DALF C1 – PO : la problématique

Le jour de l’examen, vous aurez une heure pour préparer votre exposé. Je n’a jamais connu d’étudiant·e qui trouvait que c’était trop long. Et c’est pourquoi il est important d’apprendre à organiser son temps.

À la lecture des titres des articles que vous aurez à lire, vous devriez être capable de saisir le thème de votre exposé assez facilement. D’ailleurs, le thème est habituellement clairement spécifié et c’est ainsi que vous ferez votre choix entre les deux sujets que vous aurez tirés au sort. Ensuite il faudra définir une problématique.

Mais qu’est-ce qu’une problématique ?

Ce n’est pas toujours clair pour les étudiant·es qui préparent l’examen. Et pourtant, il est essentiel d’avoir une problématique claire et précise car cela vous permettra de mettre des limites à votre exposé, de construire un plan et donc d’organiser vos idées de façon cohérente

La problématique, c’est votre angle de réflexion. C’est la question à laquelle vous allez essayer de répondre à travers votre exposé. Il n’y a pas un seul exposé possible pour chaque thème. Deux étudiantes peuvent proposer deux exposés très différents et obtenir toutes deux une très bonne note. Si leurs exposés sont différents, c’est probablement parce qu’elles auront choisi des problématiques différentes, c’est-à-dire deux angles de réflexion différents. Il est probable qu’elle auront également choisi des plans différents.

Prenons par exemple le thème de l’enseignement des langues étrangères à l’école. J’aurais peut-être d’autres idées si j’avais lu des articles sur ce thème, mais sans articles, je peux déjà penser à plusieurs problématiques et plusieurs plans.

  • Quels sont les enjeux de l’enseignement des langues étrangères à l’école? = plan thématique (1. enjeux politiques – 2. enjeux économiques – 3. enjeux culturels)
  • Pourquoi est-il essentiel d’enseigner les langues étrangères à l’école ? = plan thèse/antithèse/synthèse (1. il faut absolument enseigner les langues étrangères – 2. il n’y a pas que les langues qui comptent – 3. les langues sont essentielles dans notre monde globalisé)
  • Quel est l’avenir des langues étrangères à l’école ? = plan état des lieux / conséquences / solutions (1. quelle est la situation actuelle de l’enseignement des langues à l’école ? – 2. quelles sont les conséquences ? – 3. solutions pour améliorer la situation)

Vous connaissez les grands thèmes du DALF. Vous pouvez vous entrainer à formuler des problématiques et à penser à des plans qui leur correspondent. Rares sont les étudiant·es qui trouvent cet exercice facile au début. Mais après plusieurs tentatives, tout devient plus clair, je vous le promets ! J’ai vu des étudiantes qui préparaient leur examen plusieurs mois à l’avance faire cet exercice les doigts dans le nez (= très facilement) avant l’examen.

DELF B2 : la production orale

Cette épreuve dure 50 minutes au total : 30 minutes de préparation et 20 minutes de passation pendant lesquelles vous commencerez par parler tout seul avant d’avoir un débat avec l’examinateur ou l’examinatrice.

Vous allez tirez au sort deux sujets et vous pourrez choisir celui qui vous inspire le plus.

Vous devez préparer un exposé à partir d’un court texte. Donc, pendant la préparation, vous commencez par lire le texte, puis vous prenez des notes et vous organisez un plan.

Le but de l’exercice est de défendre un point de vue argumenté. Vous devrez tout d’abord présenter le thème du texte et en dégager une problématique, c’est-à-dire une question, à laquelle vous allez répondre en 3 parties en présentant des arguments que vous appuierez avec des exemples précis. Vous commencerez par une introduction claire dans laquelle vous présenterez le texte puis vous terminerez par une conclusion claire dans laquelle vous ferez un bilan des arguments que vous avez avancés.

Il faut que vous donniez votre opinion. Il est donc important de savoir donner son avis et exprimer ses sentiments. Ne vous limitez pas à répéter “je pense que…” à chaque fois que vous donnez votre avis.

Après votre exposé, l’examinateur vous posera des questions auxquelles vous devrez répondre en étant aussi convaincant que possible.

Pour bien préparer cette épreuve, il est très utile de lire la presse régulièrement.

Vous serez évalué de cette façon :

Les épreuves orales du DALF C2

La grande différence entre les épreuves orales du C1 et du C2 est que pour le C2, elles sont réunies en une seule épreuve. La production dépend de la compréhension et consiste en 3 parties : un compte-rendu objectif, un développement personnel et un débat.

Si vous avez déjà passé le C1, rien ne devrait vraiment vous surprendre au niveau de la méthodologie car on retrouve les compétences exigées pour la synthèse et celles pour l’exposé oral et le débat.

Vous pouvez trouver des exemples de sujets sur le site du ciep. Comme pour le C1, vous avez le choix entre Lettres et Sciences Humaines ou Sciences. Le jour de l’examen, vous pourrez lire ceci sur la feuille qui vous aura été distribuée :

Même si vous parlez très bien français et pensez comprendre tout ce que vous écoutez, cet exercice n’est pas évident. Surtout si comme moi, vous pouvez avoir du mal à vous concentrer dans ce genre de situation et avez une mémoire à court terme un peu vacillante. C’est pourquoi, il est important de bien se préparer avant l’examen.

La première chose à pratiquer est la prise de notes. Régulièrement, écoutez la radio, des podcasts, Youtube, Netflix, etc., pendant 15 minutes et prenez des notes. Plus vous le ferez et plus ce sera facile d’écrire tout en continuant à écouter ce qui se dit.

Essayez toujours de cerner QUI parle, QUEL TON est employé, QUELLES IDÉES sont défendues : quelle est l’idée principale ? quelles sont les idées secondaires ?

Après avoir écouté le document sonore deux fois, vous aurez donc une heure pour préparer les deux premiers exercices : le compte-rendu et le développement personnel.

  • Le compte-rendu doit être objectif et neutre, sans idées personnelles (un peu comme la synthèse en PE de C1). Il dure entre 5 et 10 minutes. Vous devez mettre en relief l’idée principale et les idées secondaires, sans pour autant suivre l’ordre du document.
  • Pour le développement personnel, vous aurez deux sujets au choix sur la même thématique que le document sonore. Vous devrez faire un exposé clair et structuré (un peu comme la PO de C1) et défendre votre point de vue personnel. Cela durera environ 10 minutes.

Finalement, vous arriverez à la dernière partie de l’épreuve qui consiste en un débat avec les examinateurs, auquel vous devrez participer de manière active, pendant 10 à 15 minutes. Ils vous poseront des questions en relation avec votre exposé et vous devrez continuer à être convaincant et à défendre votre position de manière pertinente. N’hésitez pas à élargir le débat dans cette partie.

DALF C1 – PO : l’introduction de l’exposé

Les étudiants qui se préparent au DALF rencontrent souvent les mêmes soucis. Pour la production orale, ils me disent régulièrement que ça ne leur paraît pas naturel comme exercice (je suis bien d’accord), et qu’ils trouvent difficile de parler seul pendant aussi longtemps sur un sujet qui ne les inspire pas toujours (je comprends très bien) et qu’ils ont l’impression de parler dans le vide. Ajoutez à tout ceci le stress du jour de l’examen, et on comprend que ce puisse être un examen qui inquiète. Même si l’on comprend bien l’exercice, on ne sait pas toujours quoi dire sur l’écotourisme ou la mode, et on n’a pas toujours d’opinion sur le sujet en question.

Lors des cours de préparation, il est fréquent que les étudiants aient préparé un exposé un peu trop court. Parler 5 minutes n’est pas suffisant. D’où l’intérêt de se préparer bien à l’avance et de s’entraîner à partir de sujets variés.

L’exposé est évalué ainsi :

http://www.ciep.fr

En 5 minutes, vous n’aurez pas l’occasion d’élaborer une réflexion et de faire une présentation claire, organisée et pertinente. Vous resterez en surface.

Je l’ai déjà dit par le passé, on ne vous demande pas de faire un résumé ou une synthèse des textes mais appuyez-vous sur ces textes pour développer vos idées. Ils contiendront forcément des exemples et des réflexions qui pourront entrer dans votre réflexion. Cela vous sera rappelé le jour de l’examen :

http://www.ciep.fr/sites/default/files/atoms/files/demo-dalf-c1-candidat-individuel-lsh-sc-po-tp.pdf

Aujourd’hui, je voudrais essayer de vous montrer à partir de l’exemple de Lettres et Sciences Humaines sur le site du CIEP comment on pourrait répondre à la question : Le travail est-il nécessaire au bonheur ?

Je ne vais pas faire tout l’exposé, mais je vais faire une introduction. J’ai fait un plan. J’ai mis sur papiers les arguments que j’aimerais développer. J’ai écrit des exemples. Je sais plus ou moins où je veux aller avec mon exposé. Dans mon introduction, je fais une petite mise en contexte puis j’annonce mon plan. Elle dure 1min45. Parfois j’hésite, parfois je me reprends, n’ayez pas peur de faire la même chose. Quand on parle naturellement, il est très fréquent de ne pas terminer ses phrases et de revenir sur ce que l’on vient de dire. Si cela vous arrive pendant l’examen, ne laissez pas un bafouillage vous déstabiliser, restez concentré !

Mon plan n’est pas le seul valide. J’en aurais probablement fait un autre hier et demain. Il n’y a pas une seule façon d’aborder un sujet. Il suffit d’être cohérent, de vite choisir un type de plan (j’ai choisi thèse, antithèse, synthèse), de rester dans le sujet et d’avancer petit à petit vers une réponse claire à la question de départ et à une conclusion logique.

DALF C1 : la production orale – l’exposé

Cette épreuve est source de stress pour beaucoup d’étudiants, ce que je comprends très bien car je suis moi-même super stressée si je dois passer un oral. Et pourtant, quand on y pense bien, il n’y a vraiment pas de quoi se mettre dans des états pareils. 

Personnellement, dans cette situation, j’ai le cœur qui bat à fond, je me sens tremblante et je perds une partie de mes moyens. J’oublie ce que je sais et après coup, j’oublie ce qu’il s’est passé. 

Alors, si vous êtes un peu comme moi, il est primordial de rationaliser la situation et de bien se préparer. Si vous vous présentez au niveau C1, c’est que vous pensez l’avoir, non ? 

Petit rappel de ce que le niveau C1 veut dire pour un candidat : 

Source : Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues

Il s’agit maintenant de bien comprendre ce qu’on attend de vous le jour de l’examen. Même si vous parlez très bien français, si vous n’avez aucune idée de ce que vous devez faire, vous allez vous planter. (= échouer) 

L’épreuve dure 1h30. Vous arrivez, vous tirez au sort deux sujets (vous avez déjà choisi entre Lettres et Sciences Humaines et Sciences). Vous choisissez le sujet qui vous inspire le plus. A partir de là, vous avez une heure pour préparer un exposé. 

Il faut apprendre à organiser votre temps. Vous devez lire des documents sur un thème commun et vous devez ensuite présenter un exposé sur ce thème. On ne vous demande pas de faire une synthèse des documents. On vous demande de présenter une réflexion personnelle sur le thème des documents. Vous pouvez vous appuyer dessus, vous pouvez en tirer des exemples, vous en inspirer, mais il faut absolument que vous apportiez des idées nouvelles, des opinions personnelles que vous allez organiser dans une présentation qui comportera une introduction, un développement et une conclusion. Tout ceci articulé avec des connecteurs logiques bien sûr. 

L’usage d’un dictionnaire unilingue est autorisé. 

Une fois que vous avez les documents en main, vous prenez connaissance du thème de l’exposé. Prenons par exemple celui de l’exemple en LSH proposé par le ciep : la malnutrition. Peut-être même qu’avant de lire les documents, vous avez des choses à dire sur ce sujet, non ? Les mots qui me viennent à l’esprit immédiatement seraient pays pauvres/pays riches, obésité, monde moderne, trop de sucre, trop de gras, malbouffe, besoin d’éducation en nutrition, pas assez à manger (sous-alimentation), trop à manger, ressources mondiales, vie sédentaire, sport, apports nutritionnels, maladies, guerres, réchauffement climatique…

A ce stade, je n’ai pas encore un plan en tête, mais je lis les documents et je souligne ce que je trouve pertinent et intéressant. Les idées contenues dans les textes pourront me servir d’exemples. 

Ce que je répète sans cesse à mes étudiantes : n’écrivez pas votre exposé ! Non seulement, vous n’aurez pas le temps de terminer et il vous faudra y aller en roues libres pour le terminer à l’oral et de plus, vous allez être tenté de lire ce que vous avez écrit, et ce n’est pas une épreuve de lecture mais une de production orale ! Utilisez des bullet points (on dit puces en français mais je trouve ça un peu bizarre.)

Commencez par faire un plan. Quelles idées voulez-vous développer dans votre exposé ? Dans votre introduction, il faut que vous dégagiez la problématique, que ce dont vous allez parler soit clair. Vous pouvez toujours faire un état des lieux de la situation générale avec des affirmations générales mais pertinentes au thème. Ensuite vous annoncez votre plan avant de commencer votre développement.

Idéalement, vous annoncez un plan en 3 parties. Chaque partie contient une idée principale. Chaque idée principale peut être divisée en 2 parties secondaires (voire 3 si c’est adéquat). Chaque partie secondaire contient un exemple. Cela peut être un exemple tiré de votre expérience personnelle ou de vos connaissances sur le sujet. Vous pouvez aussi vous appuyer sur les documents si c’est approprié. Entre chaque partie, vous avez un connecteur pour articuler votre discours. 

Si votre plan est clair, si vous savez où vous allez avec votre présentation, vous ne verrez pas le temps passer. Vous serez capable de parler sans vous arrêter pendant 10/15 minutes et vous ne perdrez pas le fil de votre pensée car vous aurez ce plan sous les yeux. Il pourrait ressembler à ça : 

Si vous avez une idée claire pour chacune des parties, vous n’avez pas besoin de tout écrire. Juste les mots clés. Quelques connecteurs peut-être. Les exemples que vous souhaitez mentionner… 

Soignez votre vocabulaire, pensez à des synonymes, variez vos structures grammaticales, pensez à respirer et gardez en tête que les examinateurs ne sont pas là pour vous sacquer ! 

Pratiquez le plus possible avant l’examen pour pouvoir vous présenter sans stresser !