Quiz de vocabulaire de novembre

Vous avez 5 minutes devant vous ? Testez-vous avec ce quiz !

Il y a toujours plus de 3 réponses possibles. Le but est de penser rapidement et efficacement en français pour habituer votre cerveau à le faire.

Idéalement, vous parvenez à trouver 45 réponses en 5 minutes, mais si cela vous stresse, vous pouvez ne pas mettre de chronomètre et voir combien de temps vous mettez. Puis essayez d’aller plus vite la prochaine fois !

Liaison obligatoire : entre un adjectif interrogatif ou exclamatif et un nom ou adjectif

Nous parlons ici de quels et quelles, bien sûr, car quel et quelle ne vont pas donner lieu à des liaisons, mais à des enchainements (où l’on enchaine les mots sans ajouter de son)

J’entends assez régulièrement les étudiant·e·s oublier de faire la liaison à la forme interrogative, et je crois que je ne les entends quasi jamais utiliser la forme exclamative.

Pourtant, si le nom ou l’adjectif qui suit quels ou quelles commence par une voyelle, il faut faire la liaison.

Entrainez-vous :

  • Quels ont été les résultats des tests ?
  • De quelles étudiantes parlez-vous ? (si vous ne faites pas la liaison ici, on croit que vous parlez au singulier)
  • Quelles histoires aimiez-vous quand vous étiez enfant ? (pareil)
  • À quels heureux évènements aimez-vous repenser ? (pareil)
  • Quels adorables bambins ! (pareil)
  • Quelles amies vous avez là ! (pareil)

Parties du corps : article défini VS adjectif possessif

Récemment, lors d’un cours, je me suis rendu compte qu’il fallait que je revoie cette règle car s’il est évident pour moi de choisir entre l’article défini et l’adjectif possessif, ce n’est pas toujours évident pour les apprenant·e·s, même les plus avancé·e·s.

En effet, on peut dire je me suis lavé les mains, j’ai lavé mes mains, j’ai mal au genou, mon genou me fait mal, j’ai teint mes cheveux, je me suis teint les cheveux en noir, etc.

Plusieurs choses doivent être prises en considération.

  • Sujet ou objet ?

Si la partie du corps est sujet, on emploie le possessif : mon genou me fait mal, mes yeux sont fatigués, mon nez a pris un coup de soleil… Cependant, souvenez-vous que nous sommes en français et qu’il n’est pas impossible que vous entendiez parfois l’article défini en sujet. Par exemple, si je dis “le genou me fait mal”, il est assez évident que je parle de mon genou, et l’article défini est donc possible. Dans ce cas, les deux sont possibles.

Si la partie du corps est object direct et que la relation de possession est évidente, on utilise l’article défini : j’ai mal à la tête (la mienne), elle a levé la main (la sienne), il a levé les yeux au ciel (les siens)… Il n’y a pas d’ambigüité sur le possesseur.

  • Qui fait l’action sur la partie du corps ?

Que vous fassiez l’action sur votre propre corps ou sur celui de quelqu’un d’autre, il faut utiliser l’article défini, mais quand c’est sur quelqu’un d’autre, vous devez également utiliser un pronom COI : je lui ai touché le bras (le sien), elle m’a attrapé la main (la mienne), il lui a écrasé le pied, etc.

Si vous dites : *J’ai touché le bras, on se demande le bras de qui ? *Elle a attrapé la main, la main de qui ? *Il a écrasé le pied, le pied de qui ?

  • Le nom est-il modifié par un adjectif (ou un équivalent) ?

Si le nom est modifié, il faut utiliser l’adjectif possessif : elle se brosse ses longs cheveux pendant 10 minutes tous les matins, il a écorché son dos musclé en faisant du sport (sans adjectif, on dirait plutôt : il s’est écorché le dos).

On utilisera l’article défini avec les adjectifs droit·e et gauche : il s’est écorché le genou gauche, j’ai mal à la main droite.

On pourrait en dire un peu plus à ce sujet et parler de l’article indéfini qui est également parfois adéquat, mais si vous savez cela, vous en savez déjà beaucoup. Une erreur assez fréquente que font les apprenant·e·s, c’est de calquer sur les structures anglaises et d’utiliser le possessif quand on doit plutôt utiliser le défini.

Liaison interdite : nom singulier + adjectif

Nous avons vu la semaine dernière que la liaison entre l’adjectif et le nom était obligatoire. À l’inverse, la liaison entre un nom singulier et l’adjectif qui le suit est interdite.

Si les étudiant·e·s débutant·e·s ont tendance à faire cette erreur très régulièrement, les étudiant·e·s avancé·e·s la font beaucoup moins, mais des doutes peuvent subsister et j’entends parfois des liaisons entre nom et adjectif qui ne devraient pas avoir lieu.

Entrainez-vous avec ces phrases et soyez attentif·ve quand vous pratiquez votre écoute.

  • C’est un enfant adorable.
  • J’ai une souris amusante.
  • C’est un boulanger exceptionnel.
  • Il a un chien intelligent.

Quiz de vocabulaire d’octobre

J’aurais pu choisir un thème automnal ou en rapport avec Halloween qui aura lieu très bientôt, mais ma créativité n’est pas allée dans cette direction. Il n’y a aucun thème particulier à ce quiz. Je vous mets juste au défi de trouver 45 réponses en 5 minutes.

Préparez votre chronomètre et activez votre cerveau en français ! Bonne chance !

Liaison obligatoire : adjectif + nom

Voici une autre liaison que les Français font sans y penser et cela n’échappe pas à leurs oreilles si vous ne la faites pas.

Quand vous avez un groupe nominal avec un adjectif suivi d’un nom, vous devez faire la liaison si l’adjectif se termine par une consonne de liaison et le nom commence par une voyelle.

Rappel : faire la liaison signifie que l’on ajoute un son entre 2 mots alors qu’il n’existe pas quand on prononce les deux mots séparément.

Entrainez-vous avez ces phrases :

  • C’est le petit ami de ma fille.
  • Elle n’a jamais oublié son premier amour.
  • Tu as toujours de bonnes idées.
  • C’est un très bon avocat.
  • J’ai lu un long extrait de ce livre.

quelquefois VS quelques fois

Ces homophones peuvent facilement prêter à confusion car non seulement ils se prononcent de la même façon, mais ils ont aussi un sens similaire. Cependant, ils ne s’écrivent pas pareil et ne sont pas de même nature grammaticale.

Pour éviter la confusion, j’ai une solution très simple pour moi-même, que je recommande à mes étudiant·e·s : je n’utilise qu’un seul de ces homophones, l’adverbe quelquefois, synonyme de parfois. Quand je veux dire quelques fois, qui signifie un nombre limité de fois, je choisis plutôt de dire certaines fois ou plusieurs fois.

Mes étudiant·e·s disent régulièrement quelques fois, mais comme la prononciation est la même que quelquefois, je demande généralement une précision pour être sure d’avoir compris exactement. S’ils et elles employaient certaines fois, je n’aurais pas besoin de cette précision. À l’écrit toutefois, la différence est claire.

  • Je vais quelquefois à la boulangerie pour acheter des viennoiseries. (= parfois)
  • Je suis allée quelques fois à la pizzéria sans gluten cette année. (= plusieurs fois, un nombre limité de fois)

Le pluriel des mots composés

J’ai parlé dans ce post des rectifications orthographiques concernant les noms composés. Ces rectifications portaient sur les noms composés d’une forme verbale et d’un nom commun et ceux composés d’une préposition et d’un nom commun. Mais qu’en est-il des mots composés d’un adjectif et d’un nom, de deux adjectifs, de deux noms, etc. ?

On peut les séparer en 4 catégories : ceux qui restent invariables, ceux pour lesquels seulement le premier mot s’accorde, ceux pour lesquels seulement le deuxième mot s’accorde, et ceux pour lesquels les deux éléments prennent la marque du pluriel.

LES NOMS COMPOSÉS INVARIABLES

  • adjectifs de couleur composés : des yeux bleu-vert, des tomates rouge foncé (voir ce post pour plus de détails sur le pluriel des adjectifs de couleur)
  • verbe + adverbe : des lève-tôt, des lève-tard
  • verbe + verbe : des savoir-faire, des ouï-dire
  • verbe + article/préposition + nom : des tape-à-l’œil, des pince-sans-rire
  • verbe + nom au pluriel : des sèche-cheveux
  • expressions : des hors-la-lois, des hors-d’œuvre

LE PREMIER MOT S’ACCORDE

  • nom + complément prépositionnel (=avec une préposition) : des pots-de-vin, des arcs-en-ciel
  • nom + nom à valeur de complément prépositionnel : des années-lumière, des pauses-café

LE DEUXIÈME MOT S’ACCORDE

  • verbe + nom / préposition + nom : voir ce post
  • point cardinal + nom : des Sud-Africains, des Nord-Américains
  • adverbe + nom : des non-lieux

LES DEUX MOTS S’ACCORDENT

  • nom + nom : des choux-fleurs
  • adjectif + adjectif : les derniers-nés
  • nom + adjectif : des coffres-forts
  • adjectif + nom : des fous rires

Il est possible de trouver des listes avec plus de sous-catégories, mais elles ne prennent pas toujours en compte les rectifications orthographiques. Il est aussi possible que j’aie oublié d’en mentionner, bien que j’aie recoupé plusieurs sources. N’hésitez pas à m’interpeler si tel était le cas !

Rectification orthographique : le pluriel des noms et adjectifs empruntés à d’autres langues

Parlons aujourd’hui parler de la règle B2 du Grand vadémécum de l’orthographe moderne recommandée. C’est une règle qui concerne les pluriel des noms et adjectifs étrangers et que j’accueille à bras ouverts car jusqu’à récemment, j’avais de gros doutes sur ce qui était correct ou pas. Je connaissais les anciennes règles, mais j’avais remarqué que dans l’usage, cela changeait d’une personne à l’autre, et je me demandais si j’avais raté un épisode ou si les gens ne connaissaient pas les règles.

Il est possible que les gens aient été aussi déroutés que moi, ou qu’ils aient su avant moi, je ne sais pas, mais j’avais bien raté un épisode.

J’étais arrivée au point où je me demandais si l’on devait écrire des sandwiches, ou des sandwichs. J’aurais plutôt écrit des sandwiches, mais j’avais des doutes à cause de l’anglais. Étais-je influencée par mon autre langue ? Devais-je dire des mafiosos ou des mafiosi, des stimulus ou des stimuli, des gentlemans ou des gentlemen, des scénarios ou des scénarii ? J’ai toujours eu le sentiment que les gens qui utilisaient le pluriel italien étaient un peu prétentieux (surtout quand ils ne maitrisaient évidemment pas les règles du pluriel de la langue italienne), mais c’est un sentiment très personnel qui n’engage que moi.

Avec la réforme de 1990, tout est simplifié : le pluriel des noms et adjectifs empruntés est régulier, c’est à dire qu’il suit les mêmes règles que les noms et adjectifs français :

  • un sandwich – des sandwichs
  • un match – des matchs
  • un stimulus – des stimulus
  • un boss – des boss
  • un gentleman – des gentlemans
  • un phi – des phis
  • un rush – des rush
  • un fiasco – des fiascos
  • de la musique soul – des musiques souls
  • un format standard – des formats standards

On notera que les noms ayant conservé leur valeur de citation (en général, des noms latins) continuent à s’écrire dans la langue d’origine. Il est précisé qu’ils devraient être mis en italique dans le texte pour indiquer qu’ils sont étrangers.

Là encore, les dictionnaires divergent. Le mien (Le Grand Robert de la langue française – que j’utilise en ligne, et qui pourrait facilement être mis à jour il me semble) donne gentlemen comme pluriel de gentleman par exemple.

Moi, je vous recommande d’appliquer les règles de la réforme, elles sont plus simples !

Avoir l’air + adjectif

Dit-on “elle a l’air content” ou “elle a l’air contente” ? Vous êtes-vous déjà posé la question ? Moi, oui, parce que j’ai entendu dire les deux et aussi parce que j’ai entendu des gens corriger d’autres gens, persuadés d’avoir raison, alors qu’ils n’étaient pas forcément irréprochables dans leur utilisation du français par ailleurs.

Le fait est que l’on peut dire les deux ! Tout dépend de ce que l’on veut dire exactement.

Avoir l’air peut signifier sembler, paraitre. Dans ce cas, on accorde l’adjectif avec le sujet.

  • Julia a l’air contente. (= Elle parait contente)
  • Elles ont l’air furieuses. (= Elles semblent furieuses.)
  • Ces chaises ont l’air confortables. (= Elles paraissent confortables.)
  • Cette pièce de théâtre a l’air intéressante. (Elle semble intéressante)

L’air peut aussi signifier l’aspect, la mine. Dans ce cas, l’adjectif qui suit s’accorde avec air, particulièrement si l’on parle d’une personne, car une chose peut difficilement avoir un air.

  • Elle n’a pas l’air content du tout. (= son air, son visage, sa mine) / Elle n’a pas l’air contente du tout. (= Elle parait très mécontente) : Les deux veulent dire la même chose en fait. Le premier exemple met l’accent sur son aspect, le deuxième sur sa personne.

Dans certains cas, on ne peut accorder qu’avec air, quand l’expression est suivie d’un complément qui se rapporte à air.

  • Elle a l’air insouciant des personnes de son âge.
  • Ils ont l’air penaud d’enfants qui se sont fait gronder.