Les traductions françaises des titres de films étrangers

Je ne vais parler que de films anglophones car je connais beaucoup moins bien le sujet dans d’autres langues.

Je me suis fait la remarque récemment que les films américains sortaient dans les salles françaises sous leur titre original de plus en plus. Beaucoup plus que quand je vivais encore en France.

Il y a toujours eu des films traduits littéralement, tels que Robin des bois, prince des voleurs, pour Robin Hood : Prince of Thieves, ou encore 12 hommes en colère pour 12 angry men.

Toutefois, il y a aussi des titres traduits d’une telle façon qu’il est parfois difficile, voire impossible, de savoir quel est le titre original. Cela m’est arrivé plus d’une fois en cours d’évoquer un film très connu avec son titre français et de voir que mes étudiant·es n’avaient aucune idée de quel film je parlais.

Et vous, si je vous donne des titres de films en français, saurez-vous dire de quels films il s’agit ? En voici 15. Certains sont plus récents que d’autres. Je vous aide avec les dates. :

  • Les évadés (1994)
  • Les infiltrés (2006)
  • Les affranchis (1990)
  • Le train sifflera trois fois (1952)
  • La couleur des sentiments (2011)
  • Voyage au bout de l’enfer (1978)
  • Les dents de la mer (1975)
  • Tant qu’il y aura des hommes (1953)
  • Tendres passions (1983)
  • La mort aux trousses (1959)
  • Sueurs froides (1958)
  • Le grand jeu (2017)
  • Macadam cowboy (1969)
  • New-York-Miami (1934)
  • Very bad trip (2009) – comme s’en amuse le comédien britannique Paul Taylor, ce titre est la traduction choisie en France pour traduire un titre en anglais, sans aucun rapport avec le titre original.

Vous pouvez chercher les réponses en ligne bien sûr, ou vous pouvez les trouver ici.

Un petit jeu sans conséquence

C’est le titre d’un film français que j’ai regardé récemment.

J’avais vraiment envie de regarder un film français et j’avais pas mal de choix, mais j’ai mis longtemps avant de me décider. Aucune des synopsis que je lisais ne me donnait envie. Mon choix s’est finalement arrêté sur celui-ci car j’aime bien les deux acteurs principaux et deux des acteurs secondaires et l’intrigue me paraissait assez intéressante.

Mais je me suis ennuyée ferme pendant une heure et demie. C’est peut-être dû au fait que ce film date de 2004 et que je le regarde avec mes yeux de 2019.

C’est l’histoire d’un couple, ensemble depuis 12 ans, qui fait croire à sa famille et ses amis lors d’un déjeuner qu’ils sont séparés, alors qu’ils n’ont pas du tout l’intention de se séparer au départ. Mais personne n’est surpris et la femme se pose de plus en plus de questions au fur et à mesure que le film avance.

Ce qui m’a vraiment ennuyée et déplu, c’est que la femme est vraiment préoccupée par ce que son couple devrait être. Comme s’il y avait des règles applicables à tout le monde. Comme s’il n’y avait qu’un modèle de couple. Comme s’il y avait une obligation de se comporter d’une certaine façon. Peut-être s’ennuie-t-elle dans son couple, mais elle semble dire autre chose. Puis il y a l’homme qui, lui, parait beaucoup plus détendu par rapport à l’évolution de son couple et qui ressort comme la personne la plus raisonnable du couple parce qu’il ne se pose pas toutes ces questions et qu’il est à l’aise avec le fait de ne pas avoir une vie super excitante. Le message que je comprends, c’est que ce sont les femmes qui compliquent tout dans une relation. Et bien sûr, nous sommes dans un film français et on apprend que l’homme a couché avec la meilleure amie de sa femme deux ans auparavant. Petite entaille dans le contrat que beaucoup pourraient trouver acceptable car sa femme est si chiante. Elle l’a surement mérité… Bref, beaucoup de vieux clichés, avec au passage une jolie adolescente de 15 ans en tenue d’été que les amis de son père passent beaucoup de temps à reluquer, comme si c’était parfaitement normal.

Je ne sais pas si le film m’aurait plu il y a 15 ans. Je pense que ce n’est pas impossible. Mais en 2019, je l’ai trouvé ennuyeux et très vieux jeu.

Mais je trouve intéressant de regarder des films qui datent de temps en temps. Cela permet de remarquer l’évolution de la société, des mentalités, et sur un plan plus personnel, je peux observer comment moi, j’ai changé, et comment je remarque certaines choses auxquelles je n’aurais peut-être pas prêté attention par le passé. Les mentalités françaises n’évoluent pas aussi vite que d’autres en termes de sexisme et de discriminations en général, à mon avis, mais j’espère quand même que les réalisateurs d’aujourd’hui y penseraient à deux fois avant d’objectifier une ado (je n’ose pas dire une femme, car il est évident que beaucoup de remettent pas du tout cette pratique en question) comme dans ce film. La gamine avait un tout petit rôle et je ne suis pas critique de film, mais son personnage n’apportait absolument rien à l’histoire de mon point de vue et j’ai eu l’impression qu’elle n’était là que pour servir le désir pervers de ces messieurs. Beurk.

Jeanne et le garçon formidable

C’est un film sorti en 1998, à une époque où je me posais beaucoup de questions existentielles. Je ne me rappelle pas si je l’avais vu à sa sortie, mais je me souviens qu’ils en parlaient à la télé et que j’étais fascinée par l’actrice, Virginie Ledoyen, que je trouvais magnifique et dont j’adorais la voix douce.

Je l’ai vu plusieurs fois depuis, sans être sure de quand était la dernière fois, et cette semaine, j’y ai repensé par hasard. Je ne sais pas ce qui m’y a fait penser, mais tout à coup, j’avais cette chanson dans la tête.

C’est une comédie musicale, mais je ne sais pas si comédie est vraiment juste car j’ai pleuré comme une madeleine à chaque fois que je l’ai vu. J’ai rigolé aussi, mais tout n’est pas drôle. C’est l’histoire de Jeanne, jeune femme en quête du grand amour qui collectionne les garçons en attendant de tomber sur le bon. Puis elle rencontre Olivier. Mais Olivier est malade.

Dans cette scène, il lui révèle sa maladie, en chanson évidemment. Il dénonce aussi un système qui exclut les personnes vulnérables. :

Connaissez-vous Panpan, Polochon et Eurêka ?

Vous savez certainement que se joue dans les salles en ce moment le film Aladdin. J’ai tellement aimé le dessin animé sorti en 1992 que je n’ai pas vraiment envie d’aller voir le film. Et pourtant, j’aime Will Smith. Mais après avoir vu la bande-annonce, j’ai eu l’impression que c’était exactement comme le dessin animé, avec les chansons et tout et tout. Et j’ai tellement regardé le dessin animé que je ne vois pas l’intérêt d’aller voir le film, même si on m’en a dit du bien.

Une de mes étudiantes m’en a parlé et je lui demandé si elle connaissait les chansons en français, mais évidemment que non. Qui les connait à part les francophones qui regardent les versions doublées en français ? Quand j’étais ado, je jouais aussi à Aladdin en jeu vidéo, dans lequel on entendait les mélodies des chansons et donc, j’ai beaucoup fredonné, chanté ou eu dans la tête la bande originale du dessin animé. Je peux vous chanter Ce rêve bleu à tue-tête sans préparation. Mal, mais je connais les paroles. Je ne les connais pas en anglais par contre. Je parle bien sûr de la chanson A whole new world. Je dis bien sûr, mais en fait, ce n’est pas évident, car la traduction n’est pas tout à fait exacte. Comment on passe de a whole new world à ce rêve bleu n’est pas très clair pour moi. On retrouve le même phénomène avec de nombreux titres de films traduits en français n’ayant rien à voir avec le titre original.

Et si on reste dans le monde de Disney, il y a certains personnages que je suis certaine que vous connaissez en anglais, mais si je vous donne leur nom français, vous ne saurez pas de qui je parle : Panpan ? Polochon ? Eurêka ? Monsieur Mouche ? Dame Gertrude ? Triste Sire ?

  • Panpan est le lapin, ami de Bambi, que vous connaissez sous le nom de Thumper en anglais. Pan pan est aussi l’onomatopée pour un coup de pistolet.
  • Polochon est le poisson, ami d’Ariel la petite sirène, que vous appelez Flounder en anglais. Un polochon, c’est un traversin. Si vous ne savez pas ce que c’est, c’est un oreiller en forme de boudin qui prend toute la largeur du lit. Rien à voir avec un poisson ou l’eau.
  • Eurêka est aussi un copain de la petite sirène. C’est la mouette qui pense connaître le monde des humains mais qui dit n’importe quoi. En anglais, il s’appelle Scuttle. Eurêka est le même mot qu’en anglais et donc une interjection pour exprimer qu’on a découvert ou compris quelque chose.
  • Monsieur Mouche est l’acolyte du Capitaine Crochet (Hook) dans Peter Pan. Smee en anglais. Une mouche est un insecte.
  • Dame Gertrude est l’amie de Belle Marianne dans Robin des Bois. Marianne et Robin dont des renards, et Dame Gertrude est une poule.
  • Triste Sire est le serpent dans Robin des Bois.

Les chansons sont toutes traduites évidemment et comme je regardais tout ça quand j’étais enfant et ne parlais pas anglais, je connais surtout les chansons en français pour tous les Disney sortis avant 2000. Je crois que je suis incapable de chanter une seule chanson d’un film Disney en anglais en fait. Mais en français, je suis un jukebox (j’ai longtemps travaillé avec des enfants 🙂 ).

Une de mes préférées :

Burn out

Non, ce n’est pas l’état dans lequel je me trouve ! C’est le titre d’un film français que j’ai regardé récemment sur Netflix quand j’étais malade.

Ce n’est pas un grand film avec un scénario extraordinaire, mais ça se regarde facilement et bien sûr, c’est intéressant au niveau linguistique. C’est une histoire de voyous, de drogue, de moto, etc. qui se passe en banlieue parisienne et la façon de parler des personnages est très familière. Vous entendrez des mots tels que bécane, came, taré, ordure, gerber, caillera (ça, c’est du verlan), condé, blaze, daron, etc.

Dans le contexte, on peut parfois deviner ce qu’ils signifient. Sinon, vous pouvez faire comme moi et prendre des notes pendant que vous regardez. Parfois, quand je suis assise, j’ai mon petit cahier, mais quand je regarde Netflix au lit ou allongée dans le canapé, je les note sur mon téléphone. Quand un mot vous interpelle, quand vous entendez une expression que vous ne connaissez pas, notez-la et cherchez sa signification plus tard.

Burn out, c’est l’histoire d’un jeune homme, Tony, passionné de moto qui espère devenir professionnel. Un type sympa. Et très mignon aussi. 🙂 Il a un fils mais il n’est plus avec la mère. Elle, elle a de mauvaises fréquentations et se retrouve dans une situation très dangereuse. Elle est menacée de mort par des trafiquants de drogue. Tony décide de l’aider et il se retrouve à devoir transporter de la drogue entre la France et les Pays-Bas à moto pendant deux mois.

Comme je l’ai dit plus haut, le scénario ne casse pas trois pattes à un canard, mais le film ne demande pas une activité cérébrale extrême, vous pouvez facilement vous concentrer sur la langue sans avoir à faire trop d’efforts pour comprendre l’histoire.

Donnez-vous un objectif avant de regarder le film. Cela peut être : apprendre 10/15/20 nouveaux mots, repérer 5 subjonctifs, repérer un certain type de structure grammaticale, repérer les liaisons, etc., selon votre humeur.

C’est quoi cette famille ?

J’ai trouvé ce film sur Netflix cette semaine. Il était dans ma liste mais je l’avais oublié. J’essaie de regarder tout ce qui est français / francophone pour voir si je peux ensuite recommander ce que j’ai vu à mes étudiants.

J’ai donc regardé C’est quoi cette famille?! un soir et j’avais pris un cahier et un stylo pour prendre des notes, mais en fait, ce n’est pas un film très riche en vocabulaire et en expressions que je trouve intéressantes. Je dirai alors que c’est un film idéal à regarder sans sous-titres (ni anglais, ni français) pour tester votre compréhension orale.

C’est une comédie familiale, très française. Personnellement, je ne l’ai pas trouvée très originale ou très drôle, mais c’est gentillet. On n’a pas besoin de beaucoup réfléchir. J’ai trouvé le personnage de la grand-mère plutôt marrant.

Une comédie française avec des enfants et des divorces qui m’a beaucoup plu dans le passé : Génial, mes parents divorcent ! C’est un film de 1991 alors je ne sais pas comment il a vieilli car ça fait un bail que je ne l’ai pas vu mais c’est un classique pour les gens de ma génération. Tous mes copains de l’époque et moi-même l’avons regardé encore et encore parce qu’on le trouvait trop drôle. La bande-annonce est ici, pas de très bonne qualité, mais ça m’a fait rire de la revoir.

Mauvaises herbes

Cette semaine, j’ai voulu voir si Netflix avait de nouveaux films français et je suis tombée sur Mauvaises herbes, le deuxième film réalisé par Kheiron. J’avais déjà parlé de son premier film, Nous trois ou rien, que j’avais adoré, et je dois dire que j’ai tout autant aimé celui-ci.

C’est l’histoire de Waël, ancien enfant des rues et petit escroc, qui se retrouve à s’occuper d’un groupe de six adolescents qui ont été exclus temporairement de leur école. Il doit tout d’abord gagner leur confiance car ils refusent de lui adresser la parole quand ils le rencontrent, mais à force de ruse et de patience, il va réussir à développer une relation avec eux, les inspirer à devenir de meilleures personnes, à s’entraider, et lui va enfin trouver un sens à sa vie.

Ça fait un peu simple dit comme ça, mais c’est vraiment drôle, les gamins sont attachants, le personnage de Catherine Deneuve est amusant et j’ai beaucoup rigolé et aussi pas mal pleuré car on voit aussi des bribes de l’enfance de Waël, dans un pays en guerre et ces scènes sont vraiment tristes.

Dans l’ensemble, très bon pour le moral, même si on pleure, et aussi pour enrichir votre vocabulaire. Vous entendrez beaucoup d’expressions familières. Prenez des notes !

Le tourbillon de la vie

J’ai eu des envies de cette chanson cette semaine. Alors je la partage. C’est une chanson qui a été rendue célèbre par le film Jules et Jim de Truffaut en 1962, mais pour être honnête, j’ai complètement oublié ce film. Je sais que je l’ai vu, mais c’était il y a très longtemps et j’en ai peu de souvenirs. Par contre, cette chanson chantée par Jeanne Moreau dans le film a été reprise par Vanessa Paradis des années plus tard, et ça, je n’ai pas oublié. Je l’écoute de temps en temps, et un peu plus à certaines périodes. Je la trouve belle et je m’en lasse difficilement.

Le Père Noël est une Ordure

Classique du cinéma français, film culte de 1982 adapté d’une pièce de théâtre de 1979, c’est une super comédie qui me fait mourir de rire à chaque fois que je la regarde. Cela fait un bout de temps que je ne l’ai pas revue, mais je sais que ça me ferait du bien ! Enfin, je crois vraiment. Parfois, quand on revoit un film qu’on avait beaucoup aimé des années après, on est déçu. On a changé et on ne rigole plus des mêmes choses. Ou le film a mal vieilli. Mais pour celui-ci, je suis presque sûre que je rigolerais toujours.

Cette vidéo vous donnera des infos sur le thème du film et vous donnera peut-être envie de le regarder. Si vous êtes en France, il repasse régulièrement à la télé.

La bûche de Noël

Savez-vous ce qu’est une bûche ?

C’est ça :

Mais quand on parle d’une bûche de Noël, on parle de ça :

Elle peut être glacée ou pas et on peut en trouver à toutes sortes de parfums. Personnellement, je n’ai jamais été très fan, ce qui est étrange car j’aime vraiment les desserts ; mais je pense que j’ai dû en goûter une quand j’étais enfant que je n’ai pas aimée, et ça m’a vaccinée pour la vie. C’est un des rares desserts que j’ai toujours évités.

Cependant, c’est un dessert traditionnel à Noël en France et dans d’autres pays tels que la Belgique, la Suisse et le Canada (probablement d’autres aussi) et si vous prenez part à un repas se terminant par une bûche, vous devriez l’essayer pour vous faire un avis. Il s’en fait de très originales maintenant.

Si vous voulez essayer d’en faire une vous-mêmes, vous trouverez des recettes ici.

La Bûche, c’est aussi le titre d’une comédie française de 1999 et cette bûche, je l’aime bien. En voici la bande-annonce :