Oiseaux en quête de célébrité

Ayant été un peu déconnectée des actualités ces derniers temps, je me suis dit qu’aujourd’hui serait un bon jour pour me mettre à jour. Les informations des journaux traditionnels n’étant pas réjouissantes dans l’ensemble, j’ai décidé d’aller voir ce que racontait le Gorafi. Et je n’ai pas été déçue ! Cet article est hilarant et aussi très intéressant du point de vue linguistique (structures grammaticales et connecteurs variés). 

Les apprenants adultes ont souvent peu de noms d’animaux dans leur répertoire linguistique, contrairement aux enfants, et encore moins de noms spécifiques d’oiseaux, de races de chiens, de chats, ou autres. 

Dans cet article, il est fait mention du rouge-gorge, du goéland et du martin pêcheur et je me demande combien de mes étudiants seraient en fait capables de me dire exactement ce qu’ils sont.

Qui est qui ?

Je suis loin d’être spécialiste en animaux et je pense que mon vocabulaire d’oiseaux est assez limité en anglais et quasi inexistant en espagnol et italien. Je me demande même si je suis capable de lister 10 oiseaux supplémentaires en français : un pigeon, une pie, un corbeau, une hirondelle, un moineau, une colombe, une mouette, un héron, un aigle, un hibou. Ouf, je peux et j’en ai même quelques autres en tête et je peux tous les traduire en anglais mais certainement pas en espagnol ou en italien. 

Et vous, êtes-vous capable de nommer  5 oiseaux de plus en français ?

Être français

Je ne suis pas une personne très politique. Mais je suis une Française qui vit à l’étranger depuis 16 ans et je m’intéresse au monde et aux cultures de ce monde. Je ne peux pas m’empêcher de remarquer certaines différences entre les différentes cultures que j’ai eu l’occasion d’apprendre à connaître à travers les pays où j’ai vécu et les gens que j’ai rencontrés. Et il y a quelque chose qui m’a toujours paru très français et très agaçant. Ceci dit, il y a probablement d’autres pays où c’est pareil et beaucoup de pays où ce n’est pas idéal non plus…

Ce dont je parle, c’est d’identité. Ce que c’est d’être français. Ce qui fait qu’on est français. Je me trompe peut-être, et je ne parle que de mon ressenti, mais je me suis souvent fait la réflexion que c’était beaucoup plus difficile de se sentir et d’être considéré français en France qu’anglais en Angleterre si notre famille avait des origines hors de France ou d’Angleterre. J’ai aussi souvent eu l’impression qu’avoir une double culture en France pouvait être perçu comme négatif et qu’on demandait aux gens de choisir la culture française plutôt que leur autre culture pour être considéré français. Moi, j’ai plutôt tendance à penser que c’est un avantage d’avoir deux ou plusieurs cultures et que ça permet une certaine ouverture sur le monde et je trouve un peu absurde qu’on demande aux gens de renier une partie de leur identité. Je pense que c’est important de parler la langue du pays dans lequel on habite, de comprendre, respecter et s’adapter à la culture du pays, mais cela ne devrait pas vouloir dire qu’on doit renoncer à parler les autres langues qu’on connaît, à manger et cuisiner les plats qu’on aime, à passer du temps avec les gens desquels on se sent proche, et je ne sais quoi d’autre.

Moi-même, quand je vivais au Cambodge, j’avais des amis khmers mais je passais la majorité de mon temps libre avec des Français ou des anglophones, on pouvait souvent me trouver à l’Institut Français, je parlais français ou anglais et très peu khmer, j’allais régulièrement dans des restaurants occidentaux car même si j’aimais la cuisine locale, j’adorais retrouver le goût des plats avec lesquels j’avais grandi. Si j’étais restée plus longtemps, j’aime penser que j’aurais fait plus d’efforts pour apprendre la langue et que j’aurais été plus intégrée dans la société cambodgienne… Pendant mes huit années passées à Londres, j’allais à la boulangerie française et au restaurant français de mon quartier, j’étais toujours contente de rencontrer des Français pour papoter, j’allais voir tous les films français qui sortaient au cinéma, je regardais la télé française quand je faisais des babysittings pour des familles françaises… Cela ne m’empêchait pas d’être complètement intégrée dans la société anglaise, de travailler, de comprendre le fonctionnement du monde autour de moi et à part quelques racistes occasionnels, les Anglais ne m’ont jamais reprochée de ne pas être anglaise.

Je suis consciente que pour les Français issus de l’immigration, ce n’est pas tout à fait le même cas de figure, mais on leur reproche des comportements que pratiquement tous les immigrants occidentaux adoptent quand ils vivent à l’étranger et on les juge comme étant moins dignes d’être français à cause de ça. En Angleterre, on peut être noir sans que personne ne remette en cause notre nationalité anglaise même si l’on se sent proche d’une autre culture. En France, de mon point de vue et d’après mon expérience, c’est différent. Et ça me chiffonne un peu. J’ai du mal à comprendre pourquoi la double culture est perçue comme une menace et comment on peut demander à quelqu’un de choisir entre ses deux cultures.

A l’occasion de la victoire récente de la France, Trevor Noah a fait une blague dans son émission The Daily Show, qui a provoqué beaucoup de réactions hostiles et qui a poussé l’ambassadeur de la France à lui écrire une lettre. Il a répondu à cette lettre dans The Daily Show et j’ai trouvé ce qu’il a dit très pertinent. Voici la vidéo :

Why can’t they be both indeed ?

L’humour d’Haroun

J’adore les dystopies (The Handmaid’s Tale, Farenheit 451, 1984, Brave New World, etc). Elles me fascinent. Le monde dans lequel on vit me fait peur et ma vision du futur est plutôt pessimiste. Et Black Mirror est l’une de mes séries préférées, si ce n’est ma préférée en fait.

Je suis tombée sur une vidéo d’un humoriste dont j’aime bien le style, Haroun, qui traite d’un sujet aussi abordé dans un épisode de Black Mirror. Avec beaucoup plus d’humour évidemment et ça m’a beaucoup fait rire.

Un peu de vocabulaire avant de regarder :

  • une appli = une application (on aime raccourcir les mots en français)
  • flippant = qui fait peur
  • se faire chier (familier, grossier) = s’ennuyer, s’embêter
  • une sale note = une mauvaise note
  • se débrouiller = se dégager d’une situation compliquée
  • un appart’ = un appartement (on aime raccourcir les mots en français ;-))
  • racketter = obtenir de l’argent en faisant pression sur qqun, en l’intimidant
  • un cas soc’ = un cas social (on aime vraiment raccourcir les mots en français ;-)), une personne à problèmes, au comportement marginal, mal intégrée dans la société

Jour J

Je crois que l’origine de cette expression est militaire. D-day, Jour J. On l’utilise dans la vie courante quand on parle d’un jour important, un jour qu’on a attendu avec impatience, qu’on a préparé, etc.

C’est aussi le titre d’un film français diffusé sur Netflix (Wedding unplanned, en anglais). Je l’avais remarqué dans la liste des quelques films français proposés par Netflix,  mais comme je suis rarement d’humeur à regarder des comédies romantiques et qu’il n’est pas téléchargeable, je n’avais pas très envie de le regarder. Puis deux de mes étudiantes m’en ont récemment parlé au cours d’une même semaine et toutes deux m’ont dit qu’elles l’avaient trouvé drôle, alors j’ai décidé de le regarder aussi. Et je n’ai pas regretté car je l’ai trouvé très divertissant. Le langage est assez cru par moments mais ça m’a fait pouffer de rire tout le long du film. La fin des comédies romantiques est toujours prévisible, et ce film n’échappe pas à la règle, mais il y avait quand même un peu d’incertitude jusqu’aux trois dernières minutes. En tout cas, moi, j’étais pas tout à fait sûre de ce qui allait se passer jusqu’à la fin.

C’est pas le film du siècle, mais c’est une bonne comédie qui vous permettra de passer un bon moment tout en enrichissant votre vocabulaire familier et vulgaire.

Je ne suis pas un homme facile

C’est le titre d’un film français produit par Netflix qui vient de sortir sur la plateforme. Je l’ai regardé et je dois dire qu’il m’a beaucoup plu. C’est une satire de la société patriarcale dans laquelle nous vivons.

Un homme, tout ce qu’il y a de plus macho et arrogant, se réveille dans un monde où les codes tels qu’il les connaît sont inversés. J’ai trouvé que c’était une façon très intelligente de pointer du doigt les dysfonctionnements de notre société et de nous faire réfléchir à toutes ces situations de sexisme ordinaire qui semblent si normales à beaucoup, mais contre lesquelles nous devrions lutter au quotidien.

Je ne savais pas à quoi m’attendre avant de regarder ce film, mais je pense sincèrement qu’il est impossible de le regarder sans réfléchir au monde qui nous entoure ensuite.

 

Si vous aimez The Onion…

… vous aimerez sûrement Le Gorafi, dont le slogan est “toute l’information selon des sources contradictoires“.

Sur le même ton parodique que The Onion,  des articles du Gorafi ont pourtant été pris au sérieux à plusieurs reprises et relayés par la presse traditionnelle française ou étrangère…

Pour celles et ceux qui aiment les parodies et l’humour absurde, ce site est un petit bijou. Pour ma part, je trouve les actualités déprimantes, et le journalisme moderne on ne peut plus oppressant. Je ne peux pas les éviter complètement, mais les jours de pluie, je ne lis que les articles du Gorafi !

Dix pour cent

Plusieurs de mes étudiantes m’ont parlé de cette série. Je ne l’avais jamais vue car elle n’est pas sur Netflix en Espagne et le sujet ne m’intriguait pas assez pour que je la recherche ailleurs. J’ai eu l’occasion de la regarder récemment et je dois admettre qu’elle m’a plu. C’est une série qui parle du monde  très particulier des agents de stars. Je ne connais pas ce milieu et m’y intéresse habituellement peu, voire pas du tout, mais les histoires de chaque épisode sont captivantes. C’est une série remplie de personnages qu’il est difficile d’aimer au premier abord mais les dialogues sont amusants et intelligents, et j’aurais tendance à penser que les situations développées sont tout à fait fidèles à la réalité de cette industrie. C’est aussi l’occasion de découvrir des célébrités françaises car il y en a au moins une qui joue son propre rôle dans chaque épisode et cela peut être intéressant pour celles et ceux qui s’intéressent à tout ce qui est français.

La série s’appelle Dix pour cent car c’est la commission que prennent les agents sur les contrats des talents qu’ils représentent.

Gad Elmaleh

Je lis les journaux francophones et anglophones et je regarde des vidéos sur Youtube en anglais et en français, et même en espagnol et en japonais. Du coup, Google m’offre un flux assez  varié tous les jours sur mon téléphone. Cette semaine, Youtube m’a proposé cette vidéo de Gad Elmaleh dans une émission américaine qui m’a fait beaucoup sourire. J’aime bien cet homme car il a l’air vraiment sympa et je le trouve drôle en général. Bon acteur aussi. Très attendrissant dans Hors de prix, avec Audrey Tautou. Je ne connais pas tous les humoristes français, mais ce qui me plaît chez lui, c’est qu’il ne fait pas de politique, contrairement à beaucoup d’autres. Il me détend vraiment. Il essaie de se faire une place sur la scène des comédiens américains depuis plusieurs années, sans beaucoup de succès. Il y a une émission de radio américaine, This American Life, qui a raconté son histoire dans ce podcast. Très intéressant pour quiconque aime comparer et essayer de comprendre les différentes cultures. Un de ses sketches les plus connus, c’est celui de Brian. Il me fait beaucoup rire car il traite de l’enseignement de l’anglais à l’école française, et ce qu’il dit est tellement vrai !