Présentation d’une lettre formelle

Si vous vivez en France, vous avez surement vite appris que la communication se faisait encore beaucoup par courrier, probablement à votre grand désespoir. Je sais que moi, ça me désespère et même si j’aurais besoin d’effectuer certaines démarches (faire renouveler mon permis de conduire que je me suis fait voler en 2007, par exemple), je ne le fais pas car c’est déjà bien agaçant quand on est sur place, mais cela devient un vrai cauchemar quand on vit à l’étranger et je n’ai pas les nerfs pour gérer le stress administratif. J’avais dû m’inscrire à mon master à distance par la poste. J’ai des étudiantes qui vivent en France et hallucinent de devoir communiquer par courrier avec l’administration ou de devoir postuler à des emplois par courrier. Pourtant, Internet existe en France ! Mais c’est à croire que l’on préfère faire compliqué quand on pourrait faire beaucoup plus simple. Pour moi, ça résume assez bien la France. Curieusement, les services administratifs français à l’étranger sont beaucoup mieux organisés et la communication par mail est très efficace, avec des fonctionnaires en général très sympas.

Si vous ne vivez pas en France mais allez passer le DELF ou le DALF, il est possible que vous ayez à écrire une lettre formelle pour l’épreuve de PE. Il est donc important que vous sachiez comment présenter une telle lettre.

Voici donc un exemple :

  • N’utilisez pas votre vrai nom (vous devez être anonyme pour que le correcteur ou la correctrice ne soit pas influencé·e, au cas ou il/elle vous connaitrait ou reconnaitrait car il/elle vous aurait fait passer l’oral.)
  • Ayez un nom de DELF/DALF tout prêt, ainsi qu’une adresse, comme ça, pas besoin d’y réfléchir le jour de l’examen. Utilisez toujours les mêmes quand vous pratiquez.
  • Employez des formules de salutations et de congé adaptées.
  • Signez.
  • Lisez attentivement la question pour y répondre précisément. Si l’on vous demande d’exprimer votre mécontentement, vous pouvez toujours écrire : je me permets de vous écrire pour vous faire part de mon mécontentement en ce qui concerne le projet xxx / par rapport à xxx.
  • Ayez une liste de structures utiles prêtes à l’emploi (que vous aurez élaborée lors de votre préparation).
  • Articulez votre lettre avec des connecteurs logiques.
  • Suivez le même schéma que pour l’essai. Même si vous avez l’impression que ce n’est pas un essai (en effet, c’est une lettre, mais vous devez l’écrire pour la partie essai argumentatif et par conséquent, vous êtes un peu dérouté·e 😕 ), il faut structurer la lettre comme vous structureriez un essai : en 3 parties, avec 3 arguments, des exemples et des connecteurs logiques !
  • Respirez, tout va bien se passer !

DELF B2 : la production orale

Cette épreuve dure 50 minutes au total : 30 minutes de préparation et 20 minutes de passation pendant lesquelles vous commencerez par parler tout seul avant d’avoir un débat avec l’examinateur ou l’examinatrice.

Vous allez tirez au sort deux sujets et vous pourrez choisir celui qui vous inspire le plus.

Vous devez préparer un exposé à partir d’un court texte. Donc, pendant la préparation, vous commencez par lire le texte, puis vous prenez des notes et vous organisez un plan.

Le but de l’exercice est de défendre un point de vue argumenté. Vous devrez tout d’abord présenter le thème du texte et en dégager une problématique, c’est-à-dire une question, à laquelle vous allez répondre en 3 parties en présentant des arguments que vous appuierez avec des exemples précis. Vous commencerez par une introduction claire dans laquelle vous présenterez le texte puis vous terminerez par une conclusion claire dans laquelle vous ferez un bilan des arguments que vous avez avancés.

Il faut que vous donniez votre opinion. Il est donc important de savoir donner son avis et exprimer ses sentiments. Ne vous limitez pas à répéter “je pense que…” à chaque fois que vous donnez votre avis.

Après votre exposé, l’examinateur vous posera des questions auxquelles vous devrez répondre en étant aussi convaincant que possible.

Pour bien préparer cette épreuve, il est très utile de lire la presse régulièrement.

Vous serez évalué de cette façon :

Préparer l’écrit du DELF B2

Tout d’abord, il est important de savoir ce qui vous attend le jour de l’examen. Vous aurez une heure pour écrire un texte de 250 mots minimum (sans limite maximum). Ce texte devra être structuré de façon cohérente (avec des connecteurs logiques) et répondre à la consigne. Il est primordial de bien lire et analyser l’énoncé avant de commencer à écrire car si l’on ne comprend pas bien la question, on peut facilement répondre à côté et faire un hors sujet.

Voici un exemple de sujet : 

Source : http://www.ciep.fr/en/delf-tout-public/sample-papers

La première chose à faire, c’est vous demander quel genre d’écrit vous devez produire et qui vous êtes quand vous écrivez : ici, vous devez écrire une lettre au maire (donc, une lettre formelle) et vous êtes une personne qui vit dans un immeuble dans une zone piétonne du centre-ville et vous représentez les habitants de votre immeuble

Ensuite, il faut vous demander quelle est la situation : le maire a décidé d’ouvrir des rues de la zone piétonne pour que les autobus puissent circuler pendant la journée. 

Enfin, il faut bien comprendre pourquoi vous écrivez : vous devez contester cette décision, c’est-à-dire que vous n’êtes pas d’accord et vous devez justifier vos raisons

Une fois que tout ceci est clair, vous pouvez commencer à faire un plan. Essayez toujours de trouver trois arguments. Plus vous commencez à mettre vos idées sur papier vite, plus vous aurez de temps pour écrire votre essai. Donnez-vous 5 minutes pour écrire tout ce qui vous passe par la tête. Pourquoi vous et les habitants de votre immeuble êtes en désaccord avec la décision du maire ? Vous pourriez parler de bruit, de pollution, de danger, de trottoirs trop étroits, d’enfants qui ne pourront plus jouer dans la rue, du fait que si les rues sont ouvertes aux bus, il est évident que certains automobilistes et autres motoristes vont saisir cette opportunité pour les emprunter également, comme cela a été le cas dans une ville voisine où il n’y a plus de zone piétonne, etc. Vous pourriez donnez des exemples précis d’habitants de votre immeuble pour lesquels cette décision affecterait grandement leur qualité de vie, comme madame Dupuis qui se déplace en fauteuil roulant et pour qui l’arrivée de véhicules dans la zone serait une catastrophe car les trottoirs ne sont pas assez larges pour son fauteuil. Cette pauvre résidente a acheté un appartement récemment dans cette zone justement parce qu’elle était piétonne et commode pour sa situation. Etc.

Une fois que votre plan est défini, vous commencez à écrire. N’oubliez pas de connecter vos idées avec des connecteurs logiques.  

Il faut vous mettre dans la peau d’une autre personne pendant une heure et trouver des arguments adaptés à la situation. Ce n’est pas toujours évident d’être inspiré par un sujet, et c’est pour ça que c’est important de ne pas se présenter à l’examen sans préparation. Il faut écrire des textes, encore et encore, et plus on écrit, plus on trouve ça facile. On n’atteint pas le niveau B2 sans travail sérieux !

Quand vous êtes le représentant ou la représentante d’un groupe de personnes, vous pouvez par exemple commencer votre lettre par : En tant que représentant des / Au nom des habitants de l’immeuble Les Hortensias, rue du commerce…

Quand vous devez contester, vous pouvez écrire : je tiens à / je souhaiterais vous faire part de mon/notre mécontentement…

Si vous écrivez régulièrement, vous développerez des automatismes et vous saurez utiliser le vocabulaire adéquat pour chaque situation. Vous serez aussi plus prompt à trouver des idées, à donner des exemples originaux. Une de mes étudiantes qui écrit au niveau B2 donne toujours des noms aux personnes qu’elle mentionne dans ses écrits et elle invente des noms de villes dont je n’ai jamais entendu parler mais qui sonnent bien. 

Il est très utile de pratiquer sa créativité car vous n’êtes pas seulement évalué sur votre vocabulaire (qui doit être étendu) et votre grammaire (qui doit être bien contrôlée et variée) mais aussi sur votre capacité à présenter des faits et argumenter avec des points pertinents. La cohérence et la cohésion de votre écrit sont très importantes aussi (entendez : connecteurs logiques présents et bien utilisés). Et c’est aussi plus amusant et intéressant d’écrire des textes nouveaux à chaque fois !

Il faut aussi savoir s’adapter à la situation. Vous ne vous adresserez pas de la même façon au maire de votre ville et aux internautes qui vont lire votre contribution à un forum en ligne. 

Ecrire pour le DELF B2

Ecrire en français a tendance à faire peur aux étudiants. Mais avec une pratique régulière, on développe des automatismes et écrire devient de plus en plus facile.

Pour le DELF B2, on vous demande d’écrire un texte dans lequel vous devez défendre un point de vue à l’aide d’arguments et d’exemples précis et logiques.

La première chose à faire, c’est de bien lire le sujet pour s’assurer de bien répondre à la question. Il faut vous mettre dans la peau de la personne qu’on vous demande d’être et aborder tous les points de l’énoncé. S’il vous est demandé d’exprimer votre mécontentement et de proposer des solutions à un problème, n’oubliez pas de proposer des solutions ! Assurez-vous de bien comprendre la raison et le but pour lesquels vous écrivez.

Ensuite, il faut faire un plan et cette étape  est très importante quand vous écrivez en temps limité. Elle vous permettra de ne pas perdre de temps et de rester centrés sur votre sujet. Gardez en tête qu’on ne vous demande pas d’écrire une thèse de doctorat et que même si le sujet vous inspire et que vous avez beaucoup à dire, il va falloir faire des choix et vous y limiter, car vous avez seulement une heure pour préparer et écrire un texte cohérent de 250 mots minimum. Un certain nombre de mes chères étudiantes ont tendance à vouloir parler de tout ce que le sujet leur évoque et finissent par ne pas vraiment développer leurs arguments et oublient d’accompagner leurs arguments d’exemples. Avant de vous lancer dans l’écriture du texte, notez tout ce qui vous vient en tête en rapport avec votre sujet : le vocabulaire, les arguments, un exemple pour chaque argument, les connecteurs logiques qui expriment la relation entre vos différentes idées, etc. Puis, vous choisissez les arguments qui vous plaisent le plus, ceux pour lesquels vous avez un exemple précis et vous sentez à l’aise de développer un peu.

Une fois cette préparation terminée, vous pouvez commencer à rédiger. Si vous avez bien organisé vos notes, il vous sera plus aisé d’écrire votre texte car vous saurez déjà ce que vous voulez dire avant d’écrire.

Gardez 5 à 10 minutes à la fin pour vous relire ! Je trouve toujours des fautes d’accords et d’accents dans les écrits de mes étudiants qui connaissent pourtant les règles. Vérifiez que vous avez varié vos verbes (au niveau B2, on ne veut pas seulement voir “être”, “avoir” et “faire”), votre vocabulaire (pensez à des synonymes), que vos connecteurs logiques sont bien utilisés et variés, que vos verbes sont bien conjugués aux temps et aux modes adaptés (bien que + subjonctif, par exemple) et faites en sorte que votre écriture soit lisible et ne laisse aucun doute sur ce que vous avez écrit.

Plus vous pratiquerez avant l’examen, plus vous serez à l’aise le jour J.

Dernière chose : essayez autant que possible de ne pas rédiger des phrases entières dans votre langue pour ensuite les traduire en français. A votre niveau, vous êtes capable de penser directement en français et vous éviterez ainsi les tournures de phrases maladroites.