Livre : La Familia grande

Bon, ça fait un moment que je n’ai pas écrit pour le blog. Beaucoup de travail mais aussi beaucoup d’efforts pour avoir une vie plus ou moins équilibrée. Je parviens à éteindre mon ordinateur avant 22h30 presque tous les soirs, je passe du temps dehors à prendre des photos de fleurs, de chats, de chiots, et même d’une petite chouette la semaine dernière.

Et je lis. Beaucoup. Je lis tous les soirs avant de dormir. Parfois j’empiète un peu sur mes heures de sommeil pour lire un ou deux chapitres de plus. Et j’écoute des livres pendant la journée, quand je prépare à manger, quand je fais un peu de ménage, quand je vais faire des courses. En fait, non, quand je vais faire des courses, j’écoute plutôt des podcasts car je trouve plus difficile d’être complètement concentrée quand je suis entourée de gens, de mouvements, de bruits. Il y a trop de stimulation à l’extérieur et ça me distrait trop facilement. Et depuis dimanche, j’écoute le livre de Chanel Miller, Know My Name, lu par elle-même, et je sais pas comment mieux le décrire que par WOW. On pourrait penser que c’est fâcheux que je ne trouve pas d’autres mots, vu que je suis supposée être à l’aise avec les mots et tout ça, mais vraiment, c’est celui qui me vient à l’esprit. Je connaissais les grandes lignes de son histoire. Je connaissais le nom de son agresseur. Mais je ne connaissais pas son nom à elle jusqu’à récemment. Et j’étais loin de connaitre tous les détails de son histoire. J’ai beaucoup pleuré en l’écoutant. Il me reste trois heures à écouter et je suis sure que je vais encore verser quelques litres de larmes, mais je ne regrette aucunement d’avoir choisi d’écouter ce livre. Sa voix est si douce et si puissante à la fois. Son histoire est précieuse. Ce qu’elle a vécu est dégueulasse, mais le fait qu’elle ait trouvé la force de la raconter de façon si précise en partageant ce qu’elle a traversé à partir du jour où elle a été agressée sexuellement, tout en analysant avec tant de lucidité le système mis en place pour réduire les victimes au silence, c’est wow puissance 100 millions.

Mais je me suis un peu égarée. J’étais venue ici pour parler d’un autre livre, qui lui aussi parle d’abus sexuel et d’un système qui protège toujours les mêmes. Chanel a été victime d’agression sexuelle aux Etats-Unis. Dans La Familia grande, Camille Kouchner raconte une histoire d’inceste en France. J’ai lu ce livre un an après avoir lu Le Consentement, de Vanessa Springora. Et j’ai été frappée par la même chose. Les gens qui savaient et qui n’ont rien dit, qui n’ont rien fait pour aider l’enfant en danger. Ce silence autour de l’inceste et des abus sexuels an général est insupportable. Le livre a apparemment déclenché une vague de témoignages en France de la part de personnes ayant subi l’inceste sous le mot dièse (hashtag) #metooinceste.

Comme j’ai déjà écouté quelques podcasts à ce sujet, dont l’excellent Un podcast à soi, je savais que cela était beaucoup plus commun que ce qu’on ne le pense en général. Mais je dois avouer que je trouve ce sujet particulièrement pénible à écouter et que même si je veux en savoir plus, et que je pourrais essayer d’être plus détachée car cela ne me concerne pas directement, j’ai du mal. C’en est au point que j’ai du mal à respirer et c’est le genre de sujet dans lequel je peux me plonger seulement quand je vais au mieux, que je ne suis pas hormonale, ou déjà en colère contre autre chose (ce qui est un peu difficile car je suis toujours en colère contre quelque chose, vu l’état du monde dans lequel on vit).

Le livre de Camille Kouchner se lit très facilement. Les phrases sont courtes. La langue n’est pas très compliquée, tout en étant jolie. J’ai pleuré à plusieurs reprises. Je l’ai lu très vite. J’ai été en colère et j’ai eu si mal pour elle, même si ce n’est pas elle qui a subi les abus sexuels de son beau-père, mais son frère jumeau. J’ai été dégoutée par la grande majorité des adultes de cette histoire. Par le silence étouffant de ceux qui savaient.

Et aussi, je trouve cela désespérant que les élites de gauche soient impliquées dans ce genre d’histoires. Moi, dont le cœur balance très à gauche, je me sens trahie par ces personnes et leurs actions abjectes. Et pourtant, je sais depuis longtemps qu’il y a des pourritures à gauche comme à droite, du sexisme, du racisme, de l’homophobie et toutes sortes de discriminations des deux côtés, mais cela me fait plus mal quand ça vient de la gauche et me fait plus peur pour l’avenir du monde.

En plus du livre, j’avais regardé l’épisode de La Grande Librairie dont Camille Kouchner était l’invitée, car il était disponible en entier sur YouTube, mais a depuis était supprimé, malheureusement.

Vous pouvez toutefois en voir un extrait de 6 minutes. (l’émission durait 90 minutes 🙁 )

Livre : Le Triangle et l’Hexagone

Je parlais de Maboula Soumahoro dans un post le mois dernier. (Pourquoi donc ai-je utilisé l’imparfait, alors qu’on a “le mois dernier”, se demandent probablement mes étudiantes qui me lisent. On en parlera en cours si ce n’est pas clair !)

J’ai donc lu son livre sorti en février de cette année et je n’ai pas été déçue. C’est une universitaire, mais son style d’écriture est très fluide et agréable à lire. De plus, elle transgresse la règle qui veut que les écrits académiques n’utilisent jamais le pronom personnel “je”. Ce qui en fait un écrit beaucoup plus personnel, même si son expérience de femme noire en France n’est pas unique.

En voici un court extrait, tiré du premier chapitre :

Ma vision de la société française hexagonale contemporaine est la suivante : à la fois post- et néocoloniale, la République fonctionne sur un ensemble de hiérarchies qui s’entremêlent au niveau de la classe sociale, de la catégorisation raciale et du genre. En son sein sont à l’œuvre de nombreux processus de racialisation qui ont un effet sur l’ensemble de la société. Qu’ils touchent de manière visible ou invisible, favorablement ou défavorablement, ces processus concernent tous les groupes en présence, même si, parmi ceux-ci, celui qui domine possède le privilège de l’invisibilité et de la normativité. J’ajoute également que depuis plusieurs siècles les êtres humains que nous sommes avons tous été forcés de manière organisée à habituer le regard que nous portons sur nous-mêmes et sur les autres à reconnaitre la race et le phénotype. Sans aucune valeur biologique, ces catégorisations sont toutefois d’une puissance extrêmement importante. Elles opèrent de manière concrète au niveau social, politique et économique. Les individus, populations et communautés dites “de couleur” existent. Nier l’existence et les injustices vécues par ces derniers fait partie du problème français actuel.

Vous vous dites que cela va de soi ? Pas en France ! J’ai déjà parlé à plusieurs reprises du racisme en France et sans avoir ses connaissances et avoir fait les recherches que Maboula Soumahoro a faites, je ne doute pas un instant que c’est la vérité. Dans son livre, elle explore le sujet plus en profondeur, elle parle de son expérience personnelle, et je reste super fan !

Elle m’a aussi donné envie de lire d’autres auteurs qu’elle évoque.

Lotti Latrous, une femme extraordinaire

Quand je vivais en Suisse, je lisais beaucoup. Je vivais en Suisse italienne, et j’avais un libraire qui me donnait beaucoup de livres qu’il recevait de ses éditeurs. Je ne me souviens pas très bien pourquoi, mais je crois que comme il ne parlait pas anglais, il me demandait toujours si les livres en anglais m’intéressaient. Et en général, ils m’intéressaient et je les acceptais volontiers. J’achetais aussi beaucoup de livres et j’étais une cliente appréciée je pense.

Je ne me souviens pas s’il m’avait donné ce premier livre qui m’avait fait découvrir Lotti Latrous ou si je l’avais acheté. On était en 2005 ou 2006. J’avais été extrêmement émue par l’histoire de cette femme suisse et j’avais lu un deuxième livre qui parlait de ce qu’elle faisait en Côte d’Ivoire. J’avais dû les acheter, car ils étaient en français et mon libraire ne me donnait que des livres en anglais en fait. Je n’ai plus ces livres, je les ai probablement donné, je ne sais plus à qui, et c’est dommage car j’ai essayé de les retrouver, mais on dirait qu’ils n’existent qu’en allemand et que la version française n’est plus éditée. Le premier livre s’intitulait Lotti la Blanche.

Seriez-vous prêt.e à abandonner votre confort et votre vie facile pour aider les plus démuni.e.s, celles et ceux dont tout le monde se moque, à qui personne ne pense et qu’on laisse mourir sans pitié ?

J’aimerais dire que moi, je pourrais. Mais la vérité, c’est que si je le pouvais, je l’aurais déjà fait. Ce n’est pas comme si je ne savais pas qu’il existait des gens dans la misère. J’ai choisi la voie du confort et je ne suis pas toujours fière de moi quand j’y réfléchis. Je pique aussi des colères sur des choses tellement futiles parfois que j’en ai honte. Je m’énerve parce que le livreur m’apporte mes courses commandées en ligne trop tôt ou trop tard. Je m’énerve parce que le voisin du dessus fait un trou dans son mur avec une perceuse et que ça fait du bruit pendant 30 secondes. Je m’énerve parce que les gens marchent trop lentement devant moi et bloquent le trottoir. Bref, je nage dans le privilège et je l’oublie beaucoup trop souvent.

Lotti, elle, a choisi d’utiliser tout ce que la vie lui a offert pour aider les autres. Elle a renoncé à une vie de luxe, elle a fait le choix difficile de ne pas vivre avec son mari et ses enfants pour pouvoir continuer à aider des personnes qui, de son point de vue, avaient plus besoin de son aide qu’eux.

Si vous parlez allemand, je vous recommande vivement de lire les livres écrits sur Lotti Latrous par la journaliste Gabriella Baumann-von Arx.

Sinon, regardez cette interview en français : https://www.rts.ch/play/tv/toute-une-vie/video/toute-une-vie-avec-lotti-latrous?id=9930940

Elle dure 45 minutes et si vous êtes sensible, ayez des mouchoirs à disposition. Si vous ne pouvez pas la voir dans votre pays, je l’ai mise à disposition ici.

Le français n’est pas la langue maternelle de Lotti Latrous, mais elle le parle presque parfaitement. Je rêve d’un monde plein de Lotti. J’aimerais être capable de faire ce qu’elle a fait de sa vie. En attendant de trouver une voie sur laquelle je pourrai m’engager, je puise mon inspiration dans des femmes extraordinaires.

Sans commentaire

J’admire Rokhaya Diallo et le travail qu’elle fait. J’admire sa capacité à rester calme, alors qu’elle est constamment confrontée à des idiots ignorants qui puent le privilège et qui ont vraiment peur que le système dont ils bénéficient s’écroule pour faire place à une société plus juste, plus égalitaire, plus humaine.

Cette vidéo, que j’ai découverte à travers un extrait posté par Rokhaya Diallo sur son compte Instagram, se passe de commentaires. Mais 🤮.

Maboula Soumahoro

Je suis fan.

Je l’ai découverte l’an dernier dans le deuxième épisode du podcast Kiffe ta Race, dans lequel elle discutait avec Rokhaya Diallo et Grace Ly du fait que le mot “race” est tabou en France. Et ce qu’elle disait alors m’avait paru tellement évident, tellement sensé, et pourtant, je n’y avais jamais réfléchi comme cela avant.

Elle était également l’une des invitées de Lauren Bastide pour un épisode spécial de La Poudre sur la France et les féminismes plus récemment, au mois de mars, et ce qu’elle avait à dire était comme toujours très instructif.

Je n’ai pas grand-chose à ajouter au débat actuel sur le racisme. J’ai toujours su que le racisme existait. J’ai toujours pensé que la France était un pays extrêmement raciste. J’ai découvert ailleurs qu’il y avait les mêmes problèmes. J’ai vu le racisme aux Etats-Unis, je l’ai vu à Londres, je l’ai trouvé très décomplexé en Espagne, il est présent en Asie du Sud-Est, il est plus qu’évident en Afrique du Sud, etc. Mais c’est à travers mon féminisme que j’ai commencé à m’y intéresser de plus près, à me poser énormément de questions et à examiner mon propre comportement.

Le racisme est systémique, tout comme le sexisme est systémique. Et je suis tellement en colère quand j’entends quelqu’un qui réduit l’expérience des femmes à des anecdotes, des incidents isolés, et qui dit “pas tous les hommes”, “tu exagères”, “mais les femmes ont les mêmes droits que les hommes”, etc. Je n’en peux plus de cette oppression, de ce refus de voir la réalité en face et de tous ces systèmes qui ignorent les violences faites aux femmes.

Et la colère des Noir.e.s et de toutes les personnes victimes de racisme me parait venir de la même place. C’est intolérable de se sentir constamment en danger et réduit.e au silence, dans une société qui refuse de se regarder en face. C’est intolérable de subir des discriminations et des violences dans une société qui nous dit que nous sommes tous égaux en droits mais qui nous traitent différemment si nous sommes femme, noir.e, arabe, asiatique, LGBTI, handicapé.e, gros.se, etc., et encore pire si nous accumulons plusieurs de ces caractéristiques.

De la même façon que je pense que les hommes doivent être activement féministes pour faire avancer la cause des femmes, j’ai compris à travers mes lectures de ces deux, trois dernières années, qu’il était essentiel que les Blancs soient antiracistes et pas seulement non racistes. L’oppression des personnes de couleur devrait tous nous révolter, et se taire, c’est effectivement être complice, comme je l’ai lu maintes fois sur les comptes Instagram d’activistes que je suis.

J’espère que la colère qui s’est emparée des citoyen.ne.s du monde entier cette dernière semaine va continuer. Moi, je n’arrêterai pas d’être en colère tant qu’il y aura des injustices et des discriminations. Je suis née en colère et je mourrai probablement en colère, mais j’espère voir les choses évoluer dans le bon sens et pouvoir participer au changement d’une façon ou d’une autre.

Si vous ne connaissez pas Maboula Soumahoro, voici une courte vidéo d’une interview de la semaine dernière. J’ai acheté son livre Le Triangle et l’Hexagone, et je compte le lire ce mois-ci. J’en parlerai certainement ici.