Récit d’une étudiante qui a réussi le DALF C1

Récemment, une de mes chères étudiantes avait préparé une PO pour son cours de français et je l’ai trouvée super. L’exposé était très clair et très bien organisé, agréable à écouter, et Lucy paraissait très à l’aise, comme si elle avait fait cela toute sa vie. Cependant, quand je l’ai connue, elle n’était pas aussi à l’aise que ça. Elle était en pleine préparation du DALF C1 et elle ressentait une pression qu’elle ne ressent plus à présent. Je lui ai donc demandé si elle accepterait d’écrire un texte pour parler de son expérience de l’examen et donner quelques conseils aux futur.e.s candidat.e.s. Malgré son stress, elle l’a réussi avec un très bon score. Et elle continue à perfectionner son français au quotidien. Voici son récit :

Il pleuvait lorsque j’ai quitté le bureau à midi pile pour aller à l’Institut Français. J’avais l’estomac noué et les mots “pourquoi, mais vraiment pourquoi ?” qui tournaient sans cesse dans ma tête. Deux heures plus tard j’étais dans une pièce sombre avec deux autres étudiants et une surveillante qui, sans dire un mot, m’a donné un choix de trois dossiers sur des sujets variés, le stimulus pour la production orale. Le lendemain j’y suis retournée pour un examen de quatre heures et demie. Le soleil brillait ; j’avais toujours l’estomac noué. Pourquoi, mais vraiment pourquoi ?

Trois ans plus tôt j’avais décidé de passer l’examen du DELF B2 – pour me prouver à moi-même, et aux autres, que j’en étais capable. Lors de mes préparations pour passer le DELF B2, je suis tombée amoureuse non seulement de la langue mais également du processus d’apprentissage. J’ai découvert que je pense différemment en français, que j’écris avec un plaisir qui me manque en anglais – même si jusqu’à présent je ne réussis guère à m’exprimer avec l’élégance, la légèreté et la simplicité que je recherche. Lire des romans ou des articles en français me fait plaisir ; écouter des podcasts français ouvre un nouveau monde dans lequel je plonge avec enthousiasme. En apprenant le français, je m’échappe et je me découvre, j’échappe au quotidien et je le découvre.

Cependant, la question se pose toujours : pourquoi passer l’examen du DALF C1 ? En fait, je n’avais aucune raison pour le faire : je n’avais pas besoin d’une attestation ni pour étudier ni pour travailler et il y avait peu de chances que je déménage en France. Donc, pourquoi me soumettais-je à la torture d’un examen qui, tout le monde s’accorde là-dessus, pose un grand défi, même pour ceux qui s’immergent chaque jour dans la langue ? J’ai besoin de défis ? Peut-être. Je suis masochiste ? Sans doute !

Franchement, je ne sais toujours pas pourquoi. Sauf que, pensais-je, peut être que le but de passer un examen exigeant me forcerait à prendre mes études de français au sérieux, à voler un peu de temps au quotidien pour l’étudier.

Étant donné que je n’ai jamais vécu en France, comment me suis-je préparée pour passer – et réussir – l’examen ? Puis, maintenant, comment va la continuation de mes études ? Ce que j’ai appris après avoir réussi le DALF C1, c’est qu’il y a encore beaucoup à apprendre, il y a encore plus à améliorer – et il y a beaucoup de choses que j’oublierais si je ne continuais pas à les pratiquer ! En fait, je dirais que plus j’apprends, plus je me rends compte de tout ce qu’il reste à apprendre !

Tout d’abord, j’ai suivi un cours qui vise à aider les étudiants à préparer cet examen. (Je n’avais pas encore eu la chance de tomber sur le site web de Manon ! Heureusement, je l’ai trouvé juste avant l’examen et j’ai vraiment mis à profit les deux cours durant lesquels j’ai pratiqué la production orale.) Selon moi, il est essentiel d’en suivre un car les quatre épreuves sont très particulières, voire bizarres pour les apprenant·e·s ! De plus, je suis une étudiante qui apprend quelque chose en le pratiquant. Mémoriser du vocabulaire et comprendre les règles de grammaire, sans les utiliser, c’est presque impossible pour moi.

Je veux discuter ici principalement les deux épreuves de production. Pourtant, avant que je ne les aborde, quelques idées sur la compréhension orale et la compréhension écrite : pour réussir ces épreuves il faut sans aucun doute beaucoup écouter et lire. C’est l’une des choses qui m’a beaucoup apporté, au-delà des exigences de l’examen : j’ai lu – et je continue à lire – des articles de science vulgarisée, d’économie, de culture française, de questions variées de société ; j’ai écouté – et je continue à écouter – des podcasts qui traitent de racisme, de féminisme, des grèves, du système de santé, de philosophie, du quotidien, etc. Grâce à mes études de français ma vie est vraiment enrichie.

De surcroit, cela m’a beaucoup aidée pour l’examen : c’est plus facile de répondre aux questions d’un examen si le sujet et le format de l’émission sont familiers. Pourtant, on doit aussi apprendre à comprendre les nuances du texte et à répondre aux questions. Utilisez les ressources en ligne. Même si l’on est très à l’aise avec le français, capable de comprendre globalement tout ce qu’on lit ou qu’on écoute, on doit apprendre ce qui est requis pour l’examen. J’ai fait tous les exercices proposés par TV5 et je pense que cela m’a été vraiment bénéfique.

En outre, la lecture d’articles vous aide également dans les épreuves de production. La production écrite comprend un essai et une synthèse – cette dernière est un exercice à la fois précis, exigeant et, selon moi, satisfaisant. Le contenu étant donné, la synthèse offre la possibilité de pratiquer la manipulation du langage. De plus, en la pratiquant, vous développerez la capacité d’apprécier ce qu’est un argument efficace – quelque chose dont vous avez besoin si vous voulez réussir l’examen du DALF C1.

L’essai argumenté est une discipline particulière : en seulement 250 mots on doit construire un argument clair, concis, écrit avec un vocabulaire sophistiqué et varié et bien structuré avec des connecteurs logiques. (Il faut que les connecteurs soient logiques ! On ne peut pas utiliser n’importe quelle sorte de connecteur !)

D’après moi, la meilleure méthode pour s’entrainer à cette épreuve est …écrire, écrire, écrire toujours plus : pas seulement des essais, mais aussi des plans. Entrainez-vous à écrire trois phrases différentes pour ouvrir un essai ou pour le conclure. Essayez d’écrire des phrases qui lient vos paragraphes (et donc vos points différents). Faites un jeu avec le langage. Mettez en œuvre la grammaire que vous venez d’apprendre. Au moment de l’examen on veut ressentir une certaine aisance à utiliser de nombreuses expressions variées, qui démontrent nos connaissances avancées mais qui conviennent aussi à l’argument (y compris la forme que l’essai prend). J’ai tendance à utiliser le subjonctif lorsque cela rend la phrase trop lourde et peu naturelle, maladroite (même si en théorie l’utilisation est correcte). Je voudrais désormais m’exprimer avec plus de clarté et de simplicité, développer ma compétence à manipuler la langue et faire plus attention au style.

Selon moi, pour la production orale on a besoin d’une structure claire, de points substantiels et exemplifiés et, dans l’idéal, d’un peu de spontanéité – une combinaison tellement exigeante ! De plus, une heure passe vite quand on a plusieurs articles à lire avant que l’on ne puisse commencer à organiser son discours.

Pour préparer une production orale, j’ai besoin d’une structure de base en tête. Je la note sur le papier pendant que je pense au sujet et que je réfléchis aux articles que je viens de lire. Cela me calme et donne également une forme à mes idées. Ce que je voudrais souligner, c’est que cette structure n’est pas rigide. En fait, elle me permet l’inverse : de me détendre, de prendre une respiration profonde, de penser plus clairement – et d’être plus fluide, plus naturelle quand je commence à parler.

L’aspect que j’ai trouvé le plus difficile, c’est la formulation d’une problématique, c’est-à-dire la question que l’on veut aborder. Après avoir éprouvé beaucoup d’anxiété, je me suis rendu compte qu’une question claire et simple qui me permet de traiter le sujet sous plusieurs angles marche bien. En fait, je pense qu’il est plus important de décider d’une question que de trouver la question parfaite. Je l’écris au centre d’une feuille de papier. Ensuite je me concentre sur le développement de mon argument, en utilisant ma structure. J’essaie d’inclure des exemples de ma vie ou de ce que j’ai lu et parfois de citer des articles du dossier. La tentation est de rédiger la production orale entière : essayez d’y résister ! Après tout, ce n’est pas une production écrite. Je crois qu’une partie importante de la production orale est la façon dont on interagit avec nos auditeurs – en les regardant dans les yeux, en souriant (oui, vraiment !), en faisant des gestes, même en hésitant. C’est un jeu. Dans la production écrite il faut jouer le jeu, en écrivant une lettre, un blog, un article. Pour la production orale, c’est la même chose : nous devons prétendre que nous sommes experts sur un sujet et très à l’aise pour en faire une présentation. Même si c’est loin d’être le cas !

Si je préparais l’examen à nouveau, je passerais plus de temps à pratiquer la deuxième partie de l’épreuve orale. Lors de l’examen lui-même, je garderais un peu de temps pour réfléchir aux questions que les examinateurs pourraient me poser.

Comme Manon le sait très bien, il y a un tas de choses sur lesquelles j’ai besoin de me concentrer pour consolider et développer mes connaissances en langue française, y compris des choses assez basiques sur lesquelles j’ai encore des doutes.

Lucy Webster, étudiante de FLE, niveau C1

Merci Lucy !

Finir l’université à 70 ans

Quand je recherche des articles qui ne parlent pas de virus et de confinement, je tombe parfois sur des histoires assez insolites.

En voici une trouvée dans Courrier International cette semaine. Je suis encore un peu trop débordée pour avoir le temps de faire une analyse plus poussée, mais j’ai mis en évidence plusieurs éléments. Vous pourrez remarquer en jaune les différentes manières employées pour désigner la même personne. En rouge, observez les verbes et expressions verbales et les prépositions qui les accompagnent s’il y en a. Surlignés en bleu, quelques connecteurs. En vert, un peu de vocabulaire à observer. Est-ce du vocabulaire que vous connaissez bien et qui fait partie de votre vocabulaire actif ? En bleu et en gras, quelques prépositions.

J’ai souligné une préposition et un article, car de mon point de vue, ce sont des erreurs. Les articles de Courrier International sont des articles plus ou moins traduits d’articles de journaux étrangers (ici, le journal italien La Repubblica) et j’aurais tendance à penser que la personne qui a traduit l’article est soit de langue maternelle autre que le français (tout en ayant un niveau très avancé), soit de langue maternelle française mais ayant l’habitude de jongler avec plusieurs langues et par conséquent faisant inévitablement de petites erreurs de temps à autre. Plus on parle de langues, plus c’est difficile de ne pas se tromper. Personnellement, j’ai très souvent des doutes ! Beaucoup plus que quand je parlais seulement français…

J’écrirais “dans ses colonnes”, plutôt que “sur ses colonnes”, et je ne mettrais pas d’article devant “chef d’entreprise” : il est devenu chef d’entreprise.

Une semaine dans ma bulle

Cette semaine, je n’ai pas travaillé. Je n’ai ouvert aucun livre de français, ni fait quoi que ce soit qui avait à voir avec le travail.

J’étais supposée prendre l’avion pour Taïwan dans la nuit du 3 au 4 avril. Puis me rendre au Japon le 8 avril. Où je devais rester jusqu’au 3 mai.

J’ai passé tellement d’heures à préparer ce voyage, à choisir méticuleusement mes hôtels pour pouvoir travailler confortablement, tout en essayant de visiter de nouveaux endroits du pays, que quand il est devenu évident qu’il allait falloir y renoncer, je ne l’ai pas très bien pris. J’étais vraiment déçue, c’est le moins qu’on puisse dire.

Puis je me suis rendu compte que mon cas était loin d’être le pire et qu’en comparaison avec la plupart des gens touchés par ce virus d’une façon ou d’une autre, j’avais en fait beaucoup de chance. Je crois qu’à part les gens très riches qui ont une grande maison et un jardin, il n’y a personne que j’envie en ce moment. Et encore, avoir une grande maison et un jardin, ça veut dire qu’il faut les entretenir et c’est du travail que je suis contente de ne pas avoir à effectuer !

J’avais prévu de ne pas travailler cette semaine et j’avais véritablement besoin d’une pause, alors j’ai dû concocter un plan. On a le droit de sortir de chez nous à Bangkok, mais je préfère éviter. Je déteste porter un masque et si je sors sans, on risque de me jeter des regards noirs que je n’ai pas envie d’affronter.

Qu’allais-je donc bien pouvoir faire pour me changer les idées et me ressourcer ?

Déjà, j’ai décidé d’éteindre mon téléphone, cet appareil diabolique qui passe son temps à m’interrompre et à me bombarder d’informations toutes plus déprimantes les unes que les autres. Il est toujours en mode silencieux et je pourrais donc l’ignorer, mais hé, je ne suis qu’une faible personne qui se laisse facilement tenter en pensant, allez, je lis juste 5 minutes. Qu’est-ce que 5 minutes ? C’est rien ! Mais à la fin de la journée, qui sait combien de temps j’ai passé sur cette fichue machine… Et depuis le début de la pandémie, il n’est plus question que de ça, tous les articles sont terriblement anxiogènes et j’en ai consommé jusqu’à l’overdose.

Cela a été vraiment reposant de ne pas lire les informations pendant toute la semaine, de ne pas faire défiler Instagram à n’en plus finir, et de ne pas recevoir de messages et donc de ne pas avoir à y répondre. J’ai passé la semaine toute seule et j’ai fait des choses rien que pour moi.

Je ne me suis pas séparée de mon mari, mais pour le bien de notre couple, nous avons décidé de vivre séparément quelque temps car à deux dans notre petit appartement 24 heures sur 24, cela aurait pu très mal finir. Il doit travailler en ligne, comme beaucoup de monde à l’heure actuelle, et il doit aussi parler plusieurs heures par jour à travers Skype ou Zoom. On a fait l’expérience pendant deux semaines fin février, début mars, et c’était intenable. J’avais l’impression que mon territoire était envahi, il était là, tout le temps, il faisait du bruit, il vivait au milieu du salon, quand il se faisait à manger, il faisait encore plus de bruit et moi, je pétais les plombs. On a la chance de vivre dans une ville où les loyers ne sont pas rédhibitoires et d’avoir les moyens de payer deux loyers temporairement (voire plus longtemps, mais c’est un autre sujet 🙂 )

J’étais donc seule cette semaine et j’avais demandé auparavant à ma prof de japonais si l’on pourrait faire un cours chaque jour, ce qu’elle avait accepté, et comme je ne pouvais pas être au Japon, j’ai décidé de me créer une petite bulle intérieure japonaise. J’ai étudié tous les matins avec mes flashcards, et j’ai révisé un paquet de points de grammaire en reprenant mes cours depuis le début. Cela a été incroyablement efficace pour consolider beaucoup de concepts. J’ai rarement le temps d’en faire autant, alors que si je l’avais, mon niveau de japonais ne serait probablement pas aussi ridicule au bout de 3 ans. Je me suis rendu compte que j’avais oublié beaucoup de choses, mais aussi que tout avait beaucoup plus de sens à présent. J’ai retrouvé ma prof tous les jours à la même heure et j’ai regardé des séries japonaises tous les soirs.

Mais je n’ai pas fait que du japonais !

J’avais aussi décidé de jeûner cette semaine. Je n’ai pas mangé pendant toute une journée. Quand on ne fait que lire sur le canapé, on n’a pas vraiment besoin d’énergie en fait ! Je pensais continuer plusieurs jours, mais le lendemain, après une quarantaine d’heures sans rien avaler d’autre que de l’eau, je voulais faire un peu de musculation, mais je me suis sentie un peu faible et aussi, j’avais cet horrible gout dans la bouche qui m’a poussée à changer de plan et à faire un petit repas. Et j’ai tenu ce rythme toute la semaine. Je ne peux plus courir car la salle de sport est fermée, alors je ne me dépense pas énormément. Je n’ai donc pas besoin d’ingérer beaucoup de calories. Cependant, je me suis constitué une petite salle de sport dans mon salon, avec des poids, un step qui me sert aussi de banc de musculation, et je fais donc des exercices de musculation. Alors, je mange un petit repas par jour. J’ingère moins que je ne dépense et ça me fait beaucoup de bien. J’en avais marre de trop manger tout le temps. Et c’est fou le temps que l’on gagne quand on ne cuisine pas et ne mange pas !

J’ai aussi lu sept livres cette semaine et j’en ai entamé deux autres. En français et en anglais. Je partagerai bientôt mes lectures en français sur ce blog. Les livres étaient tous assez courts et faciles à lire. Le plus long était The Testaments de Margaret Atwood, que j’ai écouté en livre audio en deux sessions car, une fois que j’ai repris, je ne pouvais plus m’arrêter. C’est en anglais, mais je le recommande vivement quand même ! (je suis sure qu’il a été traduit en français, mais je préfère toujours lire en langue originale si possible) J’avais adoré The Handmaid’s Tale il y a quelques années et j’ai adoré retrouver cette atmosphère dystopique totalement flippante. Mon mari l’écoute en ce moment et en discutant avec lui, j’ai compris que j’étais passé à côté de quelques références religieuses, car je ne connais pas la Bible, mais cela n’a pas entravé mon plaisir et ma fascination.

Cela a été une semaine très agréable. Je me suis reposée, je n’ai fait que des choses qui me faisaient plaisir, et j’ai vraiment apprécié d’avoir ce temps pour moi et de prendre le temps de faire les choses, sans me presser, sans stresser. Et j’ai décidé qu’à partir de maintenant, j’allais avoir une relation moins fusionnelle avec mon téléphone et que j’allais accorder plus d’importance à mon temps et à ce qui compte vraiment pour moi. Je ne vais plus lire les actualités comme si ma vie en dépendait. Mon téléphone restera éteint pendant la journée et je lirai mes messages une fois le matin et une fois le soir, et j’y répondrai en bloc à une heure consacrée à cette activité, et si je n’ai pas le temps de terminer, et bien, ça attendra. Je vais prendre mieux soin de moi, consacrer du temps chaque jour à des activités qui me procurent du plaisir, comme l’étude du japonais, le sport et la lecture, je vais également m’autoriser des moments pour ne rien faire de productif. Je vais prendre du temps pour appeler mes amis de temps en temps et je vais arrêter d’être disponible pour tout le monde tout le temps ! Je sais que personne ne me l’a demandé, mais c’est moi qui me mets la pression toute seule d’être toujours disponible et d’aider les autres (mari, amis, élèves…) quand ils me le demandent et en fait, ça me pèse. Et je me demande comment font les femmes qui ont des enfants (en particulier celles qui ont aussi un emploi hors de la maison) pour ne pas devenir folles. Quand trouvent-elles le temps de faire des choses pour elles-mêmes sans être constamment interrompues ?

Je sais que certaines personnes sont adeptes du multitâche et je l’ai longtemps été moi-même, mais je ne supporte plus ça ! J’ai l’impression que dès que je dois partager mon attention, je fais n’importe quoi. Alors que quand je peux me concentrer sur une tâche à la fois, je suis plus efficace et beaucoup plus satisfaite du résultat.

Cette semaine m’a donné envie de ralentir et je compte bien m’écouter cette fois !

Pratiquer le français avec un MOOC

Avez-vous déjà essayé de suivre un MOOC ? Savez-vous ce qu’est un MOOC ? C’est un Massive Open Online Course, autrement dit un cours diffusé sur Internet ouvert à tous.

Il y en a de nombreux en français et pour celles et ceux qui ont le temps, cela peut être un moyen amusant et différent de pratiquer le français tout en apprenant autre chose, et particulièrement de développer son vocabulaire dans un domaine spécifique.

Je dois avouer que je me suis inscrite à plusieurs MOOCs ces dernières années et que je n’ai en fait jamais trouvé le temps de pouvoir les suivre quand ils commençaient. À chaque fois, il y avait quelque chose qui m’empêchait de trouver quelques heures par semaine à dédier au cours. C’est dommage et j’espère pouvoir en faire l’expérience un jour, mais si vous avez un peu de temps et que vous comptez ces heures comme des heures d’étude du français, cela pourrait être un exercice intéressant.

Sur ce site, vous pouvez trouver des MOOCs dans plus de 40 domaines, du droit aux sciences, en passant par les langues et l’histoire, la santé et le développement durable, entre autres, proposés par diverses universités.

La semaine prochaine, vous pourriez commencer un cours sur le gaspillage alimentaire ou apprendre à tourner et monter un reportage pro avec votre smartphone. La semaine suivante, vous pourriez suivre un cours sur les mutations territoriales ou les concepts et méthodes en épidémiologie. Au mois de mai, vous pourriez étudier les défis et enjeux de la cybersécurité ou suivre un cours sur le tourisme ou la mode. Les possibilités sont multiples !

Les fautes d’orthographe

Vous trouvez l’orthographe française difficile ? Vous n’êtes pas seul !

Beaucoup de Français ont des lacunes considérables en orthographe. C’est quelque chose que j’observe depuis longtemps et encore plus depuis que je passe une grande partie de mon temps en ligne et que je me suis mise un peu aux réseaux sociaux. Je vois des fautes partout sur Internet. Régulièrement dans des articles de journaux “sérieux”. Quand c’est une seule faute, je me dis que cela peut être une faute de frappe, ça arrive à tout le monde, et quand on a les yeux rivés sur l’écran toute la journée, ce n’est pas toujours évident de garder sa concentration. Mais souvent, j’en repère beaucoup plus. Et je me dis qu’on se relit avant de publier dans un journal qui a une certaine réputation, non ? On se fait relire par un collègue peut-être ? Je ne sais pas comment ça marche, et je suppose qu’avec le besoin de publier sans arrêt dans ce monde qui ne dort jamais, la relecture n’est pas une priorité. Mais personnellement, je juge sévèrement les journalistes qui font des fautes d’orthographe et je perçois le journal comme pas si sérieux que ça s’il autorise la publication d’articles avec des fautes. Parce que ça ne fait pas sérieux. Ça fait négligé, bâclé et donne l’impression que la personne qui a écrit manque de respect pour ses lecteurs. Je prends note des noms des journalistes récidivistes, et je ne lis plus leurs articles. Je suis moins sévère avec les Français dont l’écriture n’est pas un outil de travail, mais je reste quand même choquée par le niveau d’orthographe et le niveau d’expression de beaucoup de Français. Il m’est arrivé de lire des commentaires sur Facebook et YouTube et de ne rien comprendre à ce que je lisais car l’orthographe était tellement mauvaise que ça n’avait absolument aucun sens. Même en lisant à voix haute, la phonétique n’aide pas toujours car il semblerait que les règles ne soient pas toujours connues.

Cette semaine en France, il est ressorti d’un sondage que les fautes d’orthographe étaient un critère de sélection à l’embauche et pouvaient même conduire au licenciement d’un employé. Les employeurs ne veulent pas d’employés qui risquent de donner une mauvaise image de leur entreprise. Si le sujet vous intéresse, vous pouvez trouver plusieurs articles en ligne. Entre autres, ici, ici, et ici.

J’ai une amie en France qui me racontait récemment qu’ils avaient embauché une nouvelle employée à son travail. Une jeune diplômée, fraîchement sortie de l’université avec un master en communication. Elle est, entre autres, chargée du site web de l’entreprise. Apparemment, elle fait des fautes d’orthographe plus grosses qu’elle (ne comprend pas la différence entre ce et se ou ça et sa, par exemple), ce que son employeur a vite remarqué. La solution proposée : ses collègues vérifient tout ce qu’elle écrit avant que ce ne soit publié en ligne. Je pense que si je faisais partie de cette équipe, cette situation ne tiendrait pas longtemps. D’ailleurs, je me demande combien de temps cela sera tenable pour tous les partis concernés.

C’est en partie pour ça que je suis exigeante avec mes étudiants qui souhaitent passer le DALF dans le but de pouvoir étudier à l’université en France. Il est vrai que postuler à un emploi et candidater pour une place à l’université sont deux choses différentes. Pour un employeur, vous devez être rentable. Les universités, elles, ont besoin d’étudiants et que vous réussissiez ou non votre année, vous paierez le même prix. Je n’ai pas fait de recherches sur le sujet, mais ça me paraît logique dans le monde dans lequel on vit, non ?

Mais je suis exigeante avec mes étudiantes car je sais que si elles ne maîtrisent pas les codes de l’écrit en français et qu’elles conjuguent mal leurs verbes, accordent mal leurs adjectifs et utilisent peu d’autres verbes qu’être, avoir et faire, elles risquent de souffrir à l’université. Réussir le C1 est une chose. Réussir un master en est une autre. Avec une bonne préparation, quand la méthodologie est bien comprise, c’est possible, même en faisant encore beaucoup de fautes, de réussir le DALF C1. Tous les étudiants que j’ai préparés à cet examen l’ont réussi, et pourtant, il y en a quelques-uns qui, à mon avis, n’avaient pas le niveau requis et à qui j’ai recommandé de vraiment se mettre à niveau avant de commencer l’année universitaire. Parce qu’un master, ça n’a pas grand-chose à voir avec le DALF. Vous aurez plusieurs profs, avec des niveaux d’exigence différents. Des profs français très probablement. Vous serez évalué à l’écrit dans plusieurs modules. Et si votre expression et votre orthographe ne sont pas au point, vous aurez des problèmes. C’est inévitable. Et si vous voulez travailler pour une entreprise française ensuite et occuper un poste pour lequel le français sera votre langue de communication, il sera dans votre intérêt de bien maîtriser l’orthographe et la grammaire françaises !

J’ai tendance à être beaucoup plus tolérante avec les personnes dont la langue maternelle n’est pas le français, et j’aurais tendance à penser que la plupart des Français le sont aussi, mais dans le monde du travail, je ne suis pas sûre que ça vaille.

Etudier en France

J’ai étudié en France, en Angleterre, et aux US. Pendant longtemps, je ne connaissais que le système français. Je n’avais rien pour comparer. J’étais bonne élève et j’aimais l’école. Quand je n’aimais pas un prof, je perdais l’intérêt que je pouvais avoir pour une matière mais dans l’ensemble, j’étais satisfaite. J’ai commencé l’université à 17 ans et je n’étais pas trop emballée par les cours que je suivais, plutôt ennuyeux, mais je faisais ce qu’il fallait pour avoir des résultats acceptables. Puis, quand j’étais aux US, je me suis inscrite à la fac et j’ai découvert un système complètement différent. Avec entre autres des profs super disponibles, joignables par courriel ou même par téléphone et une énorme variété de cours parmi lesquels choisir. Je ne savais même pas qu’il était possible d’étudier certains des sujets proposés. J’ai adoré mon semestre là-bas. Quelques années plus tard, j’ai fait une licence en Angleterre, et pareil, j’ai adoré le système d’éducation supérieure. Là encore, des profs très disponibles, très ouverts, avec lesquels on pouvait avoir des discussions très intéressantes et qui étaient vraiment bienveillants dans l’ensemble. J’avais l’impression que ma réussite leur importait. Si j’avais besoin d’explications supplémentaires, je n’ai jamais ressenti que je les dérangeais et ils étaient toujours prêts à me répondre et à m’aider. En personne ou par courriel. Quand j’obtenais une note sur un devoir, il y avait toujours un commentaire pour l’accompagner et justifier cette note. Je n’ai jamais ressenti de condescendance de leur part et j’ai vraiment adoré étudier en Angleterre. C’était intense et fatigant, mais c’est une expérience qui me laisse de très bons souvenirs. Quelques années plus tard, j’ai fait un master avec une université française. Comme je vivais à l’étranger, je l’ai fait à distance. Et là, aïe aïe aïe !!! Il y a tellement de choses qui m’ont déplu et qui m’ont fait détester cette année que je ne sais pas par où commencer pour en parler. Je n’ai même plus vraiment envie d’y penser. J’ai tellement détesté cette année que j’ai décidé de m’arrêter au bout d’un an. Avant de m’inscrire, je pensais pousser un peu plus loin, faire un peu de recherche en linguistique peut-être, dans le champ du plurilinguisme.

Je reprendrai peut-être des études en linguistique à l’avenir, mais ce ne sera pas en France. C’est dommage parce que financièrement, c’est quand même plus abordable que les études en Grande-Bretagne.

J’ai obtenu de bons résultats pourtant. Mais ce que j’ai détesté, en plus des cours terriblement ennuyeux dans leur format et parfois bourrés de fautes, c’est l’attitude des profs vis-à-vis de leurs étudiants. Complètement désintéressés de savoir si on s’en sortait ou pas avec la tonne de boulot qu’on devait fournir. Pas de réponse aux courriels, aucune communication à part pour nous dire qu’il fallait rendre un devoir final et ensuite nous donner une note, rarement justifiée. Beaucoup de condescendance. J’avais parfois l’impression d’être traitée comme si je sortais du lycée, n’avais pas déjà 10 ans d’expérience dans l’enseignement et ne connaissais rien à la vie. J’ai fini l’année écœurée, déçue par cette expérience pas du tout enrichissante et le manque de bienveillance des professeurs. Bien sûr, il n’étaient pas tous comme ça. J’en ai eu deux en particulier qui étaient fantastiques, proposaient des cours extrêmement intéressants et faisaient preuve de beaucoup de bienveillance. Il y en avait d’autres qui étaient sympas mais qui étaient probablement trop occupés par leur recherche pour vraiment prendre le temps de nous répondre quand on avait des questions, ce qui résultait en beaucoup de frustration.

J’avais un peu oublié tout ça, mais cette semaine, une de mes brillantes étudiantes qui fait un master en France m’a fait part de quelque chose qui l’avait choquée dans son université. Ils ont eu des partiels récemment. Et quand les profs rendent les devoirs, toute la classe est au courant des notes de ses collègues car elles sont publiquement discutées. Même si vous préféreriez garder cette information pour vous-même, vous n’avez pas le choix. Pour elle, habituée au système anglo-saxon dans lequel les étudiants sont traités comme des adultes, ça a été une véritable surprise. Bien qu’elle ait elle-même obtenu de bons résultats, elle a trouvé ça humiliant et je suis plutôt d’accord. Si vous obtenez une mauvaise note, vous n’avez pas forcément envie de le crier sur les toits. Et vous êtes adulte, vous devriez pouvoir choisir si vous souhaitez partager vos résultats avec les autres.

Quand j’étais à l’école en France, c’était commun que les profs rendent les devoirs dans l’ordre, de la plus mauvaise note à la meilleure. Quelle pratique étrange, non ? Quelle humiliation pour les élèves en difficulté, et quelle façon de les encourager à mieux faire ! On trouvait ça normal quand on était à l’école, mais quand j’y repense, je me dis que c’est vraiment trop nul comme façon de procéder. Tellement pas pédagogique. Et ça en dit long sur la mentalité française, il me semble…

Si vous avec l’intention d’étudier en France, je ne veux pas vous effrayer, mais il est important d’être conscients des différences culturelles et c’est toujours mieux d’être bien préparé mentalement. Mon expérience n’a pas été transcendante mais je connais des gens qui ont adoré leurs études en France. Vous pourriez très bien vivre une expérience formidable. Un jour, je parlerai des avantages à étudier en France. 😉