Rectification orthographique : harmonisation des familles de mots

Nous arrivons à la règle F1 du Grand vadémécum de l’orthographe moderne recommandée, grâce à laquelle quelques familles de mots ont été harmonisées.

Par famille de mots, on entend des mots qui sont construits sur le même radical. Par exemple : terre, terrestre, territoire, atterrir, déterrer, enterrement, etc. On peut observer le double R dans tous ces mots construits à partir de TERRE.

Ils existaient des anomalies dans certaines familles de mots selon lesquelles on écrivait par exemple imbécile, mais imbécillité, combattre, mais combatif, bonhomme, mais bonhomie, etc.

La réforme de 1990 a corrigé ces anomalies. On écrit maintenant imbécilité, comme imbécile, combattif, comme combattre et bonhommie, comme bonhomme.

On n’oublie pas de prendre en compte les règles D1, D2 et D3, et ensuite, pour les mots qui ont deux orthographes possibles, on choisit la graphie qui est le plus en harmonie avec sa famille, si le mot appartient à une famille.

Rectification orthographique : les mots en -olle et -otter et leurs dérivés

Règle D3 du Grand vadémécum de l’orthographe moderne recommandée, elle concerne les mots anciennement en -olle et leurs dérivés et les verbes anciennement en -otter et leurs dérivés.

  • Les noms tels que girolle et corolle s’écrivent maintenant girole et corole, et comme je ne le savais pas, il faut que je m’y habitue, mais il n’y a pas beaucoup de mots concernés et les noms monosyllabiques tels que colle, folle et molle ne sont pas affectés car ils sont bien implantés dans l’usage.
  • Les verbes formés sur une base en -ot, tel greloter formé sur grelot, s’écrivent avec un seul t, tandis que les verbes formés sur une base en -otte, tel botter formé sur botte, gardent les deux t. Quelques exemples de verbes et de dérivés affectés par cette règle : greloter, grelotement, balloter, ballotage, bécoter, bécotage, cocoter, baisoter, cliquoter, glavioter, etc.

Rectification orthographique : consonne simple après un e muet

Règle D2 du Grand vadémécum de l’orthographe moderne recommandée, elle recommande d’employer une consonne simple et non une consonne double après un e instable, aussi appelé e muet.

Cela permet que la graphie soit logique avec la prononciation.

On écrira donc prunelier (au lieu de prunellier) car il se prononce /pʁynəlje/ et dentelier (au lieu de dentellier) car il se prononce /dɑ̃təlje/, même si l’on écrit prunelle et dentelle, dont le son final est /ɛl/.

Certains mots ont plusieurs prononciations possibles. On les écrira donc comme on choisit de les prononcer, ce qui est évidemment plus ambigu si le français n’est pas votre langue maternelle. Déjà que ce n’est pas évident pour les francophones natifs… C’est le cas de lunetier, que l’on peut également écrire lunettier.

Ce n’est pas une règle très facile à appliquer quand on ne connait pas bien la prononciation des mots, mais il me semble que cette règle touche peu de mots et que ce ne sont pas des mots que l’on utilise tous les jours.