Nouvelle chaine YouTube !

La mienne ! ūüôā

J’y partage des pr√©sentations en fran√ßais sur des points de grammaire ou autres, qui posent encore souvent probl√®me au niveau avanc√©.

Certaines de ces pr√©sentations seront accessibles √† tout le monde, en g√©n√©ral sur des points de grammaire appris assez t√īt dans notre parcours d’apprentissage mais oubli√©s parce que rarement r√©vis√©s et approfondis.

D’autres pr√©sentations seront exclusives aux abonn√©.e.s de mon nouveau site et/ou seront connect√©es aux cours de perfectionnement et au blog.

J’ai fait une s√©rie de 10 vid√©os sur l’accord du participe pass√© entre autres et si vous avez du mal avec toutes ces r√®gles, j’esp√®re qu’elles vous aideront √† y voir plus clair !

J’ai mis cette vid√©o sur les pr√©positions et les pays sur la page d’accueil, car tout le monde continue √† se tromper de temps en temps avec cette r√®gle, m√™me avec le C1 en poche, voire le C2 !

Film : Comment je suis devenu super-héros

J’avais besoin d’un break hier soir et j’ai regard√© ce film, malgr√© la note pas tr√®s √©lev√©e sur imdb.com. J’aime les films de super-h√©ros en g√©n√©ral, j’aime l’acteur principal, et √ßa faisait un petit moment que je n’avais pas regard√© de film fran√ßais.

Eh bien, je n’ai pas regrett√© d’avoir regard√© celui-ci !

C’√©tait moins spectaculaire que les films de super-h√©ros am√©ricains et mon mari m’a fait la remarque que √ßa lui rappelait un peu le film Project Power, que j’avais bien aim√© mais un peu oubli√©, alors √ßa ne m’a pas d√©rang√©. Mais apr√®s avoir regard√© la bande-annonce, je me souviens de ce film maintenant, et en effet, les similarit√©s sont ind√©niables.

Ceci √©tant dit, c’est un bon film pour pratiquer votre fran√ßais. J’ai pris plein de notes ! Vous entendrez beaucoup d’expressions que vous n’avez peut-√™tre pas l’habitude d’entendre. J’ai d√Ľ le regarder avec les sous-titres en anglais pour mon mari, alors je ne sais pas ce que valent les sous-titres en fran√ßais, mais si vous mettez des sous-titres, mettez-les en fran√ßais !! Et si vous avez aim√© Project Power, celui-ci devrait vous plaire aussi !

Voici la bande-annonce. Je ne l’avais pas vue avant. Je viens tout juste de la regarder, et √† mon avis, c’est mieux de regarder le film sans la regarder avant. Vous aurez plus de surprises comme √ßa car ils montrent trop de choses dans cette bande-annonce !

Documentaire : #salepute

Si vous √™tes mon √©l√®ve ou me suivez sur Instagram, je vous ai d√©j√† parl√© de ce documentaire. Si vous n’en avez pas entendu parler, je vous le recommande vivement.

C’est un documentaire r√©alis√© par deux journalistes belges, Florence Hainaut et Myriam Leroy, dans lequel elles et de nombreuses femmes d√©noncent le cyberharc√®lement dont elles ont √©t√© et/ou sont encore aujourd’hui victimes.

J’ai d√©cid√© de le regarder apr√®s avoir √©cout√© l’√©pisode du podcast Mansplaining du 9 juin, intitul√© Le cyberharc√®lement misogyne, outil d’√©radication des femmes, dans lequel les deux journalistes √©taient interview√©es. Juste apr√®s avoir fini le podcast, j’ai fait une recherche pour voir s’il √©tait disponible sans VPN. Il l’√©tait. Sur Arte TV. J’ai commenc√© √† le regarder un jeudi matin, et j’ai √©t√© absorb√©e imm√©diatement. J’ai d√Ľ le mettre en pause 2 fois pour reprendre mon souffle. J’ai pleur√© en √©coutant certains t√©moignages. De peine pour ces femmes et de rage contre ces hommes et ce syst√®me qui les autorisent √† terroriser les femmes en toute impunit√©.

C’est la premi√®re fois que je vois ce sujet trait√© ainsi en fran√ßais. Jusqu’ici, le seul endroit o√Ļ j’en avais entendu parler en fran√ßais, c’√©tait sur Instagram. Si vous connaissez le travail de Laura Bates ou de Clementine Ford, entre autres, ce ph√©nom√®ne ne vous est pas √©tranger. Si vous √™tes une femme, vous ne vous faites probablement pas d’illusion sur le monde dans lequel on vit. Vous savez. On le sait toutes. Ce monde est hostile pour les femmes. Et encore plus pour les femmes qui s’expriment publiquement. Qui “osent” avoir des opinions.

Plusieurs de mes √©tudiantes l’ont regard√© et elles m’ont toutes dit que cela avait √©t√© extr√™mement difficile √† visionner. Alors soyez pr√©venu.e. Si vous d√©cidez de le regarder, c’est violent. De tellement de fa√ßons. Mais c’est tellement important qu’on en parle, car trop de gens ignorent ce qui se passe vraiment autour d’eux.

Pour la version sous-titr√©e en fran√ßais, c’est l√† et pour la version sous-titr√©e en anglais, c’est l√†.

Regardez ce documentaire et parlez-en autour de vous. Prenez conscience que ce qui se passe en ligne, c’est la vraie vie. R√©voltez-vous contre le manque d’action des autorit√©s et de la justice pour d√©fendre les femmes. Internet est encore tr√®s nouveau. On va attendre combien de temps pour prendre cette nouvelle forme de violence contre les femmes au s√©rieux ?

Film : Oxygen

√áa faisait longtemps que j’avais regard√© un film fran√ßais. Ou un film de fiction en g√©n√©ral en fait. Mais ce weekend, je souffrais des effets du manque de caf√©ine, d√Ľ au fait que j’ai arr√™t√© de boire du coca cola z√©ro d’un coup la semaine derni√®re, et je ne pouvais pas faire grand-chose d’autre que d’√™tre affal√©e dans le canap√©.

J’ai essay√© de regarder une s√©rie tha√Įe, mais c’√©tait trop douloureux de lire les sous-titres, alors je me suis tout d’abord rabattue sur Friends, que je n’ai m√™me pas besoin de regarder car je connais tous les √©pisodes par cŇďur et je peux me contenter d’√©couter, et quand j’en ai eu assez, j’ai cherch√© autre chose.

Et je suis tomb√©e sur ce nouveau film : Oxygen. Au vu du titre, je n’aurais pas pens√© que c’√©tait un film fran√ßais, mais j’ai reconnu l’actrice, M√©lanie Laurent, alors j’ai cliqu√©.

Je ne sais pas si j’aurais fait ce choix si je n’avais pas eu de migraine, mais je l’ai regard√© en entier et j’ai bien aim√©. L√† aussi, je ne sais pas si la migraine a influenc√© mon ressenti. Je me souviens d’√™tre all√©e voir Gravity au cin√©ma √† Londres et de m’√™tre bien ennuy√©e (pour rester polie), alors que je suis en g√©n√©ral bon public, surtout si George Clooney est √† l’√©cran.

Oxygen est un film de science-fiction qui se passe dans un caisson de cryog√©nisation. M√©lanie Laurent est la seule actrice, m√™me si on voit et entend d’autres personnes par moments. Elle se r√©veille dans son caisson, ne sachant plus qui elle est, ni ce qu’elle fait dans cette boite. Son niveau d’oxyg√®ne est √† 33% au d√©but du film et j’ai stress√© pendant 100 minutes, me demandant si elle allait s’en sortir.

Je ne vais pas spoiler la fin (ou divulg√Ęcher, si l’on veut utiliser un mot fran√ßais que pratiquement personne n’emploie en France, mais qui, je crois, est couramment utilis√© au Qu√©bec), mais j’ai trouv√© que le suspense √©tait bon et je n’ai absolument pas vu venir le rebondissement.

Les dialogues ne sont pas tr√®s lourds, comme vous pouvez l’imaginer pour un film avec une seule actrice, mais elle parle en continu en fait. Toute seule, mais aussi avec son assistant virtuel et des gens au t√©l√©phone.

Livre : La Familia grande

Bon, √ßa fait un moment que je n’ai pas √©crit pour le blog. Beaucoup de travail mais aussi beaucoup d’efforts pour avoir une vie plus ou moins √©quilibr√©e. Je parviens √† √©teindre mon ordinateur avant 22h30 presque tous les soirs, je passe du temps dehors √† prendre des photos de fleurs, de chats, de chiots, et m√™me d’une petite chouette la semaine derni√®re.

Et je lis. Beaucoup. Je lis tous les soirs avant de dormir. Parfois j’empi√®te un peu sur mes heures de sommeil pour lire un ou deux chapitres de plus. Et j’√©coute des livres pendant la journ√©e, quand je pr√©pare √† manger, quand je fais un peu de m√©nage, quand je vais faire des courses. En fait, non, quand je vais faire des courses, j’√©coute plut√īt des podcasts car je trouve plus difficile d’√™tre compl√®tement concentr√©e quand je suis entour√©e de gens, de mouvements, de bruits. Il y a trop de stimulation √† l’ext√©rieur et √ßa me distrait trop facilement. Et depuis dimanche, j’√©coute le livre de Chanel Miller, Know My Name, lu par elle-m√™me, et je sais pas comment mieux le d√©crire que par WOW. On pourrait penser que c’est f√Ęcheux que je ne trouve pas d’autres mots, vu que je suis suppos√©e √™tre √† l’aise avec les mots et tout √ßa, mais vraiment, c’est celui qui me vient √† l’esprit. Je connaissais les grandes lignes de son histoire. Je connaissais le nom de son agresseur. Mais je ne connaissais pas son nom √† elle jusqu’√† r√©cemment. Et j’√©tais loin de connaitre tous les d√©tails de son histoire. J’ai beaucoup pleur√© en l’√©coutant. Il me reste trois heures √† √©couter et je suis sure que je vais encore verser quelques litres de larmes, mais je ne regrette aucunement d’avoir choisi d’√©couter ce livre. Sa voix est si douce et si puissante √† la fois. Son histoire est pr√©cieuse. Ce qu’elle a v√©cu est d√©gueulasse, mais le fait qu’elle ait trouv√© la force de la raconter de fa√ßon si pr√©cise en partageant ce qu’elle a travers√© √† partir du jour o√Ļ elle a √©t√© agress√©e sexuellement, tout en analysant avec tant de lucidit√© le syst√®me mis en place pour r√©duire les victimes au silence, c’est wow puissance 100 millions.

Mais je me suis un peu √©gar√©e. J’√©tais venue ici pour parler d’un autre livre, qui lui aussi parle d’abus sexuel et d’un syst√®me qui prot√®ge toujours les m√™mes. Chanel a √©t√© victime d’agression sexuelle aux Etats-Unis. Dans La Familia grande, Camille Kouchner raconte une histoire d’inceste en France. J’ai lu ce livre un an apr√®s avoir lu Le Consentement, de Vanessa Springora. Et j’ai √©t√© frapp√©e par la m√™me chose. Les gens qui savaient et qui n’ont rien dit, qui n’ont rien fait pour aider l’enfant en danger. Ce silence autour de l’inceste et des abus sexuels an g√©n√©ral est insupportable. Le livre a apparemment d√©clench√© une vague de t√©moignages en France de la part de personnes ayant subi l’inceste sous le mot di√®se (hashtag) #metooinceste.

Comme j’ai d√©j√† √©cout√© quelques podcasts √† ce sujet, dont l’excellent Un podcast √† soi, je savais que cela √©tait beaucoup plus commun que ce qu’on ne le pense en g√©n√©ral. Mais je dois avouer que je trouve ce sujet particuli√®rement p√©nible √† √©couter et que m√™me si je veux en savoir plus, et que je pourrais essayer d’√™tre plus d√©tach√©e car cela ne me concerne pas directement, j’ai du mal. C’en est au point que j’ai du mal √† respirer et c’est le genre de sujet dans lequel je peux me plonger seulement quand je vais au mieux, que je ne suis pas hormonale, ou d√©j√† en col√®re contre autre chose (ce qui est un peu difficile car je suis toujours en col√®re contre quelque chose, vu l’√©tat du monde dans lequel on vit).

Le livre de Camille Kouchner se lit tr√®s facilement. Les phrases sont courtes. La langue n’est pas tr√®s compliqu√©e, tout en √©tant jolie. J’ai pleur√© √† plusieurs reprises. Je l’ai lu tr√®s vite. J’ai √©t√© en col√®re et j’ai eu si mal pour elle, m√™me si ce n’est pas elle qui a subi les abus sexuels de son beau-p√®re, mais son fr√®re jumeau. J’ai √©t√© d√©gout√©e par la grande majorit√© des adultes de cette histoire. Par le silence √©touffant de ceux qui savaient.

Et aussi, je trouve cela d√©sesp√©rant que les √©lites de gauche soient impliqu√©es dans ce genre d’histoires. Moi, dont le cŇďur balance tr√®s √† gauche, je me sens trahie par ces personnes et leurs actions abjectes. Et pourtant, je sais depuis longtemps qu’il y a des pourritures √† gauche comme √† droite, du sexisme, du racisme, de l’homophobie et toutes sortes de discriminations des deux c√īt√©s, mais cela me fait plus mal quand √ßa vient de la gauche et me fait plus peur pour l’avenir du monde.

En plus du livre, j’avais regard√© l’√©pisode de La Grande Librairie dont Camille Kouchner √©tait l’invit√©e, car il √©tait disponible en entier sur YouTube, mais a depuis √©tait supprim√©, malheureusement.

Vous pouvez toutefois en voir un extrait de 6 minutes. (l’√©mission durait 90 minutes ūüôĀ )

Quelques podcasts écoutés ce mois-ci

Beaucoup de travail, pas beaucoup de temps pour √©crire ici, mais j’ai eu le temps de lire six livres en janvier (dont un en fran√ßais dont je parlerai bient√īt) et d’√©couter quelques podcasts en cuisinant ou en me baladant dans les rues.

Episode 59 – L’art peut-il √™tre raciste. Invit√©e pour en parler : Mame-Fatou Niang, enseignante chercheuse aux Etats-Unis. Conversation super int√©ressante. J’ai aussi regard√© le documentaire Mariannes Noires r√©alis√© par l’invit√©e, dans lequel elle donne la parole √† sept femmes noires fran√ßaises, qui parlent de leur exp√©rience de vie en France. (Le lien ne sera probablement plus valide apr√®s le 1er f√©vrier)

Episode 60 – Sous-traitance, maltraitance √† l’Ibis Batignolles – Invit√©e pour en parler : Rachel Keke, gouvernante et porte-parole des gr√©vistes de l’Ibis Batignolles. Je savais vaguement que des femmes de chambre faisaient la gr√®ve depuis de nombreux mois quelque part en France. J’ai enfin compris pourquoi gr√Ęce √† cette discussion. Ce que vivent ces femmes au quotidien est inadmissible. Leurs conditions de travail ne sont pas dignes de celles d’un pays riche. La France aime tellement donner des le√ßons aux autres pays, mais elle devrait avoir honte de laisser ce genre d’abus avoir lieu. L’hypocrisie de ce pays m’a toujours r√©volt√©e. Et plus j’en apprends, plus je suis en col√®re.

J’ai d√©couvert ce podcast r√©cemment. Comme Kiffe ta Race, il est pr√©sent√© par deux femmes racis√©es. Elles abordent le th√®me du racisme syst√©mique, en discutant particuli√®rement du racisme √† l’√©cole. J’ai beaucoup aim√© les deux √©pisodes que j’ai √©cout√©s et je compte √©couter les autres.

Episode 2 РLes effets néfastes des micro-agressions racistes sur le développement des enfants racisés

Episode 4 – L’√©cole et les enjeux de la transmission linguistique aux enfants racis√©s

Episode 70 – La politique, d’homme √† homme – Invit√©e pour en parler : Marie-C√©cile Naves, docteur en sciences politiques et autrice de l’essai La D√©mocratie f√©ministe. R√©inventer le pouvoir. Je sais pas vous, mais moi, j’en peux plus de ce monde dirig√© par des hommes.

2020, ann√©e lesbienne ? – Invit√©e : Lauriane Nicol qui tient le compte Instagram Lesbien raisonnable. J’ai trouv√© la conversation int√©ressante. Pour moi, 2020 a √©t√© sans aucun doute l’ann√©e o√Ļ j’ai pris conscience du r√īle que les lesbiennes jouaient depuis toujours pour d√©fendre les plus faibles, les exclus de la soci√©t√©, etc. Elles sont toujours pr√™tes √† se battre pour la justice. Ce sont les f√©ministes ultimes et en tant que groupe social, elles ont toute mon admiration.

Episode 17 – Le grand m√©chant queer – Invit√©e : Aline Mayard, journaliste sp√©cialiste des repr√©sentations LGBTQ+ dans les s√©ries et dans les films. J’ai trouv√© cette conversation super int√©ressante car je n’avais jamais vraiment r√©fl√©chi √† ce sujet.

Episode 117 – Qu√©bec, terre promise ? Cl√©mentine Gallot et Emeline Am√©tis parlent f√©minisme au Qu√©bec. J’√©tais curieuse de voir ce qu’elles allaient en dire. Ne connaissant pas personnellement le Qu√©bec, je l’ai longtemps id√©alis√©. J’ai toujours eu l’impression que les gens y √©taient plus ouverts, plus sympas. Tous les Canadien.ne.s rencontr√©.e.s lors de voyages ont √©t√© des gens plut√īt chouettes. Puis, j’ai eu une √©tudiante qui venait de s’installer au Qu√©bec quand on a commenc√© √† travailler ensemble. Une √©tudiante venant d’Am√©rique latine. Dont j’ai vu le moral fluctuer √©norm√©ment lors de ses premiers mois l√†-bas. J’ai compris √† travers ses r√©cits qu’il y avait aussi beaucoup de probl√®mes au Qu√©bec. Des probl√®mes de racisme entre autres. Les pr√©sentatrices du podcast ont confirm√© tout ce que cette √©tudiante m’avait dit. Le Qu√©bec, c’est bien mieux que la France en termes de f√©minisme et d’avanc√©es sociales, mais il y a encore √©norm√©ment de boulot et ils ont leur lot d’in√©galit√©s l√†-bas aussi. Beaucoup de r√©f√©rences dans cet √©pisode !

Syndrome d’imposture : les ravages de l’exc√®s de confiance masculin – Format plus court, je crois que c’est le seul podcast fran√ßais pr√©sent√© par un homme que j’√©coute r√©guli√®rement. Il mentionne une citation vers la fin de l’√©pisode, √† qui il ne sait plus l’attribuer. C’est une traduction d’une autrice Canadienne du nom de Sara Hagi : Carry yourself with the confidence of a mediocre white man. Une citation que j’adore.

Episode 84 – La cancel culture avec ContraPoints et Loretta Ross – J’ai √©cout√© l’√©pisode en anglais, mais il a √©t√© traduit en fran√ßais si vous voulez. Ce n’est pas un doublage mais un compte-rendu de ce qui a √©t√© dit. Utile si vous pr√©parez le C2. Une conversation tr√®s intelligente.

Humour : le e prépausal

Un de mes √©l√®ves a partag√© cette vid√©o avec moi et √ßa m’a fait beaucoup rire. C’est tellement vrai. C’est un ph√©nom√®ne dont j’ai conscience depuis toujours car d√©j√† petite, j’√©tais assez √† cheval sur la langue (beaucoup plus qu’aujourd’hui en v√©rit√©) et je trouvais vraiment bizarre que les gens ajoutent des sons sans raison √† la fin des mots. Je n’ai jamais recherch√© pourquoi. Et maintenant, j’en sais un peu plus, et je connais m√™me le nom du ph√©nom√®ne si l’envie me prenait de faire quelques recherches.

Emily in Paris

Je suis en cong√© cette semaine et √ßa fait du bien. Normalement, je n’√©cris pas de posts quand je ne travaille pas, mais une fois n’est pas coutume. Tout le monde semble avoir une opinion sur la nouvelle s√©rie Netflix, Emily in Paris, et depuis que je l’ai regard√©e il y a deux semaines, mon t√©l√©phone n’arr√™te pas de me proposer de lire des articles √† ce sujet. Je ne les lis pas tous bien s√Ľr, mais j’en ai lu quelques-uns du d√©but √† la fin et plusieurs autres en diagonale. J’ai aussi entendu des commentaires dans des podcasts et lu diverses opinions sur Instagram. Et je suis √† la fois amus√©e et agac√©e.

Personnellement, j’ai ador√© cette s√©rie. J’avais pr√©vu de regarder un √©pisode un samedi soir, juste pour voir ce que c’√©tait, et je me suis retrouv√©e √† regarder 5 heures de Netflix d’affil√©e. Je les ai √† peine vues passer.

Je n’ai jamais v√©cu √† Paris, mais depuis que j’enseigne en ligne, j’ai travaill√© avec de nombreuses √©tudiantes qui vivaient / avaient v√©cu √† Paris, et certaines qui y vivent toujours, et j’ai moi-m√™me v√©cu en France pendant 22 ans. Certaines des situations v√©cues par Emily dans la s√©rie m’ont rappel√© des anecdotes v√©cues par mes √©tudiantes. Certaines questions soulev√©es par la s√©rie (en particulier celle du sexisme) √©taient en plein dans le mille.

Alors oui, bien s√Ľr, tout le monde ne vivra pas les m√™mes exp√©riences et on peut avoir l’impression que la s√©rie est pleine de clich√©s, mais de mon point de vue, c’√©tait √† peine exag√©r√©. J’ai trouv√© les Fran√ßais plut√īt tr√®s bien repr√©sent√©s (hormis le fait qu’ils parlaient beaucoup trop bien anglais, et que parfois ils parlaient anglais entre eux, ce qui est improbable) et les clich√©s sur les Am√©ricains √©taient aussi assez justes, si je me base sur ma propre exp√©rience. Et chacun ses gouts, mais perso, je pr√©f√®re une attitude positive et un accueil chaleureux (m√™me s’il est superficiel) √† la froideur et l’antipathie fran√ßaises. Et les Am√©ricains sont beaucoup plus avanc√©s en ce qui concerne les questions soci√©tales qui me tiennent √† cŇďur. Et pour ce qui est du service clients, les Am√©ricains sont imbattables !

J’ai trouv√© cette s√©rie l√©g√®re, divertissante, et parfaite pour se vider la t√™te.

J’ai trouv√© les d√©bats qui ont suivi sa sortie quelque peu aga√ßants. J’ai lu des articles extr√™mement critiques, √©crits par des Fran√ßais.e.s, disant que la vie √† Paris, ce n’√©tait pas du tout comme √ßa.

Mais il est bien √©vident que l’exp√©rience d’une personne fran√ßaise vivant √† Paris sera diff√©rente de celle d’une personne √©trang√®re. Et que selon leur travail, leur quartier, leur budget, etc., deux √©trang√®res pourront avoir des exp√©riences totalement oppos√©es.

J’ai v√©cu √† Londres pendant 8 ans. Mon exp√©rience de Londres n’a rien √† voir avec celle de mes amies londoniennes. Quand je leur raconte des histoires qui me sont arriv√©es, elles ouvrent des grands yeux incr√©dules. J’avais 27 ans quand je me suis install√©e √† Londres. Je n’√©tais pas timide, je parlais d√©j√† bien anglais, je sortais beaucoup et je rencontrais des gens facilement. Et je pense que le fait que j’√©tais clairement √©trang√®re et plus particuli√®rement clairement fran√ßaise, car je n’ai jamais perdu mon accent, faisait penser aux hommes qu’ils pouvaient me parler d’une certaine fa√ßon, dont ils n’auraient jamais os√© parler √† leurs compatriotes. Les endroits que j’aimais fr√©quenter au d√©but n’√©taient pas non plus forc√©ment ceux o√Ļ j’irais maintenant. Avant de vivre √† Londres, j’en avais une vision tr√®s id√©alis√©e.

Je pense qu’on ne peut pas dire √† une √©trang√®re qu’elle a une vision erron√©e d’un pays parce que c’est notre pays et qu’on pense mieux le connaitre. On ne saura jamais ce que c’est d’√™tre √©trang√®re dans son propre pays. Les gens ne nous traitent pas pareil quand on vient d’ailleurs et nos exp√©riences sont souvent bien diff√©rentes de celles des locaux. Cela fait 18 ans que je suis une √©trang√®re et j’ai une vision de chaque pays probablement assez diff√©rente de celle des locaux.

En partant de l√† et en ayant ma propre opinion (peu flatteuse) des Fran√ßais, je trouve que ce qui arrive √† Emily dans la s√©rie est tout √† fait plausible. Plusieurs de mes √©l√®ves ayant fait l’exp√©rience de la vie √† Paris partagent mon opinion. Et certaines personnes sur Instagram ont r√©pondu √† la story que j’avais post√©e √† ce sujet me disant qu’elles ressentaient la m√™me chose.

Alors oui, que tout cela arrive à une seule et même personne peut paraitre exagéré, mais cela reste une fiction, censée divertir, et tous ces débats démontrent à quel point les Français ont du mal à accepter la critique, même formulée avec humour, et sont sacrément rabat-joie !

Apr√®s, √©videmment qu’il y a plein d’aspects de la vraie vie parisienne qui n’ont pas √©t√© abord√©s, mais je ne pense pas que le but des r√©alisateurs √©tait de r√©aliser une saga historique.

Plateforme de streaming en français

Cela fait un petit moment que je veux vous parler de cette plateforme mais je voulais avoir le temps d’y faire un tour avant de la recommander.

La v√©rit√©, c’est que je n’ai pas vraiment eu le temps de le faire. Je ne sais m√™me plus comment j’ai √©t√© inform√©e. C’√©tait il y a quelques semaines je crois. Par email. Ou peut-√™tre sur Instagram.

J’y ai fait un mini tour et comme c’est TV5 monde qui propose cette plateforme, j’aurais tendance √† vous encourager √† faire de m√™me. Vous y trouverez des films, des s√©ries, des documentaires, des podcasts, etc., tout √ßa en fran√ßais bien √©videmment, et chose int√©ressante, pas seulement du fran√ßais de France.

Message √† mes √©l√®ves : je compte sur vous pour me dire ce que vous en pensez ! ūüėČ