Brésil et végétarisme

Un petit article facile de Courrier International pour commencer l’année en douceur.

Étant végane depuis plus d’un an maintenant, ce genre d’information m’intéresse énormément. L’article n’est à priori pas très difficile, mais si vous n’êtes ni végétarien.ne, ni végane, il est possible que vous connaissiez mal le vocabulaire autour de ce thème (en vert dans le texte).

En plus du vocabulaire, j’ai mis en évidence des verbes (parfois accompagnés de prépositions) en rouge, des connecteurs (surlignés en bleu), une litote très courante en gras et en bleu, et j’ai surligné en jaune deux pronoms relatifs et un pronom complément.

Observez en prenant votre temps !

Nouvelle année, tête reposée, nouveau confinement, histoire de vacances, résolutions…

Me revoilà !

Bonne année à tou.te.s !

Je reprends le travail aujourd’hui et même si mes vacances n’étaient pas parfaites, je dois avouer que je ne me suis pas sentie si reposée depuis bien longtemps.

C’est devenu un petit rituel maintenant, je vais vous raconter le pire de mes vacances. La première partie, à Chiang Rai, dans le nord de la Thaïlande, était parfaite. Il faisait un peu froid, mais j’avais des écharpes et une veste. C’était reposant, l’hôtel était formidable, on a trouvé des restos qui proposaient des plats véganes et sans gluten, on a visité des endroits magnifiques et uniques et rencontré des gens très sympas.

La deuxième partie, à Koh Lipe, une ile au sud de la Thaïlande, près de la Malaisie, était beaucoup moins parfaite.

Tout d’abord, il nous a fallu 10 heures pour arriver à destination. On a quitté notre appartement à 5h du matin et on est arrivés à l’hôtel à 15h. Le vol était court, seulement 1 heure et 10 minutes. Un taxi nous attendait pour nous emmener au port, où nous sommes arrivés un peu avant 10h. Pour nous entendre dire que le bateau était à 11h30. Le port de Pakbara est tout petit, il n’y a rien à faire et bien sûr, impossible de trouver de quoi manger qui soit végane et sans gluten.

À 11h15, on a commencé à embarquer. En pleine alerte covid, ils nous ont entassés comme du bétail sur un hors-bord. On était 69 passagers, serrés comme des sardines, c’était horrible.

Le bateau a fait deux détours et deux arrêts sur des iles où il n’y avait ni toilettes, ni bouffe. Juste pour prendre des photos. Mes règles ont commencé pendant le voyage. Je m’y attendais, alors j’étais préparée et gavée d’ibuprofène, mais je n’avais qu’une hâte, c’était d’arriver dans ma chambre et de me reposer. Les deux arrêts ont ajouté une heure à un trajet déjà très long. Il y avait des enfants à bord, qui étaient étonnamment calmes. Je ne suis descendue à aucun des deux arrêts et j’étais furieuse. L’hôtel avait organisé les tickets mais n’avait pas mentionné le cauchemar que serait le voyage. On a débarqué sur l’ile à 14h30 et il a encore fallu attendre un type pour nous emmener à l’hôtel en tuk tuk. 30 minutes de plus. Alors qu’on aurait pu y aller à pied en 5 minutes.

Je suis donc arrivée à l’hôtel épuisée et pas vraiment de bonne humeur. Tout ce que je voulais, c’était être seule, loin des gens, dans mon hamac. Quand j’ai dit à la réceptionniste que vraiment, ils pourraient prévenir les clients que le voyage en bateau se faisait dans ces conditions et que vraiment, c’était pas cool, surtout qu’il n’y avait pas de toilettes et que j’avais mes règles et que c’était vraiment pas idéal, cette idiote m’a répondu qu’il fallait que je me calme. Si vous me connaissez un peu, vous imaginez comment cette réponse m’a plu… Je crois que les gens n’aiment pas qu’on parle de règles. Ça les met mal à l’aise. Mais merde. Comme l’a dit une de mes amies qui partage mon point de vue que l’on devrait parler plus de règles, quand quelqu’un a le nez bouché et nous le dit, il trouve ça normal, non ? Alors qu’il est probable qu’on s’en fout complètement. Alors pourquoi ne pourrait-on pas faire pareil avec nos règles ?

Enfin bon… Nous sommes arrivés à notre bungalow avec vue sur mer et la vue était juste magnifique.

Puis, on a ouvert la porte, et on a remarqué qu’elle ne fonctionnait pas très bien et qu’il y avait un gros trou entre les deux portes coulissantes.

L’air conditionné pouvait s’échapper tranquillement et les moustiques entrer tout aussi tranquillement. D’ailleurs, beaucoup de moustiques avaient commencé à faire la fête dans la chambre avant notre arrivée.

On a appelé la réception, signalé le problème et ils ont dit qu’ils allaient envoyer quelqu’un pour régler le problème. Je vis en Thaïlande depuis assez longtemps pour avoir des doutes quand j’entends ça. Quelqu’un a fini par venir. 3 hommes. Le premier a pris des mesures approximatives avec un mètre en métal qui a manqué de m’éborgner si je n’avais pas fait attention. Ensuite, ils ont mesuré, coupé, soudé, ça a pris a peu près une heure et au final, rien n’avait changé.

Entre temps, la gérante de l’hôtel, à qui j’avais écrit un email, m’avait appelée et son accent français était assez fort pour que je le détecte et nous sommes donc vite passé de l’anglais au français. Elle était très sympa. S’est excusée. M’a proposé de nous réserver une chambre dans un autre hôtel, car ils étaient complets ce soir-là. L’idée de reprendre ma valise pour aller ailleurs n’était pas super enthousiasmante pour moi. Ils ont fini par mettre du scotch épais pour boucher le trou et empêcher les moustiques d’entrer, et nous ont proposé un autre bungalow pour le lendemain, mais il était à peu près 18h quand ils ont terminé et la première journée était complètement gâchée. J’avais décidé de faire une détox numérique et d’être super saine cette semaine. J’ai passé cette journée-là à fumer (je ne fume plus depuis bien longtemps), à me plaindre sur mon téléphone et le soir, j’ai bu des cocktails dans un bar. J’avais l’estomac tellement noué que je n’ai rien pu manger de la journée.

Puis le reste de la semaine, ça a été ça :

Mon mari est allé faire de la plongée, et mon projet de lire tranquille dans mon hamac surplombant la baie est tombé à l’eau. Je n’ai même pas lu un livre en entier. Le bruit des bateaux était incessant. Du lever au coucher du soleil. Je suis hypersensible au bruit. C’était un cauchemar pour moi. La vue était magnifique, mais le bruit, insupportable. Puis, une fois le soleil couché, c’était la musique qui commençait. La baie était comme une boite de nuit géante. Tous les bars jouaient leur musique à fond. On était à une extrémité de la plage. Je pensais que l’on serait tranquilles. Grosse erreur !

Ce que j’ai le plus aimé cette semaine, c’est les deux copines que je me suis faites :

On a quitté l’ile un jour plus tôt que prévu. Cela a rendu le voyage de retour plus plaisant. On a passé une nuit à Hat Yai, ville où se trouve l’aéroport. On a avancé notre vol au matin. Et j’étais ravie de rentrer.

Ce n’est pas une histoire aussi horrible que celle des sangsues de l’an dernier et franchement, je ne veux pas trop me plaindre. J’ai passé une année plutôt géniale et si j’ai eu 4 jours de vacances pas super, ce n’est pas la fin du monde. Mon mari a adoré Koh Lipe car il a fait de la plongée pour la première fois et il a adoré. Et comme lui a passé une année difficile, je suis contente qu’il ait pu passer de bonnes vacances.

Maintenant, je suis prête à me reconfiner. De nombreux nouveaux cas ont été découverts en Thaïlande et de nouvelles mesures restrictives ont été mises en place. Je m’y attendais un peu, alors pas de grande surprise. Mon mari va devoir travailler à la maison quelque temps mais comme on a un appartement plus grand que pendant le dernier confinement, je suis optimiste et je pense que les choses vont mieux se passer cette année. Les salles de sport sont fermées jusqu’à nouvel ordre, mais j’ai déjà tout l’équipement sportif nécessaire.

J’ai tenu ma résolution de l’an dernier. Je n’ai lu que des livres écrits par des femmes en 2020 et quelques livres écrits par des hommes appartenant à des groupes discriminés. J’ai lu un petit livre écrit par un homme blanc, à priori hétéro, car il était l’invité d’un épisode du podcast féministe Les Couilles sur la Table, et le sujet m’intéressait.

Cette année, ma résolution est de ne plus perdre de temps / mieux utiliser mon temps. C’est une grande résolution. Il va falloir que je réfléchisse à comment la mettre en place efficacement. J’ai déjà pensé à plusieurs choses :

  • éteindre les notifications de mon téléphone et le tenir éloigné de moi plusieurs heures par jour + ne le consulter qu’à des heures précises.
  • ne plus boire d’alcool car même si c’est drôle sur le moment, c’est une journée de perdue garantie le jour suivant, au minimum.
  • dormir plus et avoir des horaires plus réguliers.

Et je verrai déjà avec ça ce qui se passe !

Un village qui change de nom

Les vacances approchent à grand pas, et dans le souci d’être à jour dans mon travail, je délaisse un peu le blog.

Mais voici un petit article dont vous pouvez faire l’analyse que j’ai préparée, et bien sûr, vous pouvez en faire plus (ou moins – mais quoi que vous fassiez, faites-le de façon appliquée, en toute conscience, sans vous presser !)

En rouge, quelques verbes à observer, en jaune, quelques prépositions ou locutions. Surlignées en rose, des collocations, c’est-à-dire des mots qui sont souvent combinés, que l’on retrouve souvent ensemble. Pour les mots en vert, je vous suggère de réfléchir à des synonymes. En violet, 6 pronoms relatifs (point de grammaire qui reste souvent sensible chez les étudiant.e.s avancé.e.s). Et en bleu, deux expressions fréquemment utilisées par les natifs, mais beaucoup moins par mes élèves.

Bonne analyse !

Avancées sociales en Suisse

J’ai vécu en Suisse entre 2004 et 2007. J’ai adoré ma vie en Suisse. J’y ai trouvé une certaine stabilité. J’ai travaillé pour des gens adorables qui ont restauré ma foi en l’humanité et qui m’ont permis d’avancer. Ce qui fait que j’ai longtemps tenu la Suisse pour le pays le plus chouette d’Europe.

Et je pense toujours que c’est un pays magnifique, avec des paysages époustouflants. Mais j’ai aussi beaucoup appris sur la Suisse ces dernières années, à travers ma soif d’apprendre grandissante sur toutes les questions féministes. Et j’ai découvert un pays très à la traine sur les questions sociétales. J’ai suivi d’assez près (même si je suis loin) les grèves des femmes en juin 2019. J’ai appris, entre autres, que les femmes avaient pu voter seulement à partir de 1971 et que dans un certain canton, elles n’avaient obtenu le droit de vote qu’en 1991. 😲

Je vivais dans une bulle quand je vivais en Suisse. C’est un pays riche. Je ne voyais pas la pauvreté. Je pensais naïvement qu’il n’y en avait pas vraiment. On pourrait dire que je n’étais pas fute-fute. Ou plutôt que je ne m’intéressais pas au monde comme je m’y intéresse maintenant. J’avais des problèmes à régler avec moi-même avant de pouvoir trouver l’espace mental pour m’intéresser aux autres je pense. Et c’est en fait en Suisse que j’ai trouvé cet espace. Alors ce pays aura toujours une place spéciale dans mon coeur.

Toutefois, je ne suis pas sure que j’aimerais y vivre à nouveau, sachant maintenant ce que je sais (et aussi, la vie y est vraiment très chère !) J’ai eu un certain nombre d’étudiant.e.s basé.e.s en Suisse depuis que j’enseigne en ligne. Les cours de français sont si chers là-bas que je suis une affaire apparemment !

Beaucoup de ces élèves m’ont confirmé qu’en effet, les mentalités pouvaient être un peu rétrogrades, et parfois très sexistes, et que c’était particulièrement visible dans le monde du travail. J’avoue que j’ai été très déçue quand j’ai appris tout ça.

Mais hier, un de mes formidables étudiants ayant vécu et étudié en Suisse a partagé avec moi un article du Temps, que j’ai copié et coloré ici pour que vous puissiez le lire de façon active, tout en vous réjouissant du progrès social que cette nouvelle représente !

Surlignés en bleu, des connecteurs et en jaune, des prépositions (demandez-vous à quoi elles sont rattachées et si vous auriez utilisé les mêmes). En rouge, des verbes et expressions verbales, en vert, du vocabulaire sur le thème du vote, et en violet, le pronom relatif QUI, après un pronom démonstratif et après une préposition (ces structures sont souvent mal maitrisées – si vous les trouvez difficiles, prenez le temps de les relever dans vos lectures et de les analyser).

Bonne analyse !

Humour : le e prépausal

Un de mes élèves a partagé cette vidéo avec moi et ça m’a fait beaucoup rire. C’est tellement vrai. C’est un phénomène dont j’ai conscience depuis toujours car déjà petite, j’étais assez à cheval sur la langue (beaucoup plus qu’aujourd’hui en vérité) et je trouvais vraiment bizarre que les gens ajoutent des sons sans raison à la fin des mots. Je n’ai jamais recherché pourquoi. Et maintenant, j’en sais un peu plus, et je connais même le nom du phénomène si l’envie me prenait de faire quelques recherches.

Très peu pour moi

Vous pouvez dire cela dans un contexte où, par exemple, on sert du gâteau et quand c’est votre tour, vous dites très peu pour moi s’il vous plait, car vous voulez une toute petite part.

Mais vous c’est aussi une expression avec un sens un peu moins littéral.

Quelques exemples :

  • Travailler pour un homme, très peu pour moi.
  • Vivre dans un pays froid, très peu pour moi.
  • Les gens d’extrême-droite, très peu pour moi.
  • Les maths et les sciences, très peu pour moi.
  • Les soirées où tout le monde se soule, très peu pour moi.
  • Les films de guerre, très peu pour pour moi.
  • Les chansons qui insultent les femmes, très peu pour moi.

Si vous me connaissez, vous devriez comprendre assez facilement ce que cela signifie. Je pourrais aussi dire, non merci ou c’est pas mon truc. C’est une façon de dire que l’on n’aime pas, que l’on ne ne souhaite pas, ou encore que l’on refuse quelque chose. Cela reste poli, tout en pouvant contenir une petite touche de sarcasme.

Livre : Moi les hommes, je les déteste

Vous avez peut-être entendu parler de ce livre ?

Il est sorti au mois d’aout et la raison pour laquelle j’en ai entendu parler, c’est qu’un chargé de mission au ministère de l’égalité femmes-hommes en France a voulu le faire interdire. Le titre a suffi à me séduire, et je me suis précipitée pour l’acheter. Quelle déception de voir qu’il n’était pas disponible en version Kindle ! Il était publié par une toute petite maison d’édition.

Mais grâce à cet imbécile qui a voulu le censurer, le livre s’est vendu comme des petits pains, les stocks ont été rapidement épuisés, et il a été repris par une plus grande maison d’éditions (Seuil). Et j’ai pu l’acheter sur Kindle ! 🙂 Je l’ai lu d’une traite et j’ai adhéré à chaque phrase de l’autrice, Pauline Harmange.

J’ai surligné beaucoup de passages. En voici quelques-uns. Peut-être vous donneront-ils envie de lire ce petit livre très bien écrit :

  • Par défaut, je les tiens très bas dans mon estime.
  • Détester les hommes, en tant que groupe social et souvent en tant qu’individus aussi, m’apporte beaucoup de plaisir.
  • On demande aux hommes d’utiliser leur pouvoir, leurs privilèges, à bon escient : en poliçant les autres membres masculins de leur entourage, par exemple, pas en expliquant aux femmes comment mener leur combat.
  • féministes “à la française” (c’est-à-dire très partantes pour reconnaitre les problèmes d’égalité femmes-hommes dans les autres pays du monde, mais plutôt enclines à trouver qu’ici en France ça va, on n’a pas trop à se plaindre)
  • ayant ouvert les yeux sur la profonde médiocrité de la majorité des hommes, il n’y a plus de raison de les apprécier par défaut
  • je suis certaine que si demain j’étais à nouveau célibataire, il me serait très difficile d’entamer une nouvelle relation avec un homme
  • ils étaient tellement essentiels au regard que je portais sur ma propre personne
  • Si je me refuse à lui [son mari] octroyer un droit d’être médiocre parce qu’il est un homme et que les hommes sont comme ça, c’est surtout pour m’octroyer à moi-même autant d’estime que j’en ai pour toutes les autres femmes à qui je souhaite des relations véritablement égalitaires.
  • On ne peut pas comparer misandrie et misogynie, tout simplement parce que la première n’existe qu’en réaction à la seconde.
  • Tous les hommes ne sont peut-être pas des violeurs, mais quasiment tous les violeurs sont des hommes – et quasiment toutes les femmes ont subi ou subiront des violences de la part des hommes. Il est là, le problème. Elle est là, l’origine de notre détestation, de notre malaise, de notre méfiance.
  • Quand nous détestons les hommes, au mieux nous continuons de les tolérer avec froideur, parce qu’ils sont partout et qu’il faut bien faire avec
  • Il n’y a que les dominants qui peuvent se permettre d’être raisonnables et calmes en toutes circonstances, car ce ne sont pas eux qui souffrent.

Emily in Paris

Je suis en congé cette semaine et ça fait du bien. Normalement, je n’écris pas de posts quand je ne travaille pas, mais une fois n’est pas coutume. Tout le monde semble avoir une opinion sur la nouvelle série Netflix, Emily in Paris, et depuis que je l’ai regardée il y a deux semaines, mon téléphone n’arrête pas de me proposer de lire des articles à ce sujet. Je ne les lis pas tous bien sûr, mais j’en ai lu quelques-uns du début à la fin et plusieurs autres en diagonale. J’ai aussi entendu des commentaires dans des podcasts et lu diverses opinions sur Instagram. Et je suis à la fois amusée et agacée.

Personnellement, j’ai adoré cette série. J’avais prévu de regarder un épisode un samedi soir, juste pour voir ce que c’était, et je me suis retrouvée à regarder 5 heures de Netflix d’affilée. Je les ai à peine vues passer.

Je n’ai jamais vécu à Paris, mais depuis que j’enseigne en ligne, j’ai travaillé avec de nombreuses étudiantes qui vivaient / avaient vécu à Paris, et certaines qui y vivent toujours, et j’ai moi-même vécu en France pendant 22 ans. Certaines des situations vécues par Emily dans la série m’ont rappelé des anecdotes vécues par mes étudiantes. Certaines questions soulevées par la série (en particulier celle du sexisme) étaient en plein dans le mille.

Alors oui, bien sûr, tout le monde ne vivra pas les mêmes expériences et on peut avoir l’impression que la série est pleine de clichés, mais de mon point de vue, c’était à peine exagéré. J’ai trouvé les Français plutôt très bien représentés (hormis le fait qu’ils parlaient beaucoup trop bien anglais, et que parfois ils parlaient anglais entre eux, ce qui est improbable) et les clichés sur les Américains étaient aussi assez justes, si je me base sur ma propre expérience. Et chacun ses gouts, mais perso, je préfère une attitude positive et un accueil chaleureux (même s’il est superficiel) à la froideur et l’antipathie françaises. Et les Américains sont beaucoup plus avancés en ce qui concerne les questions sociétales qui me tiennent à cœur. Et pour ce qui est du service clients, les Américains sont imbattables !

J’ai trouvé cette série légère, divertissante, et parfaite pour se vider la tête.

J’ai trouvé les débats qui ont suivi sa sortie quelque peu agaçants. J’ai lu des articles extrêmement critiques, écrits par des Français.e.s, disant que la vie à Paris, ce n’était pas du tout comme ça.

Mais il est bien évident que l’expérience d’une personne française vivant à Paris sera différente de celle d’une personne étrangère. Et que selon leur travail, leur quartier, leur budget, etc., deux étrangères pourront avoir des expériences totalement opposées.

J’ai vécu à Londres pendant 8 ans. Mon expérience de Londres n’a rien à voir avec celle de mes amies londoniennes. Quand je leur raconte des histoires qui me sont arrivées, elles ouvrent des grands yeux incrédules. J’avais 27 ans quand je me suis installée à Londres. Je n’étais pas timide, je parlais déjà bien anglais, je sortais beaucoup et je rencontrais des gens facilement. Et je pense que le fait que j’étais clairement étrangère et plus particulièrement clairement française, car je n’ai jamais perdu mon accent, faisait penser aux hommes qu’ils pouvaient me parler d’une certaine façon, dont ils n’auraient jamais osé parler à leurs compatriotes. Les endroits que j’aimais fréquenter au début n’étaient pas non plus forcément ceux où j’irais maintenant. Avant de vivre à Londres, j’en avais une vision très idéalisée.

Je pense qu’on ne peut pas dire à une étrangère qu’elle a une vision erronée d’un pays parce que c’est notre pays et qu’on pense mieux le connaitre. On ne saura jamais ce que c’est d’être étrangère dans son propre pays. Les gens ne nous traitent pas pareil quand on vient d’ailleurs et nos expériences sont souvent bien différentes de celles des locaux. Cela fait 18 ans que je suis une étrangère et j’ai une vision de chaque pays probablement assez différente de celle des locaux.

En partant de là et en ayant ma propre opinion (peu flatteuse) des Français, je trouve que ce qui arrive à Emily dans la série est tout à fait plausible. Plusieurs de mes élèves ayant fait l’expérience de la vie à Paris partagent mon opinion. Et certaines personnes sur Instagram ont répondu à la story que j’avais postée à ce sujet me disant qu’elles ressentaient la même chose.

Alors oui, que tout cela arrive à une seule et même personne peut paraitre exagéré, mais cela reste une fiction, censée divertir, et tous ces débats démontrent à quel point les Français ont du mal à accepter la critique, même formulée avec humour, et sont sacrément rabat-joie !

Après, évidemment qu’il y a plein d’aspects de la vraie vie parisienne qui n’ont pas été abordés, mais je ne pense pas que le but des réalisateurs était de réaliser une saga historique.

Plateforme de streaming en français

Cela fait un petit moment que je veux vous parler de cette plateforme mais je voulais avoir le temps d’y faire un tour avant de la recommander.

La vérité, c’est que je n’ai pas vraiment eu le temps de le faire. Je ne sais même plus comment j’ai été informée. C’était il y a quelques semaines je crois. Par email. Ou peut-être sur Instagram.

J’y ai fait un mini tour et comme c’est TV5 monde qui propose cette plateforme, j’aurais tendance à vous encourager à faire de même. Vous y trouverez des films, des séries, des documentaires, des podcasts, etc., tout ça en français bien évidemment, et chose intéressante, pas seulement du français de France.

Message à mes élèves : je compte sur vous pour me dire ce que vous en pensez ! 😉

Les débats autour du changement de titre d’un livre

Je continue à être débordée, d’où l’absence de nouveaux posts depuis 2 semaines. J’écris ceci au son de la perceuse qui fait des trous dans un appartement voisin. Cela fait maintenant une semaine que je vis dans le bruit quasi constant et que j’écoute des playlists de relaxation à fond dans mon casque antibruit quand je ne suis pas en cours. Et en fait, cette situation m’a poussée à agir et j’ai décidé de déménager. Je voulais le faire dans quelques mois de toutes façons et il s’est avéré que maintenant était le moment idéal pour le faire : beaucoup de logements disponibles et prix cassés pour cause de COVID, combo idéal.

J’ai trouvé un appartement à mon gout et je vais pouvoir me remettre bientôt à écrire pour ce blog un peu plus régulièrement j’espère.

Je n’ai pas beaucoup écrit ces derniers temps, mais j’ai créé pas mal de nouvelles ressources pour un nouveau projet et j’ai beaucoup lu. En anglais principalement, mais je vais me remettre à lire en français très bientôt et j’espère pouvoir recommander quelques livres avant la fin de l’année.

Je n’ai pas été très connectée au monde extérieur non plus, en tout cas moins intensément que d’habitude, et ça fait du bien de faire une petite pause. Mais les podcasts ont repris après la pause estivale et j’ai recommencé à en écouter. J’ai entendu parler d’une nouvelle polémique bien française, le pays où les gens veulent conserver leur droit à être racistes (et sexistes, etc. mais ce n’est pas le sujet du jour) et j’ai trouvé cet article de Rokhaya Diallo sur le sujet, que je vous propose d’analyser ci-dessous. Depuis la publication de cet article, il semblerait que le débat ait continué en France, et que Sarkozy, l’ancien président de la France, ait tenu des propos bien racistes sur un plateau de télévision. Rokhaya Diallo et Grace Ly en parlent avec Thomas Rozec dans l’épisode 407 de Programme B.

Je ne suis pas vraiment surprise, mais je continue à me demander quand tout ceci prendra enfin fin.

Voici l’article avec en rouge des verbes, des constructions verbales, des collocations contenant des verbes, en vert, du vocabulaire, et en bleu, des connecteurs. Libre à vous d’analyser plus d’éléments, ou de vous concentrer sur un seul en particulier, selon vos besoins, vos envies, votre humeur, etc. Tout nouveau mot appris, toute nouvelle expression, toute nouvelle réalisation est un progrès !