Congés d’été

J’ai été beaucoup moins active sur ce blog cette année que les précédentes. Ecrire quotidiennement prend du temps (et ne me rapporte pas d’argent) et cette année, j’ai surtout envie de lire (ça ne me rapporte pas d’argent non plus, mais j’apprends beaucoup !)

Je n’ai pas quitté Bangkok cette année. Tous mes projets de voyage sont tombés à l’eau. Toutefois, je m’estime chanceuse de vivre où je vis car on n’a pas été affectés par la pandémie comme beaucoup d’autres pays. On a eu peu de cas, peu de morts, et on a repris une vie plus ou moins normale dès le mois de juin. Si je reste dans mon quartier, je n’ai pas l’impression que le monde est en crise. Par contre, je suis allée en centre-ville un soir récemment, et c’était assez choquant de voir une rue d’ordinaire très animée complètement silencieuse, sans touristes. Beaucoup de bars et restaurants étaient fermés. La rue principale était pratiquement déserte. Il n’y avait que les prostituées du quartier, qui se fondent habituellement dans la masse. C’était étrange.

Je ne sais pas ce que je vais faire de ma semaine de congés. Je ne prévois plus de déplacements à l’avance. Si la plupart des hôtels et des compagnies aériennes m’ont remboursée, j’attends toujours qu’une certaine compagnie aérienne me rembourse les quatre vols qu’elle a annulés. Si vous voyagez en Asie, évitez Air Asia ! Quand tout va bien, ils sont assez efficaces mais en cas de problème, ne comptez pas sur eux pour reconnaitre vos droits en tant que consommateur. Vous n’en avez tout simplement pas à leurs yeux. À l’avenir, je prendrai moins l’avion et je paierai un peu plus cher pour voler avec des compagnies qui respectent les droits de leurs clients. J’ai menacé mon mari de ne plus lui parler s’il réservait un seul vol avec cette compagnie.

Je vais peut-être aller quelques jours au bord de la mer la semaine prochaine. Je prendrai cette décision à la dernière minute. Tout peut changer tellement vite maintenant que je préfère attendre.

Je ne suis pas super sereine ces jours-ci. J’ai postulé pour une place en master auprès d’une université européenne. J’adore mon travail, j’adore enseigner le français et j’adore mes élèves, mais j’ai envie de faire quelque chose qui a plus de sens à mes yeux.

J’ai toujours été en colère contre les injustices. J’ai géré cette colère à ma façon au cours des années. Parfois silencieusement, parfois en faisant beaucoup de bruit, mais j’ai rarement été entendue. On m’a souvent dit que je n’avais pas de quoi me plaindre, que j’exagérais. Je suis née dans un pays riche, dans une famille qui n’était pas dans le besoin. Je n’ai pas compté le nombre de fois où mes parents m’ont dit “De quoi tu te plains ? T’as tout pour être heureuse !” Ils n’ont jamais compris ma colère, ma révolte. Ils n’ont jamais voulu la comprendre. Si bien que j’ai quitté le nid familial très jeune et que j’ai coupé les ponts avec ma famille il y a très longtemps. Aux yeux de beaucoup, ma révolte signifiait que j’étais une personne difficile. Comme toutes les femmes qui refusent les standards que veut leur imposer la société, n’est-ce pas ?

J’ai toujours su que j’étais une fille, puis une femme, et j’ai toujours détesté comment on me traitait à cause de ma condition féminine. Je l’ai déjà dit sur ce blog à maintes reprises. Mais pour rien au monde je ne voudrais être un homme. Ce n’est que quand le mouvement Me Too a commencé que je suis devenue consciemment féministe. Car pour la première fois, je voyais une lueur d’espoir. Et depuis, je veux être activement féministe. Je veux vivre une vie féministe. Je suis en train de lire Living a Feminist Life de Sara Ahmed. Je prends mon temps pour le lire car je le savoure. Je me reconnais tellement dans ce qu’elle écrit et j’admire son écriture.

À travers mon féminisme conscient et mes lectures de ces dernières années, j’ai aussi pris conscience du fait que malgré ma colère contre le système patriarcal, j’avais bénéficié de ce système en tant que personne blanche, hétéro, avec un corps dans la norme. J’étais tellement focalisée sur mes propres problèmes que je n’avais pas prêté beaucoup attention aux problèmes de ceux qui subissaient le système encore plus que moi. Et je ne sais pas encore exactement comment je vais pouvoir m’impliquer et être plus active contre les injustices de ce monde, mais je ne veux plus seulement m’indigner et pleurer de rage. Je veux agir. Je veux défendre et me battre pour les personnes opprimées, je veux être sur le terrain et faire quelque chose qui a le potentiel d’améliorer les vies des laissé.e.s-pour-compte.

Alors c’est dans cet esprit que je prends mes congés. J’espère avoir une réponse de l’université bientôt et s’ils ne m’offrent pas une place pour ce master, il faudra que je trouve un autre moyen de me créer un réseau et de m’engager.

Je vais continuer à enseigner en ligne quelques années encore et je vais essayer de continuer à publier des posts sur la langue française, sur ce blog et sur Instagram, mais j’ai encore beaucoup de choses à apprendre et à analyser en matière d’injustices, et j’ai l’intention de lire énormément en attendant de réaliser mon objectif à long terme, qui est de m’engager à plein temps pour une cause qui me tient vraiment à cœur. Très probablement celle des femmes.

Une semaine dans ma bulle

Cette semaine, je n’ai pas travaillé. Je n’ai ouvert aucun livre de français, ni fait quoi que ce soit qui avait à voir avec le travail.

J’étais supposée prendre l’avion pour Taïwan dans la nuit du 3 au 4 avril. Puis me rendre au Japon le 8 avril. Où je devais rester jusqu’au 3 mai.

J’ai passé tellement d’heures à préparer ce voyage, à choisir méticuleusement mes hôtels pour pouvoir travailler confortablement, tout en essayant de visiter de nouveaux endroits du pays, que quand il est devenu évident qu’il allait falloir y renoncer, je ne l’ai pas très bien pris. J’étais vraiment déçue, c’est le moins qu’on puisse dire.

Puis je me suis rendu compte que mon cas était loin d’être le pire et qu’en comparaison avec la plupart des gens touchés par ce virus d’une façon ou d’une autre, j’avais en fait beaucoup de chance. Je crois qu’à part les gens très riches qui ont une grande maison et un jardin, il n’y a personne que j’envie en ce moment. Et encore, avoir une grande maison et un jardin, ça veut dire qu’il faut les entretenir et c’est du travail que je suis contente de ne pas avoir à effectuer !

J’avais prévu de ne pas travailler cette semaine et j’avais véritablement besoin d’une pause, alors j’ai dû concocter un plan. On a le droit de sortir de chez nous à Bangkok, mais je préfère éviter. Je déteste porter un masque et si je sors sans, on risque de me jeter des regards noirs que je n’ai pas envie d’affronter.

Qu’allais-je donc bien pouvoir faire pour me changer les idées et me ressourcer ?

Déjà, j’ai décidé d’éteindre mon téléphone, cet appareil diabolique qui passe son temps à m’interrompre et à me bombarder d’informations toutes plus déprimantes les unes que les autres. Il est toujours en mode silencieux et je pourrais donc l’ignorer, mais hé, je ne suis qu’une faible personne qui se laisse facilement tenter en pensant, allez, je lis juste 5 minutes. Qu’est-ce que 5 minutes ? C’est rien ! Mais à la fin de la journée, qui sait combien de temps j’ai passé sur cette fichue machine… Et depuis le début de la pandémie, il n’est plus question que de ça, tous les articles sont terriblement anxiogènes et j’en ai consommé jusqu’à l’overdose.

Cela a été vraiment reposant de ne pas lire les informations pendant toute la semaine, de ne pas faire défiler Instagram à n’en plus finir, et de ne pas recevoir de messages et donc de ne pas avoir à y répondre. J’ai passé la semaine toute seule et j’ai fait des choses rien que pour moi.

Je ne me suis pas séparée de mon mari, mais pour le bien de notre couple, nous avons décidé de vivre séparément quelque temps car à deux dans notre petit appartement 24 heures sur 24, cela aurait pu très mal finir. Il doit travailler en ligne, comme beaucoup de monde à l’heure actuelle, et il doit aussi parler plusieurs heures par jour à travers Skype ou Zoom. On a fait l’expérience pendant deux semaines fin février, début mars, et c’était intenable. J’avais l’impression que mon territoire était envahi, il était là, tout le temps, il faisait du bruit, il vivait au milieu du salon, quand il se faisait à manger, il faisait encore plus de bruit et moi, je pétais les plombs. On a la chance de vivre dans une ville où les loyers ne sont pas rédhibitoires et d’avoir les moyens de payer deux loyers temporairement (voire plus longtemps, mais c’est un autre sujet 🙂 )

J’étais donc seule cette semaine et j’avais demandé auparavant à ma prof de japonais si l’on pourrait faire un cours chaque jour, ce qu’elle avait accepté, et comme je ne pouvais pas être au Japon, j’ai décidé de me créer une petite bulle intérieure japonaise. J’ai étudié tous les matins avec mes flashcards, et j’ai révisé un paquet de points de grammaire en reprenant mes cours depuis le début. Cela a été incroyablement efficace pour consolider beaucoup de concepts. J’ai rarement le temps d’en faire autant, alors que si je l’avais, mon niveau de japonais ne serait probablement pas aussi ridicule au bout de 3 ans. Je me suis rendu compte que j’avais oublié beaucoup de choses, mais aussi que tout avait beaucoup plus de sens à présent. J’ai retrouvé ma prof tous les jours à la même heure et j’ai regardé des séries japonaises tous les soirs.

Mais je n’ai pas fait que du japonais !

J’avais aussi décidé de jeûner cette semaine. Je n’ai pas mangé pendant toute une journée. Quand on ne fait que lire sur le canapé, on n’a pas vraiment besoin d’énergie en fait ! Je pensais continuer plusieurs jours, mais le lendemain, après une quarantaine d’heures sans rien avaler d’autre que de l’eau, je voulais faire un peu de musculation, mais je me suis sentie un peu faible et aussi, j’avais cet horrible gout dans la bouche qui m’a poussée à changer de plan et à faire un petit repas. Et j’ai tenu ce rythme toute la semaine. Je ne peux plus courir car la salle de sport est fermée, alors je ne me dépense pas énormément. Je n’ai donc pas besoin d’ingérer beaucoup de calories. Cependant, je me suis constitué une petite salle de sport dans mon salon, avec des poids, un step qui me sert aussi de banc de musculation, et je fais donc des exercices de musculation. Alors, je mange un petit repas par jour. J’ingère moins que je ne dépense et ça me fait beaucoup de bien. J’en avais marre de trop manger tout le temps. Et c’est fou le temps que l’on gagne quand on ne cuisine pas et ne mange pas !

J’ai aussi lu sept livres cette semaine et j’en ai entamé deux autres. En français et en anglais. Je partagerai bientôt mes lectures en français sur ce blog. Les livres étaient tous assez courts et faciles à lire. Le plus long était The Testaments de Margaret Atwood, que j’ai écouté en livre audio en deux sessions car, une fois que j’ai repris, je ne pouvais plus m’arrêter. C’est en anglais, mais je le recommande vivement quand même ! (je suis sure qu’il a été traduit en français, mais je préfère toujours lire en langue originale si possible) J’avais adoré The Handmaid’s Tale il y a quelques années et j’ai adoré retrouver cette atmosphère dystopique totalement flippante. Mon mari l’écoute en ce moment et en discutant avec lui, j’ai compris que j’étais passé à côté de quelques références religieuses, car je ne connais pas la Bible, mais cela n’a pas entravé mon plaisir et ma fascination.

Cela a été une semaine très agréable. Je me suis reposée, je n’ai fait que des choses qui me faisaient plaisir, et j’ai vraiment apprécié d’avoir ce temps pour moi et de prendre le temps de faire les choses, sans me presser, sans stresser. Et j’ai décidé qu’à partir de maintenant, j’allais avoir une relation moins fusionnelle avec mon téléphone et que j’allais accorder plus d’importance à mon temps et à ce qui compte vraiment pour moi. Je ne vais plus lire les actualités comme si ma vie en dépendait. Mon téléphone restera éteint pendant la journée et je lirai mes messages une fois le matin et une fois le soir, et j’y répondrai en bloc à une heure consacrée à cette activité, et si je n’ai pas le temps de terminer, et bien, ça attendra. Je vais prendre mieux soin de moi, consacrer du temps chaque jour à des activités qui me procurent du plaisir, comme l’étude du japonais, le sport et la lecture, je vais également m’autoriser des moments pour ne rien faire de productif. Je vais prendre du temps pour appeler mes amis de temps en temps et je vais arrêter d’être disponible pour tout le monde tout le temps ! Je sais que personne ne me l’a demandé, mais c’est moi qui me mets la pression toute seule d’être toujours disponible et d’aider les autres (mari, amis, élèves…) quand ils me le demandent et en fait, ça me pèse. Et je me demande comment font les femmes qui ont des enfants (en particulier celles qui ont aussi un emploi hors de la maison) pour ne pas devenir folles. Quand trouvent-elles le temps de faire des choses pour elles-mêmes sans être constamment interrompues ?

Je sais que certaines personnes sont adeptes du multitâche et je l’ai longtemps été moi-même, mais je ne supporte plus ça ! J’ai l’impression que dès que je dois partager mon attention, je fais n’importe quoi. Alors que quand je peux me concentrer sur une tâche à la fois, je suis plus efficace et beaucoup plus satisfaite du résultat.

Cette semaine m’a donné envie de ralentir et je compte bien m’écouter cette fois !

Livre : Ta Deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une

J’ai tendance à lire des livres qui traitent des droits des femmes, de charge mentale, de racisme, de sexisme, de toutes sortes de discriminations, et aussi de linguistique. Ce sont parfois des livres faciles à lire mais les thèmes restent sérieux et parfois très lourds.

J’ai récemment téléchargé plusieurs livres que j’ai très envie de lire : un sur les viols en tant qu’arme de guerre, un sur la grossophobie, un sur le sexisme des villes, plusieurs autres sur le genre, la virilité, le sexisme, etc.

Toutefois, j’avais besoin de faire une pause dans mes lectures sérieuses. Alors j’ai demandé à une amie si elle pouvait me recommander un livre facile et léger et elle m’a recommandé celui ci.

C’est un roman, certes, mais c’est aussi un livre de développement personnel. Rien d’imprévisible, mais cela n’empêche pas que le temps de la lecture, on s’évade complètement, et même si l’on sait déjà plus ou moins tout ce qui est conseillé par le routinologue (vous ne savez pas ce que c’est ? je ne le savais pas non plus avant de lire ce livre 😉), ou du moins que l’on a déjà entendu parler de ces techniques, cela ne fait pas de mal de faire une petite piqûre de rappel, surtout en ce moment.

Si vous vous sentez coincé·e dans votre vie, ce petit livre pourrait vous faire du bien. En outre, il contient beaucoup de vocabulaire et d’expressions intéressantes. Bonne lecture !

Les étudiants préfèrent lire sur papier

J’ai sélectionné cet article tout d’abord parce que le sujet m’intéressait et ensuite parce qu’il contient de nombreux éléments dont j’avais envie de parler aujourd’hui.

Pouvez-vous penser à point de grammaire qui pose problème aux étudiant·e·s quel que soit leur niveau et qui frustre tou·te·s les étudiant·e·s avancé·e·s ? Les prépositions !

Dans cet article, observez les verbes suivis de prépositions (en rose) et les prépositions associées à des noms (en jaune). J’ai aussi surligné les connecteurs en bleu. Disposant de peu de temps, je vais seulement développer un peu les verbes à la suite de l’article. Pour le reste, si les prépositions vous font vous arracher les cheveux, prenez le temps d’analyser pour vous-même !

  • continuer à faire qqch : est-ce la seule construction possible ? Non, évidemment. Vous avez peut-être déjà entendu ou lu continuer de faire qqch, qui est également correct (vous en avez d’ailleurs un exemple à la fin du texte). On peut aussi continuer qqch. Continuer ses études, sa route, un voyage, etc.
  • assister à qqch : être présent physiquement. On peut aussi assister qqn, c’est à dire l’aider.
  • recommandées par : qqch peut vous être recommandé par qqn. Ou vous pouvez recommander qqch/qqn à qnn. Qui dans ce cas aura été recommandé par vous.
  • il reste à savoir : structure impersonnelle, expression parfois utilisée sans le pronom sujet, qui signifie la question est, on a encore besoin de savoir…
  • plongée dans : quand on est vraiment à l’intérieur de qqch, pris par qqch, on peut dire qu’on est plongé dans…
  • faire partie de qqch : locution verbale très employée. Faites-vous partie d’un groupe ?
  • donner la priorité à qqch : on peut aussi donner la priorité à qqn. À quoi donnez-vous la priorité dans votre vie ? J’espère que vous donnez la priorité à votre santé !
  • il s’agit de : cette construction verbale impersonnelle est parfois mal employée par les étudiant·e·s car ils et elles oublient que le seul sujet possible de ce verbe, c’est “il” impersonnel. Dans le texte, on pourrait le remplacer par “lorsqu’il est question de lire des textes”. D’autres exemples avec ce verbe ? Vous n’avez pas très bien compris l’exercice. Il s’agissait de relier les synonymes, pas les contraires ! / De quoi s’agit-il ? Il ne s’agit de rien qui vous regarde ! / Quand il s’agit de boire, il est toujours partant !
  • être enclin·e à faire qqch : être disposé, prédisposé à faire qqch. On peut aussi être enclin à qqch. Il est enclin à la paresse = il a un penchant pour la paresse.
  • être face à qqch : on est en face de qqch mais face à qqch.
  • l’emporter par : ici, par introduit la cause. L’emporter = gagner, avoir le dessus. L’équipe du Chili l’a emporté sur l’Argentine par 10 points.
  • se focaliser sur : même sens et structure que se concentrer sur
  • être contenu dans : qqch est contenu dans autre chose
  • apprendre à faire qqch : on peut apprendre qqch, apprendre qqch à qqn, qpprendre qqch de qqn, apprendre à faire qqch (mais pas apprendre de faire qqch !)
  • être rompu à qqch : langage soutenu – si vous êtes rompu·e à qqch, c’est que vous êtes très expérimenté·e en qqch. Vous pouvez rechercher le verbe rompre ou le participe passé adjectif rompu, vous trouverez plusieurs sens
  • amener qqn à faire qqch : conduire, entrainer, pousser qqn à faire qqch
  • recommander de faire qqch : ah, revoilà le verbe recommander que l’on avait déjà croisé dans le premier paragraphe. Avec une structure différente. 😲

Maintenant, faites vos propres phrases avec ces verbes !