quoique VS quoi que

Observez :

  • Quoi que je fasse, tu n’es jamais content.
  • Quoi que tu décides, je te soutiendrai.
  • Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu peux compter sur moi.
  • Quoique je fasse tout pour te faire plaisir, tu n’es jamais content.
  • Quoiqu’elle soit débordée en ce moment, elle a accepté de relire ma thèse
  • Il a accepté de reprogrammer la soirée, quoiqu’un peu déçu.

Ils se prononcent de la même façon et sont tous deux suivis du subjonctif, mais ils ne sont pas interchangeables !

Quoique, en un seul mot, exprime la concession et peut-être remplacé par bien que, également suivi du subjonctif.

Quoi que, en deux mots, signifie quelle que soit la chose que.

Comme on peut l’observer dans le troisième exemple, quoique n’est pas obligatoirement suivi d’un verbe. Il peut être également suivi d’un adjectif, d’un participe ou d’un complément.

Et finalement, alors que quoi que exige le subjonctif, il est possible de trouver quoique suivi d’un verbe à l’indicatif ou au conditionnel. Il exprime alors une objection plutôt qu’une concession.

Le NE explétif

Avez-vous déjà remarqué que parfois, on emploie NE en français alors qu’il n’y a pas de négation ? On appelle ce NE le ne explétif. Il n’est pas obligatoire, il ne change pas le sens de la phrase, il est simplement le marqueur d’un niveau de langue plus soutenu. Il est surtout utilisé à l’écrit, mais rien ne vous empêche de l’utiliser à l’oral. Toutefois, vous ne pouvez pas l’utiliser n’importe quand !

Avec les verbes craindre, avoir peur, redouter, à la forme affirmative – et plus généralement dans les propositions dépendant d’un verbe à la forme affirmative exprimant la crainte

  • Je crains qu’il ne fasse une bêtise. (= qu’il fasse une bêtise)
  • J’ai bien peur qu’il ne pleuve demain. (= qu’il pleuve)
  • Je redoute qu’il ne soit déjà trop tard. (= qu’il soit)

Avec éviter que, empêcher que.

  • Débrouillez-vous pour éviter qu’il n’arrive en retard. (= qu’il arrive)
  • Les circonstances ont empêché qu’un drame ne se produise. (= qu’un drame se produise)

Avec les locutions conjonctives avant que, à moins que, sans que ; pour cette dernière, seulement si le verbe dont elle dépend est à la forme négative.

  • Tu devrais lui avouer la vérité avant qu’elle ne s’en rende compte toute seule. (= qu’elle s’en rende compte)
  • Je vais aller seule à ce concert… à moins que tu ne veuilles m’accompagner ? (= à moins que tu veuilles)
  • Je n’ai jamais pu discuter des droits des femmes avec lui sans qu‘il ne le prenne comme une attaque personnelle. (= sans qu’il le prenne)

Dans les propositions dépendant d’un verbe exprimant le doute ou la négation, à la forme négative ou interrogative.

  • Je ne doute pas qu’il ne soit un gentil garçon, mais je ne veux pas l’inviter à ma fête. (= qu’il soit)
  • Je ne nie pas que tes arguments ne soient solides. (= que tes arguments soient)

Avec les adverbes d’inégalité plus, moins, mieux, meilleur, pire, davantage, moindre, autre, suivis d’une subordonnée introduite par que.

  • Il est plus sympa qu’il n’en a l’air. (= qu’il en a l’air)
  • Elle est moins sévère qu’on ne le dit. (= qu’on le dit)
  • Cette soupe est meilleure que je ne l’avais imaginé. (= que j’avais imaginé)

Quiz de vocabulaire

Un petit test pour commencer la semaine / la terminer, selon si vous êtes à l’est ou à l’ouest du monde.

Comme pour les précédents, essayez de le faire en 5 minutes pour vous obliger à penser vite. Même si vous n’avez pas 45 réponses au bout de 5 minutes, avez-vous fait mieux que la dernière fois ? Combien de temps vous faut-il pour trouver 45 (bonnes) réponses ?