Cinq Françaises contre le racisme

J’avais mis cet article de côté avant les vacances, pensant que j’aimerais bien le partager.

Je le partage donc aujourd’hui, sous forme d’exercice. J’ai effacé une trentaine de mots. Des noms et des adjectifs. À priori, cela devrait être plus facile que si j’avais effacé 30 verbes. J’ai également mis un peu de vocabulaire en évidence (en vert).

Lisez l’article en entier pour bien saisir de quoi il parle, puis essayez d’être aussi logique et précis.e que possible.

Voici le texte original. Comparez vos choix aux mots de l’article. Avez-vous le même mot, un synonyme ou quelque chose de complètement différent ? Si c’est le même mot, super. Un synonyme, c’est bien. Il est possible qu’il veuille dire exactement la même chose et qu’on puisse aussi l’employer dans le contexte. Mais pas forcément. Si vous avez quelque chose qui a un sens complètement différent, cela veut dire que vous n’avez probablement pas vraiment compris la phrase, voire le paragraphe ou même l’article.

Probable

Parfois j’entends des phrases de ce genre :

  • *Ils sont probables de ne pas être contents.
  • *Je suis probable d’aller à la montagne ce weekend.
  • *Elle est probable de dire oui.

Ces phrases vous paraissent-elles correctes ? Diriez-vous ceci vous-même ?

Si c’est le cas, je dois vous informer que vous vous trompez ! Il est très probable que vous faites cette erreur car vous traduisez l’anglais “likely”. Et peut-être aussi car vous savez que l’on peut dire “il est probable que…”

Dans “il est probable”, “il” est toujours impersonnel. C’est-à-dire qu’il ne représente pas une personne. C’est “it” en anglais.

On peut dire :

  • Il est probable qu’ils ne seront pas contents.
  • Il est probable que j’irai à la montagne ce weekend.
  • Il est probable qu’elle dira oui.

On peut aussi dire :

  • Ils sont susceptibles de ne pas être contents.
  • J’irai probablement à la montagne ce weekend.
  • Il y a de fortes chances qu’elle dira oui.

Attention aussi au mode utilisé. Si avec “il est possible que” on utilise le subjonctif, avec “il est probable que”, on emploie l’indicatif. Beaucoup de Français ne font pas très attention à cette règle. Même moi, il m’arrive de m’entendre utiliser un subjonctif quand j’exprime la probabilité. Personne n’est parfait.e !

Pour résumer : attention de ne pas traduire l’anglais “likely” directement par “probable” si votre sujet est une personne !

Vidéo – accord ou pas d'accord au pluriel ?

Vidéo peut être nom ou adjectif.

L’erreur la plus fréquente que je rencontre avec ce mot, c’est quand il est nom et que les apprenant·e·s le mettent au masculin. Vidéo est un nom féminin !

Quand c’est un nom, on suit les règles régulières de l’accord des noms au pluriel et on ajoute un s : J’ai regardé des vidéos toute la nuit.

Quand c’est un adjectif, on a le choix. Selon l’ancienne orthographe, il restait invariable. Avec la réforme de l’orthographe, le pluriel s’est régularisé. Vous pouvez donc choisir d’ajouter un s ou non au pluriel, mais comme je le répète depuis des mois, essayez au maximum d’appliquer les règles de la réforme de l’orthographe car même si l’orthographe française reste compliquée, les rectifications recommandées la simplifie quand même un peu !

Écrivez donc :

  • Quand j’étais ado, je jouais beaucoup aux jeux vidéos.
  • Les cassettes vidéos n’existent plus vraiment.
  • On n’a plus besoin de caméras vidéos depuis qu’on a des smartphones.

Finalement, comme expliqué dans ce post, les mots composés avec vidéo- sont désormais soudés : une vidéocassette, un vidéoclip, une vidéoanimation, une vidéoconférence, une vidéoformation, un vidéoprojecteur, etc. On ne fera pas la soudure si le deuxième élément commence par un i ou un u, pour éviter la confusion en ce qui concerne la prononciation, et on formera le pluriel selon les règles d’accord générales.

Liaison facultative : nom pluriel + adjectif

Si la liaison entre un nom au singulier et l’adjectif qui le suit est interdite (voir ce post si vous avez des doutes), celle entre un nom au pluriel et l’adjectif qui le suit est facultative. En d’autres termes, libre à vous de la faire ou non !

Dans les phrases suivantes, vous pouvez décider de faire la liaison ou de ne pas la faire :

  • Je n’aime pas les biscuits américains.
  • Ce sont des personnes aimables.
  • Vous avez des enfants adorables.
  • Je vais bientôt rendre visite à mes amis indiens.
  • J’aime les chaussures élégantes.

En général, on dit que plus il y a de liaisons, plus le style est soutenu, et vice versa. Pour les phrases ci-dessus, personnellement, j’aurais tendance à ne pas faire la liaison, à part peut-être pour la deuxième. Je ferais peut-être plus facilement la liaison dans un contexte plus sérieux et formel, mais au quotidien, je ne fais pas ces liaisons.

Quiz de vocabulaire de novembre

Vous avez 5 minutes devant vous ? Testez-vous avec ce quiz !

Il y a toujours plus de 3 réponses possibles. Le but est de penser rapidement et efficacement en français pour habituer votre cerveau à le faire.

Idéalement, vous parvenez à trouver 45 réponses en 5 minutes, mais si cela vous stresse, vous pouvez ne pas mettre de chronomètre et voir combien de temps vous mettez. Puis essayez d’aller plus vite la prochaine fois !

Liaison obligatoire : entre un adjectif interrogatif ou exclamatif et un nom ou adjectif

Nous parlons ici de quels et quelles, bien sûr, car quel et quelle ne vont pas donner lieu à des liaisons, mais à des enchainements (où l’on enchaine les mots sans ajouter de son)

J’entends assez régulièrement les étudiant·e·s oublier de faire la liaison à la forme interrogative, et je crois que je ne les entends quasi jamais utiliser la forme exclamative.

Pourtant, si le nom ou l’adjectif qui suit quels ou quelles commence par une voyelle, il faut faire la liaison.

Entrainez-vous :

  • Quels ont été les résultats des tests ?
  • De quelles étudiantes parlez-vous ? (si vous ne faites pas la liaison ici, on croit que vous parlez au singulier)
  • Quelles histoires aimiez-vous quand vous étiez enfant ? (pareil)
  • À quels heureux évènements aimez-vous repenser ? (pareil)
  • Quels adorables bambins ! (pareil)
  • Quelles amies vous avez là ! (pareil)

Parties du corps : article défini VS adjectif possessif

Récemment, lors d’un cours, je me suis rendu compte qu’il fallait que je revoie cette règle car s’il est évident pour moi de choisir entre l’article défini et l’adjectif possessif, ce n’est pas toujours évident pour les apprenant·e·s, même les plus avancé·e·s.

En effet, on peut dire je me suis lavé les mains, j’ai lavé mes mains, j’ai mal au genou, mon genou me fait mal, j’ai teint mes cheveux, je me suis teint les cheveux en noir, etc.

Plusieurs choses doivent être prises en considération.

  • Sujet ou objet ?

Si la partie du corps est sujet, on emploie le possessif : mon genou me fait mal, mes yeux sont fatigués, mon nez a pris un coup de soleil… Cependant, souvenez-vous que nous sommes en français et qu’il n’est pas impossible que vous entendiez parfois l’article défini en sujet. Par exemple, si je dis “le genou me fait mal”, il est assez évident que je parle de mon genou, et l’article défini est donc possible. Dans ce cas, les deux sont possibles.

Si la partie du corps est object direct et que la relation de possession est évidente, on utilise l’article défini : j’ai mal à la tête (la mienne), elle a levé la main (la sienne), il a levé les yeux au ciel (les siens)… Il n’y a pas d’ambigüité sur le possesseur.

  • Qui fait l’action sur la partie du corps ?

Que vous fassiez l’action sur votre propre corps ou sur celui de quelqu’un d’autre, il faut utiliser l’article défini, mais quand c’est sur quelqu’un d’autre, vous devez également utiliser un pronom COI : je lui ai touché le bras (le sien), elle m’a attrapé la main (la mienne), il lui a écrasé le pied, etc.

Si vous dites : *J’ai touché le bras, on se demande le bras de qui ? *Elle a attrapé la main, la main de qui ? *Il a écrasé le pied, le pied de qui ?

  • Le nom est-il modifié par un adjectif (ou un équivalent) ?

Si le nom est modifié, il faut utiliser l’adjectif possessif : elle se brosse ses longs cheveux pendant 10 minutes tous les matins, il a écorché son dos musclé en faisant du sport (sans adjectif, on dirait plutôt : il s’est écorché le dos).

On utilisera l’article défini avec les adjectifs droit·e et gauche : il s’est écorché le genou gauche, j’ai mal à la main droite.

On pourrait en dire un peu plus à ce sujet et parler de l’article indéfini qui est également parfois adéquat, mais si vous savez cela, vous en savez déjà beaucoup. Une erreur assez fréquente que font les apprenant·e·s, c’est de calquer sur les structures anglaises et d’utiliser le possessif quand on doit plutôt utiliser le défini.

Liaison interdite : nom singulier + adjectif

Nous avons vu la semaine dernière que la liaison entre l’adjectif et le nom était obligatoire. À l’inverse, la liaison entre un nom singulier et l’adjectif qui le suit est interdite.

Si les étudiant·e·s débutant·e·s ont tendance à faire cette erreur très régulièrement, les étudiant·e·s avancé·e·s la font beaucoup moins, mais des doutes peuvent subsister et j’entends parfois des liaisons entre nom et adjectif qui ne devraient pas avoir lieu.

Entrainez-vous avec ces phrases et soyez attentif·ve quand vous pratiquez votre écoute.

  • C’est un enfant adorable.
  • J’ai une souris amusante.
  • C’est un boulanger exceptionnel.
  • Il a un chien intelligent.

Quiz de vocabulaire d’octobre

J’aurais pu choisir un thème automnal ou en rapport avec Halloween qui aura lieu très bientôt, mais ma créativité n’est pas allée dans cette direction. Il n’y a aucun thème particulier à ce quiz. Je vous mets juste au défi de trouver 45 réponses en 5 minutes.

Préparez votre chronomètre et activez votre cerveau en français ! Bonne chance !

Liaison obligatoire : adjectif + nom

Voici une autre liaison que les Français font sans y penser et cela n’échappe pas à leurs oreilles si vous ne la faites pas.

Quand vous avez un groupe nominal avec un adjectif suivi d’un nom, vous devez faire la liaison si l’adjectif se termine par une consonne de liaison et le nom commence par une voyelle.

Rappel : faire la liaison signifie que l’on ajoute un son entre 2 mots alors qu’il n’existe pas quand on prononce les deux mots séparément.

Entrainez-vous avez ces phrases :

  • C’est le petit ami de ma fille.
  • Elle n’a jamais oublié son premier amour.
  • Tu as toujours de bonnes idées.
  • C’est un très bon avocat.
  • J’ai lu un long extrait de ce livre.