6 ne me disait rien, surtout que le nouveau prix ne voulait pas dire que la chambre serait différente, plus propre, sans insectes, etc. Pour 10 fois le prix habituel, vous pouviez avoir exactement la même chambre. Du coup, comme je n’avais aucune envie de payer 200€ pour une nuit d’hôtel et que j’avais réservé des billets d’avion flexibles, j’ai avancé mon retour et j’étais de retour à Bangkok pour le 31, que je n’ai évidemment pas fêté dans un bar cool, où il aurait fallu payer au moins 100€ pour avoir le privilège de boire des cocktails avec des inconnus qui m’auraient sans aucun doute bousculée, marché sur les pieds, renversé leur bière dessus, tout en remuant sur de la musique trop forte.

Au lieu de cela, je suis allée diner assez tôt avec mon mari dans un restaurant indien, car la cuisine indienne me manquait déjà et est parfaite si vous ne pouvez pas manger de gluten et qu’en plus vous êtes végane.

Puis on a passé la soirée chez nous, rien que nous deux, et c’était super. J’ai fini pompette et c’était très drôle.

Je ne prends jamais de résolutions pour la nouvelle année parce que ce n’est pas un concept qui marche pour moi (j’avais essayé l’an dernier, je n’en ai tenu aucune), mais cette année, je veux lire encore plus de livres qui parlent de femmes, de droit des femmes, de l’histoire des femmes, d’expériences de femmes, je veux lire plus d’écrivaines, découvrir plus de femmes exceptionnelles et j’espère voir le mouvement Me Too continuer à évoluer dans la bonne direction, plus de femmes puissantes prendre la parole pour dénoncer les injustices faites aux femmes et les injonctions impossibles de la société, et plus d’hommes prendre conscience de leurs privilèges et agir en véritables alliés des femmes. Je veux aussi lire et apprendre plus sur toutes les autres formes de discriminations dont j’avais en fait si peu conscience jusqu’à récemment, ou plutôt dont mes connaissances étaient très limitées et par conséquent la reconnaissance de mes propres privilèges également. J’espère que les mentalités françaises vont enfin évoluer mais quand je vois la première affaire qui fait scandale en France cette année, je me dis que la route va être longue. Voyez pour vous-même en lisant cet article de France Info. Il y est question de pédocriminalité et “d’artistes”. À vomir.

Je continuerai à partager mes lectures en français, les podcasts français que j’écoute, des articles, des artistes, et évidemment, je continuerai à m’inspirer de mes formidables étudiant·e·s pour vous parler de grammaire, de vocabulaire et de phonétique, entre autres.

Pour mes étudiant·e·s : je serai en Europe cet été et mes horaires seront donc différents pendant quelques semaines.

Bonne année 2020 !

Harcèlement en ligne, insultes et menaces

Cela m’arrive parfois de lire les commentaires laissés par les internautes sur YouTube. Je le fais principalement pour observer les fautes de français, car elles sont pléthore et m’inspirent. Mais à chaque fois, j’hallucine de voir la méchanceté et la bêtise des gens qui se disputent et s’insultent alors qu’ils ne se connaissent absolument pas, seulement parce qu’ils ont des avis différents. Très souvent sur des sujets futiles en plus.

Je pensais qu’il était déjà illégal de menacer autrui, mais apparemment non ! C’est seulement cette semaine que YouTube a annoncé la mise en place de mesures destinées à lutter contre les menaces et les insultes personnelles. Incroyable qu’ils aient attendu aussi longtemps, non ?

Je partage donc un court article traitant de ce sujet, pas très compliqué, que vous pouvez analyser. Observez en vert les prépositions et demandez-vous pourquoi c’est celle-ci qui est employée et pas une autre. Est-ce une préposition qui fonctionne avec le verbe ou avec un nom ? Fait-elle partie d’une expression figée ? J’ai souligné un peu de vocabulaire à observer. Par exemple, assainissement : quel est le radical que vous repérez dans ce nom ? Même question pour malveillant. Etc. J’ai surligné en jaune un participe passé. À quel nom correspond-il ? Et en rouge, une forme verbale peu utilisée par les apprenant·e·s car ils et elles la trouvent compliquée. Comment pourriez-vous reformuler cette phrase ? (Indice : essayez avec “on” comme sujet.) Pouvez-vous penser à d’autres phrases avec la même structure ? Comment les traduisez-vous dans votre langue ?

La France, tu l'aimes ou tu la fermes

C’est le titre d’un livre écrit par Rokhaya Diallo, journaliste française qui présente également le podcast Kiffe ta race, dont j’avais déjà parlé ici.

Rokhaya Diallo est noire, musulmane et féministe. J’adore l’écouter parler et j’admire la patience dont elle fait preuve quand elle se retrouve face à des idiots qui lui disent qu’ils comprennent ce que c’est d’être traité différemment car ils sont roux ou gaucher, comme si c’était comparable au racisme auquel les Noirs sont confrontés en permanence depuis si longtemps. Je n’exagère pas, j’ai vu une interview d’elle sur YouTube pendant laquelle ses interlocuteurs, blancs évidemment, lui disaient en gros qu’elle exagérait et que tout le monde était victime de discrimination – l’une en donnant ses cheveux roux en exemple, et l’autre le fait d’être gaucher. 😲

Elle parle de sujets très tabous en France, qui dérangent beaucoup : le racisme systémique et la fragilité blanche, l’identité française, l’obsession avec l’islam et l’islamophobie flagrante, la répression de l’Etat, le féminisme, l’appropriation culturelle, le privilège blanc, et elle fait des parallèles avec les Etats-Unis.

Cette année, j’ai écouté tous les épisodes de Kiffe ta race, j’ai lu le livre de Trevor Noah, Born a Crime, celui de Reni Eddo-Lodge, Why I’m no longer talking to white people about race, et je viens de terminer celui de Rokhaya Diallo. Et je trouve incroyable qu’il n’y ait pas plus de gens qui réagissent et toujours autant de gens dans le déni.

Que ce soit en Afrique du Sud, en Angleterre, aux Etats-Unis ou en France, le racisme est partout, il est systémique, institutionnalisé, et c’est tellement évident. Et si aux Etats-Unis le racisme anti-Noirs est de plus en plus difficile à nier et que le concept de privilège blanc apparait de plus en plus dans les débats publics, en France, on n’en est pas encore là. En France, le mot race a été éliminé de la constitution, donc il ne peut pas y avoir de racisme. Voilà le raisonnement. 😱

Et c’est pour ça que je pense que le travail de Rokhaya Diallo est très important et même indispensable. Elle tient un discours très clair et très cohérent. Très pédagogique aussi. Si mieux comprendre la France vous intéresse, je vous recommande vivement de lire son livre. Je l’ai découverte cette année alors qu’elle milite depuis des années, et j’ai bien l’intention de découvrir ses autres écrits et le reste de son travail.

Elle appartient à ces personnes qui me font réfléchir et me poser des questions que je ne m’étais jamais vraiment posées jusqu’à récemment.

Elle est française et elle est noire. Sa nationalité est sans cesse remise en question et elle doit sans cesse se justifier d’aimer la France quand elle la critique. Je suis française et je suis blanche. Je critique la France depuis toujours. D’ailleurs, je l’ai quittée pour ne jamais y retourner. Personne n’a jamais remis ma nationalité en question. Pourtant, je suis certaine qu’elle aime la France plus que moi et que c’est pour ça qu’elle se bat autant pour la rendre meilleure.

Une action contre les dérives d'Internet

Pour rester sur le thème d’hier, j’ai choisi un article abordant le thème d’Internet, trouvé en ligne dans le journal de Montréal.

L’information vient de l’AFP : Agence France Presse – l’équivalent français de Reuters et de l’AP.

L’article n’est pas très complexe, mais cela ne veut pas dire qu’il ne mérite pas d’être analysé. J’ai choisi de surligner en vert certaines prépositions, et bleu les connecteurs logiques et en jaune, un pronom démonstratif. J’ai souligné deux expressions que j’entends peu chez mes élèves et j’ai mis en gras et en bleu le vocabulaire spécifique au thème.

Les prépositions sont la bête noire de beaucoup d’étudiant·e·s avancé·e·s. Observez-les ! Demandez-vous pourquoi on a “contre les dérives d’internet”, “par des groupes”, etc. Souvent, c’est le verbe qui impose la préposition : lancer contre, être appuyé par, viser à, être chargé de, permettre à qqn de faire qqch, etc. D’autres fois, c’est le nom qui suit qui impose la préposition : sur le net, dans un communiqué, à l’occasion, etc. ” La préposition “de” est parfois imposée par le verbe et d’autres fois, elle introduit un complément du nom ou fait partie d’une expression figée. Soyez attentif·ve, soyez constant·e, soyez persévérant·e !

DALF : parler d'Internet et de nouvelles technologies

Si vous étudiez pour le DALF, vous savez qu’il vous faut être capable de parler de tout et qu’il faut que vous soyez capable d’en parler en long en large et en travers avec aisance, fluidité, du vocabulaire varié et des structures grammaticales élaborées.

Vous devez parler autrement que quand vous discutez avec vos ami·e·s.

Pour bien vous préparer, il est important que vous lisiez régulièrement et écoutiez la radio ou des podcasts sur des sujets variés. Tout ceci de façon active, bien évidemment.

Sur le thème des nouvelles technologies et d’Internet, vous pouvez trouver des articles sur Slate, le journal du geek, Business Insider, entre autres et écouter des podcasts tels que Le rendez-vous tech (épisodes de 90 minutes), ou Studio 404 (qui n’est plus actif mais dont les 7 saisons sont disponibles à l’écoute).

Quand vous n’avez pas beaucoup de temps, rien de vous oblige à écouter les podcasts en entier ni à analyser les articles dans les moindres détails, mais si vous vous concentrez sur ce sujet pendant quelque temps, et faites un minimum d’analyse, vous remarquerez que le même vocabulaire revient tout le temps, vous vous familiariserez avec les tournures françaises et les problématiques françaises.

Parfois, les étudiant·e·s sont un peu déconcerté·e·s par les problématiques proposées au DALF car ce ne sont pas toujours des sujets auxquels ils et elles avaient beaucoup réfléchi auparavant, et aussi parfois parce que l’approche française est bien différente de celles d’autres pays. Alors plus vous vous familiariserez avec la culture française et la façon qu’ont les Français d’aborder certains thèmes, plus les documents que vous lirez auront du sens et plus vous développerez votre vocabulaire pour en parler !

Ce vocabulaire fait-il partie de votre vocabulaire actif ? :

  • le numérique
  • à l’ère du tout numérique
  • la reconnaissance faciale
  • la protection des données personnelles
  • traiter l’information
  • le ciblage publicitaire
  • les dérives d’Internet
  • les GAFAM
  • l’empreinte numérique
  • la toile

Et quels arguments apporteriez-vous à ces problématiques ? :

  • L’utilisation des réseaux sociaux par les politiques est-elle une bonne chose ?
  • Les élèves de primaire devraient-ils tous avoir une tablette ?
  • Internet doit-il rester gratuit ?
  • La vie était-elle plus simple avant Internet ?
  • Au 21e siècle, est-il nécessaire d’être sur les réseaux sociaux ?