Un cafard du nom de votre ex

Vous avez peut-être déjà entendu cette information insolite à l’approche de la Saint-Valentin, que vous viviez aux États-Unis ou non. J’ai trouvé ce court article dans Courrier International, traduit d’un article de CNN, qui vous amusera peut-être si vous n’en aviez pas entendu parler.

Personnellement, je ne suis pas sure que j’aurais participé si j’avais été dans le coin, mais l’idée m’amuse beaucoup. Je ne fête pas la Saint-Valentin, tout comme je ne fête pas les autres fêtes commerciales dont le seul but est de nous faire consommer et dépenser de l’argent, mais pour 5 dollars, j’aurais peut-être hésité à y prendre part cette fois-ci. J’aurais choisi d’imaginer que le cafard était une personne bien pire qu’un de mes ex par contre.

L’article est court, et donc idéal pour une petite analyse rapide. J’ai mis plusieurs éléments en évidence : en rose, les de, du et des (article indéfini ? article partitif ? préposition ?) en vert les prépositions pour, par et en (observez comment elles sont utilisées, quel est leur rôle dans la phrase, quel nom elles précèdent, etc.) en jaune, le pronom complément en (que remplace-t-il ?) et en rouge, des structures verbales. Comment les comprenez-vous ? Font-elles partie de votre vocabulaire actif ?

Bonne analyse !

Blog féministe

Si vous êtes toujours à la recherche de contenus en français et que vous n’avez pas toujours le temps de lire un livre, il existe de nombreux blogs en plus d’Instagram et autres réseaux sociaux.

Un que j’aime particulièrement, c’est celui de Fiona Schmidt, journaliste féministe engagée et rigolote, dont j’ai découvert l’existence en début d’année et dont j’avais déjà parlé ici.

Elle y parle de charge mentale, de charge maternelle, de règles, de contraception, de féminicides, et plus généralement de féminisme. Je suis super fan de la personne et de son travail, j’adore la lire et je l’ai écoutée dans deux podcasts cette année (ici et ici), et je sais pas ce que ça dit de moi que je la trouve si fantastique car je lui trouve énormément de points communs avec… moi. 🙂 Elle est plus drôle et écrit mieux, mais elle a fait des choix de vie très semblables aux miens et dès qu’elle dit quelque chose, je suis complètement d’accord. J’ai aussi l’impression qu’elle a passé plus de temps que moi à réfléchir à toutes ces questions féministes et arrive à formuler ses pensées plus clairement et beaucoup plus calmement que moi. Moi, j’ai encore du mal à garder mon calme et à me retenir d’insulter les gens qui pensent que les femmes doivent absolument avoir des gosses, rester à leur place, ne pas faire trop de bruit, ne pas avorter, faire la cuisine, faire le ménage, qu’elles sont des hystériques quand elles n’apprécient pas les “compliments” d’inconnus dans la rue, etc.

Je suis moins souvent confrontée au sexisme ordinaire ici car je sors peu, je ne me suis jamais fait ennuyer dans la rue (on me regarde parfois avec insistance, mais c’est pour mon côté étranger plutôt que mon côté femme je pense) et je suis en général avec mon mari. Mais ça ne veut pas dire que je ne rencontre jamais d’idiots que j’ai envie de gifler. Pas plus tard que la semaine dernière, un homme, un Français, m’a dit qu’il faudrait que mon mari ait plus de contrôle sur moi. Le type, je ne le connaissais de nulle part, et je venais de lui expliquer ce que je faisais comme boulot, que je ne voulais plus travailler pour des écoles qui n’apprécient pas le boulot des profs et que j’aimais ne pas avoir de patron et être libre d’organiser mon boulot et ma vie comme je le souhaitais. Et il s’est permis cette réflexion super déplacée et je me suis sentie bouillir à l’intérieur. J’avais tellement envie de lui hurler dessus (de lui en coller une pour être honnête en fait), mais j’ai au moins fait ce progrès (est-ce un progrès ?), je parviens à contenir ma colère en public. Puis j’ai bu, beaucoup trop, pour oublier. Et à la fin de la nuit, je n’avais pas oublié, j’étais ivre et toujours furieuse, mais j’ai pris mon téléphone dans le taxi et j’ai parcouru le compte Instagram de Fiona et ça m’a fait du bien. La France a désespérément besoin de femmes comme elle (et d’autres dont je parlerai plus en détail bientôt) car les mentalités évoluent si lentement. Et même quand ils ne vivent plus en France depuis plusieurs années, ils exportent apparemment cette culture réactionnaire. 🤮

Petite consolation : j’ai discuté avec une Japonaise en fin de nuit, et j’ai un peu oublié notre conversation, mais mon mari, qui lui n’était pas ivre, m’a dit que quand elle avait mentionné vouloir un copain français, je lui ai fait le portrait le plus négatif qu’il soit possible de faire des hommes français. Apparemment avec de grands gestes et un visage horrifié.

Bien sûr, tous les hommes français ne sont pas comme cela, mais il est indéniable qu’il y a une façon de penser et de concevoir le genre et les rôles de chacun bien spécifique à la France et j’admire toutes ces femmes qui luttent au quotidien pour faire changer les choses en France. Fiona est l’une d’elle. Si ces thèmes vous intéressent, vous pouvez vous abonner à sa newsletter et la suivre sur les réseaux sociaux.

Quand le second degré nous échappe…

J’ai à plusieurs reprises parlé du Gorafi sur ce blog, journal satirique qui m’amuse beaucoup. Je le consulte quand j’en ai marre de lire les actualités déprimantes, c’est-à-dire très régulièrement. Je suis aussi abonnée au compte Instagram du journal.

À l’occasion d’Halloween, ils ont posté un titre très drôle (à mon avis) : Les enfants de chômeurs méritent-ils des bonbons ?

Et cette semaine, ils ont posté ceci :

Si vous avez Instagram, vous savez qu’il s’agit d’un message personnel reçu par le Gorafi, qu’ils ont décidé de partager avec leurs abonnés.

Si vous faites une petite analyse de ce message, vous devriez pouvoir dire si c’est une femme ou un homme qui a écrit. Vous devriez aussi relever une faute de grammaire.

Vous pouvez aussi relever le vocabulaire :

  • tomber par inadvertance
  • être né avec une cuillère en argent dans la bouche

C’est un exemple de comment Instagram peut être utile à votre apprentissage et perfectionnement du français !

Je sais qu’il est très difficile d’étudier avec régularité et assiduité quand on est toujours sollicité·e à droite à gauche, mais Instagram est le format idéal pour les gens débordés ! Les posts ne sont jamais très longs, et s’ils ont plusieurs pages, on peut choisir de se limiter à une seule. Le Gorafi, c’est bien pour rigoler, mais on peut aussi suivre des comptes plus sérieux si l’on préfère (TV5 monde, France 24, RFI, etc.) et si l’on manque de temps pour lire un article entier ou que l’on ne peut pas consacrer beaucoup de temps à l’étude du français un jour, on peut toujours se pencher sur un post Instagram en français et en faire une petite analyse. Bien sûr, il faut choisir un post avec un minimum de texte. Ou avec une vidéo.

Un de mes posts préférés de la semaine : https://www.instagram.com/p/B4c6mQQnQcz/ et toute l’histoire derrière ce post, dont vous pouvez lire et voir un extrait ici, entre autres. L’enquête a été publiée sur Mediapart.

Laurie Peret

Je suis tombée sur cette humoriste par hasard sur YouTube et je l’ai trouvée très drôle, alors j’ai regardé quelques-unes de ses vidéos et j’ai immédiatement pensé à partager avec vous. Si Katherine Ryan (que je trouve hilarante) vous plait en anglais, il y a des chances que Laurie Peret vous plaise en français. Moi, j’aime son style et cette vidéo m’a fait pleurer de rire.

Plan cœur, saison 2

L’année dernière, j’ai regardé la première saison de Plan cœur et je ne l’avais pas trouvée extraordinaire, mais regardable et assez divertissante. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait une deuxième saison, mais en allumant Netflix le weekend dernier, j’ai découvert que si, ils avaient osé !

Il n’y a que six épisodes, dans lesquels on retrouve les mêmes personnages. Le scénario est peu crédible, ou c’est moi qui vieillis et qui n’arrive plus à croire à certaines situations. Les dialogues laissent à désirer, et de mon point de vue manquent complètement de naturel et de crédibilité, mais peut-être qu’il y a vraiment des gens comme ça et que c’est trop loin de moi pour que j’y croie. Les jeunes trentenaires d’aujourd’hui sont-ils si immatures que ça ?

Mais j’aime bien l’actrice principale et j’ai regardé tous les épisodes, plus ou moins attentivement. Avec les sous-titres en français pour en vérifier la qualité, et ils sont meilleurs que pour la première saison (si mes souvenirs sont bons, ceux de la première saison ne correspondaient pas toujours à ce que l’on entendait.) Le langage reste familier, et vous pourrez sans aucun doute enrichir votre argot. J’ai réussi à avoir les larmes aux yeux, voire à pleurer devant chaque épisode, malgré le fait que c’était plutôt médiocre, mais je pleure très facilement et comme j’avais une infection à l’œil, c’était super pour l’hydrater.

Si je ne vous ai pas convaincu·e, peut-être que le Top 11 des raisons de regarder Plan Cœur, sur Topito, y parviendra. 😉

Merci professeur !

C’est le titre d’une petite émission quotidienne diffusée sur TV5 qui parle de la langue française. Le professeur n’est autre que Bernard Cerquiglini, linguiste dont je parlais la semaine dernière, auteur de Le/La ministre est enceinte, et que j’aime beaucoup. Chaque émission dure aux alentours de 2 minutes, durant lesquelles il explique les difficultés de la langue française sur un ton humoristique.

Vous pouvez retrouver tous les épisodes ici.

On peut aussi lire un entretien très intéressant du professeur ici.

Et vous pouvez télécharger l’application Merci professeur ! de TV5 Monde sur votre téléphone pour faire des quiz rapides suite aux vidéos. Ou du moins, j’espère que vous pourrez le faire car j’ai l’impression que le lien est cassé. Je leur ai écrit, mais comme je n’ai pas eu de réponse, je ne sais pas si c’est un problème qui les intéresse ou non…

Vanessa Kayo

J’ai découvert cette humoriste sur Instagram et en la recherchant en ligne, j’ai appris qu’avant d’être humoriste, elle était prof de français !

J’aime ce qu’elle fait et j’ai décidé de partager aujourd’hui une courte vidéo d’un extrait de son spectacle, dans lequel elle annonce une problématique et fait un plan 🙂 Les anciens candidats au DALF et les aspirants devraient reconnaître la structure. Quand au langage utilisé, disons qu’il est très familier.

Ne vous embêtez pas avec les sous-titres autogénérés car c’est du grand n’importe quoi.

Début de la vidéo : Alors quand tu lui dis “j’ai pas envie”, le mec moche a cette réponse mythique : bah pourquoi ? Aaaah, t’aimes pas ça, c’est ça ? Oui, parce qu’en plus, je dois me justifier. D’accord. Donc, je ne veux pas avec toi, donc est-ce que j’aime ça ? Bah écoute, c’est une question très pertinente que nous allons développer ensemble : Aime-t-elle ça, la bite ? Ah bah c’est bien ça la problématique, on va pas se mentir…

Les fausses informations

J’ai déjà parlé du Gorafi plusieurs fois, ce journal satirique qui me fait beaucoup rire. Apparemment, il est arrivé plus d’une fois que des médias supposés être plus sérieux, français ou étrangers, et des politiciens, relaient des informations lues dans le Gorafi.

Dans cette vidéo, Pablo Mira, co-créateur du journal, explique que selon lui, très souvent, les gens ne lisent que les titres, sans s’embêter à lire le contenu des articles et ne prennent pas le temps d’analyser ce qu’ils ont lu ou de recouper les informations. Si on lit les articles, il est évident que rien n’est sérieux dans ce journal. Et j’ai même du mal à comprendre comment qui que ce soit puisse croire aux titres. Si l’on se rend sur le site maintenant, on peut trouver des titres tels que “Permis de conduire : les auto-écoles autorisent les élèves à régler par don d’organes” (passer son permis coute très cher en France, si vous ne le saviez pas), ou encore “BFM TV contraint de licencier 120 journalistes en raison de la fin de la canicule” (BFM est une chaine d’infos en continu et d’après ce que j’ai cru comprendre, la qualité de l’information laisse à désirer.)

Dans la vidéo, il raconte, entre autres, que des gens ont véritablement cru qu’un homme s’était fait tué pour avoir demandé un pain au chocolat dans le sud de la France (ou cette viennoiserie s’appelle chocolatine) et c’est assez flippant. Nous vivons une drôle d’époque, non ?

Quelques erreurs se sont glissées dans les sous-titres, vous pouvez vous amuser à les retrouver 😉

Oldelaf

Cette semaine, une étudiante m’a parlé d’un artiste français que je ne connaissais pas. Même si j’essaie de me tenir au courant des nouveautés culturelles et de ce qui se passe en France en général, beaucoup de choses m’échappent. Mais grâce à mes étudiant·es, je découvre souvent des choses intéressantes.

Cette étudiante m’a donc parlé d’Oldelaf, qu’elle m’a dit trouver marrant, surtout sa chanson la tristitude. Je suis donc allée sur YouTube et en effet, j’ai bien rigolé. J’ai aussi découvert une chanson intitulée le subjonctif et je me suis dit que c’était celle que j’allais partager ici. Elle est pleine de fautes de grammaires intentionnelles, ça fait mal aux oreilles mais c’est drôle.

Si vous vous demandez ce qu’il veut dire quand il dit que les Anglais font des phrases en yaourt : on a une expression “chanter en yaourt” qui veut dire qu’on fait semblant de chanter anglais. Comme on ne comprend pas très bien les paroles, on chante en yaourt, on essaie de chanter quelque chose qui ressemble à ce qu’on entend. Ce que j’ai fait pendant de nombreuses années, avant de vraiment comprendre les paroles des chansons en anglais. Et que je fais encore de temps en temps en fait, car en anglais comme en français, j’ai vraiment du mal à comprendre ce que disent certain·es chanteur·euses. Et si je comprends, je suis incapable de me souvenir de toutes les paroles dans l’ordre ! Alors je fais du yaourt. Pourtant, je déteste les yaourts 🤷

Mon cœur mon amour

J’ai dû écouter beaucoup de musique qui date un peu dernièrement car YouTube m’a suggéré cette chanson cette semaine. Je ne l’avais pas écoutée depuis des années mais elle me fait toujours autant rigoler.

Elle contient surement du vocabulaire que vous ne connaissez pas. Par exemple, dans l’ordre de la chanson :

  • dégouliner
  • se faire des mamours
  • donner la becquée
  • donner la gerbe
  • ça me laisse le cul par terre
  • la mièvrerie
  • éclater son forfait
  • tout court