Rencontrer VS retrouver

Observez :

  • J’ai rencontré mon mari au Cambodge il y a six ans.
  • Ils se sont rencontrés à une soirée chez des amis et depuis, ils ne se quittent plus.
  • Je n’ai jamais rencontré personne qui venait du Groenland.
  • On se retrouve tous les samedis pour boire un thé et papoter.
  • Cet été, je vais retrouver des amis pour quelques jours sur une ile.
  • Elles se sont retrouvées devant le centre commercial à 19h avant d’aller voir un film.

La différence est-elle claire pour vous ?

Très souvent, je demande à mes étudiantes ce qu’elles ont fait le weekend passé, et très souvent elles me répondent qu’elles ont rencontré des amis pour aller boire un verre / faire du sport / aller au cinéma, etc. Mais ce n’est pas correct. Elles n’ont pas rencontré des ami·es. Elles ont retrouvé des ami·es.

On utilise rencontrer quand c’est la première fois, et seulement quand c’est la première fois !

Les mots qui commencent par IN-, IM-

Je veux parler des mots tels que : incapable, indécis, information, ingérer, insipide, intéressant, intermédiaire, invoquer, imbattable, impossible, etc.

La première syllabe de tous ces mots se prononce exactement de la même façon : /ɛ̃/. C’est un son nasal. C’est un seul son. On n’entend pas /i/ et on n’entend pas /n/ ou /m/.

C’est une petite erreur de prononciation que j’entends… tout le temps !

Si après in- et im- vous avez une consonne autre qu’un autre n après in- ou un autre m après im-, il faut prononcer /ɛ̃/, comme dans pain, main, fin, etc. Sauf si c’est un h (inhérent se prononce /inerã/ : on entend le i et on entend le n).

Dans le cas d’une double consonne comme pour immigrant, immature, immense, immobile, immunité, etc., on prononce le i et le m. Il y a des mots commençant imm- pour lesquels im- se prononce /ɛ̃/, mais il y en a très peu : immangeable, immanquable, immettable.

Pour inn- : inné, innocent, innovateur, innommable, etc., on prononce le i et le n.

Quelques exemples pour pratiquer :

  • À cet instant, il m’est impossible de vous informer.
  • L’inscription indique qu’un incendie a eu lieu ici.
  • Ces statues impressionnantes sont importées d’Indonésie.
  • C’est un imbécile indiscret et imprudent.
  • Son amie indienne est incroyablement implacable.

Je m’ai = IMPOSSIBLE

Je crois que toutes mes étudiantes ont fait cette erreur au moins une fois, et dans l’ensemble, elles la font toutes assez régulièrement. Faute d’inattention la plupart du temps, car elles connaissent la règle : avec les verbes pronominaux, l’auxiliaire est toujours ÊTRE ! Jamais avoir!

Si vous avez tendance à faire cette erreur, essayer de visualiser que *je m’ai est impossible ; c’est une combinaison de mots que l’on ne verra jamais. JAMAIS. JAMAIS. JAMAIS. Si vous sentez que vous vous apprêtez à dire *je m’ai…, corrigez-vous immédiatement et dites : JE ME SUIS

  • Je me suis trompée, excusez-moi.
  • Je me suis dit que ce serait sympa d’aller à Bali.
  • Je me suis disputée avec les voisins.
  • Je me suis couchée tard hier soir.
  • Je me suis retrouvée là-bas malgré moi.
  • Je me suis fait couper les cheveux.
  • Je me suis acheté un nouvel ordinateur.
  • Je me suis rendu compte de mon erreur.
  • Je me suis cassé un orteil.
  • Je me suis inscrite à un cours de danse.

Et bien sûr, au plus-que parfait, ça donnera : je m’étais trompée, je m’étais dit, je m’étais disputée, je m’étais couchée, je m’étais retrouvée, etc.

Prononcer les mots en -ISME

Comment prononcez-vous les mots suivants : féminisme, tourisme, socialisme, anglicisme, égoïsme, exotisme, bouddhisme, vandalisme, etc. ?

Pour certaines de mes étudiantes, en particulier les anglophones, c’est un petit défi. Tout simplement parce que c’est souvent difficile de prononcer des mots qui ressemblent aux mots de notre langue quand on les écrit mais qui sont très différents quand on les prononce.

En anglais, quand vous avez -ism à la fin d’un mot, vous prononcez /izǝm/. En français, quand on a -isme à la fin d’un mot, on prononce /ism/. Pas tout à fait la même chose !

Cependant, il est assez commun d’entendre /izm/ pour -isme, tout simplement parce que le /s/ est placé entre /i/ et /m/, deux sons sonores, c’est-à-dire deux sons pour lesquels les cordes vocales vibrent (toutes les voyelles sont sonores, mais pas toutes les consonnes). Le /s/ est une consonne sourde, pour laquelle les cordes vocales ne vibrent pas, mais à cause de sa position entre deux sons sonores, il devient facilement un /z/. Si cela peut vous aider à ne plus prononcer le /ǝ/ de l’anglais, prononcer /z/ au lieu de /s/ ! Beaucoup de francophones le font sans s’en rendre compte.

Personnellement, je prononce /ism/ quand je suis consciente de ma prononciation, mais je suis sure qu’il y a des moments où je prononce /izm/ sans y penser.

Voici quelques mots en -isme, prononcés des deux façons :

  • féminisme
  • tourisme
  • prisme
  • communisme
  • bouddhisme
  • anglicisme
  • rationalisme
  • romantisme
  • alcoolisme
  • cyclisme

Et vous, vous changez votre avis ou vous changez d’avis ?

J’ai une étudiante en particulier qui fait régulièrement cette petite erreur. Elle me dit qu’elle a changé *son avis, car elle copie très probablement l’anglais “I changed my mind“.

Mais elle est loin d’être la seule à le faire. Je l’ai relevé plusieurs fois ces derniers temps chez des étudiantes qui étudient au niveau C1.

Alors je me suis dit que j’allais écrire ce petit post pour vous rappeler qu’en français, on ne change pas son avis, on change juste d’avis. Le possessif n’est pas nécessaire. Il est évident que si vous changez d’avis, vous parlez du vôtre. Si vous parlez de l’avis de quelqu’un d’autre et que cette personne a changé d’avis grâce à ou à cause de vous, vous devez dire que vous l’avez fait changer d’avis.

De même quand vous parlez de quelqu’un d’autre qui a changé d’avis sans que vous n’y soyez pour rien.

  • J’ai changé d’avis. Je n’ai plus envie de sortir ce soir. (pas : mon avis)
  • Elle a changé d’avis parce qu’elle était un peu fatiguée. (pas : son avis)
  • Ils ont changé d’avis. Ils ne veulent plus déménager. (pas : leur avis)

Pratiquer le son /a/ avec un texte farfelu qui parle d’un lama et d’un alpaga

Le son /a/ est parfois problématique pour les anglophones, qui même quand ils parlent très bien français, oublient parfois de bien ouvrir la bouche pour produire le son correct.

Je ne suis pas une grande amatrice de poésie, mais le format d’un poème est assez adéquat pour pratiquer la prononciation. Après trop de temps à en rechercher un qui me plaisait et qui contenait des /a/ sans être trop compliqué, j’ai décidé d’écrire moi-même un texte avec des /a/. Ce n’est pas un chef-d’oeuvre, mais il contient beaucoup de /a/ et si vous avez tendance à oublier de bien ouvrir vos voyelles, vous pouvez l’utiliser pour pratiquer votre /a/ !

Un lama, ça n’a pas de bras et ça adore le chocolat

Ça habite à la montagne et ça s’habille en parka

Un alpaga, ça ressemble à un lama et pas du tout à un rat

Ça attaque les amateurs qui s’aventurent en altitude

Ces animaux sont adorables

Mais prenez garde à leur crachat

Quand on a assez mangé

Si vous êtes à table avec des amis et que l’on vous demande si vous voulez un dessert, par exemple, mais que vous avez suffisamment mangé, que dites-vous ?

Quand j’étais ado, je me souviens d’avoir dit une fois que j’étais pleine, et les adultes à table avec moi ont tellement rigolé que j’avais l’impression qu’ils se moquaient de moi et j’ai trouvé cela très vexant. La conséquence à long terme est que je n’ai jamais oublié pourquoi il valait mieux ne pas dire qu’on était pleine pour exprimer qu’on avait l’estomac plein.

Pleine s’utilise en biologie animale pour décrire l’état d’une femelle enceinte. On ne l’utilise pas pour parler d’une femme, qu’elle soit enceinte ou qu’elle ait mangé à satiété.

Plein se traduit généralement par full en anglais et j’adore pouvoir dire en anglais I’m full quand j’ai bien mangé. D’ailleurs, il m’arrive de dire que je suis pleine, en français, juste parce que ça m’amuse et que plus personne ne se moque de moi.

J’ai entendu des amies étrangères et mes étudiantes le dire très souvent et j’explique à chaque fois pourquoi on ne dit pas ça. De la même façon, les hommes ne peuvent pas dire qu’ils sont pleins pour parler de leur estomac plein. Si on dit d’un homme qu’il est plein, cela veut dire qu’il a trop bu, qu’il est ivre.

Quand on a mangé à satiété (= au point d’être totalement satisfait) et que l’on a l’estomac bien rempli, que l’on soit homme ou femme, on peut dire que l’on est repu / repue, ou rassasié / rassasiée.

Conduire, voyager, marcher

J’avais déjà écrit un court post l’an dernier pour parler du verbe voyager que les étudiants ont tendance à mal utiliser.

On retrouve le même problème avec les verbes conduire et marcher.

En anglais on dit :

  • I drive to work every day.
  • I walk to work every day.
  • I travel to Paris every year.

En français on ne dit pas :

  • *Je conduis au travail tous les jours.
  • *Je marche au travail tous les jours.
  • *Je voyage à Paris tous les ans.

Mais on dit :

  • Je vais au travail en voiture tous les jours.
  • Je vais au travail à pied tous les jours.
  • Je vais à Paris tous les ans.

On utilise les verbes conduire, voyager et marcher sans idée de direction. On peut dire :

  • Je déteste conduire en ville mais j’adore conduire sur l’autoroute.
  • J’adore voyager. J’ai énormément voyagé ces dernières années et je voyagerai tant que ma santé le permettra.
  • J’ai beaucoup marché cette semaine. J’ai mal aux jambes.

Plus… plus…

Très fréquemment, j’entends des phrases telles que *le plus j’écoute la radio, le plus je comprends le français.

Même si l’on comprend ce que ça veut dire, la grammaire n’est pas correcte. Si en anglais, on va dire the more I listen to the radio, the more I understand French, en français on va dire plus j’écoute la radio plus je comprends le français. On ne met pas le devant plus

Voici quelques exemples de phrases avec cette structure : 

  • Plus je fais de sport, plus je suis heureuse.
  • Plus il fait froid, moins je sors.
  • Plus il vieillit, moins il est tolérant.
  • Moins je regarde la télé, plus j’ai de temps pour lire.
  • Plus tu fais d’erreurs, plus tu apprends.
  • Plus je passe de temps à étudier, plus je trouve le français facile.
  • Moins je fume, mieux je me sens.
  • Moins ta maison est grande, moins tu dois faire de ménage.

Connaissez-vous ce proverbe ? : plus on est de fous, plus on rit. On peut l’employer quand par exemple on invite quelqu’un à une soirée et cette personne nous demande si elle peut amener d’autres personnes. Vous pouvez le dire sincèrement, pour dire que plus il y a de personnes, plus la fête sera amusante. Vous pouvez également le dire ironiquement, mais cela dépend de votre véritable sentiment à ce moment-là, et de votre personnalité. 

Dans une façon ou d’une façon ?

Lequel est correct ?

Ce qui est sûr, c’est que j’entends et lis très souvent “*dans une façon amusante“, “*dans une façon rapide“, “*dans une façon négative“, etc. Je pense que c’est dû au fait que les étudiants copient la structure anglaise in a way et la traduisent littéralement : in = dans, a = une, way = façon

Et pourtant, on ne peut pas dire *dans une façon… Il faut dire d’une façon…, d’une manière…

Quelques exemples : 

  • Elle m’a parlé d’une façon un peu sèche ce matin.
  • Il danse d’une manière assez spéciale.
  • Ce texte n’est pas écrit d’une façon claire
  • Ils ont rigolé d’une façon stupide
  • D’une certaine façon, elle a réussi son examen. 
  • Il a menti d’une façon éhontée.

On peut aussi penser à utiliser des adverbes. Ils permettent d’alléger le style. 

  • Elle m’a parlé sèchement. 
  • Ce texte n’est pas écrit clairement.
  • Ils ont rigolé stupidement.
  • Il a menti impudemment. (plus utilisé qu’éhontément)