DALF C1 : planifier l'essai argumentatif

Il est important d’apprendre à gérer son temps pour l’épreuve de PE car même si vous disposez de 2 heures et 30 minutes et que cela vous parait long avant de commencer, elles vont en fait passer très vite car il faut que vous produisiez deux textes après avoir lu et analysé des articles pour faire la synthèse.

Il est essentiel d’avoir un plan avant de se mettre à écrire car il faut que vos textes soient structurés et cohérents. Une façon efficace de planifier est de faire une carte mentale.

Prenons par exemple un sujet assez bateau sur le thème de l’environnement, que j’ai croisé plusieurs fois dans les livres de préparation du DALF au cours des dernières années : Vous êtes insatisfait·e de la politique environnementale menée par le maire de votre ville et vous lui écrivez pour lui faire part de votre mécontentement et lui faire des propositions.

Vous savez que vous voulez une introduction, un développement en trois parties avec des sous-parties et des exemples, et une conclusion. Une carte mentale vous permet de commencer à écrire très rapidement une fois que vous avez trouvé vos idées. Il ne vous reste plus qu’à ajouter des connecteurs logiques et à articuler vos idées de façon cohérente tout en utilisant des structures variées et en peaufinant votre grammaire.

Essayez d’écrire la lettre formelle en suivant ce plan et voyez combien de temps cela vous prend !

Pour revoir la présentation d’une lettre formelle, vous pouvez lire ce post, dans lequel vous trouverez également des liens vers des posts sur les formules de politesse.

Présentation d’une lettre formelle

Si vous vivez en France, vous avez surement vite appris que la communication se faisait encore beaucoup par courrier, probablement à votre grand désespoir. Je sais que moi, ça me désespère et même si j’aurais besoin d’effectuer certaines démarches (faire renouveler mon permis de conduire que je me suis fait voler en 2007, par exemple), je ne le fais pas car c’est déjà bien agaçant quand on est sur place, mais cela devient un vrai cauchemar quand on vit à l’étranger et je n’ai pas les nerfs pour gérer le stress administratif. J’avais dû m’inscrire à mon master à distance par la poste. J’ai des étudiantes qui vivent en France et hallucinent de devoir communiquer par courrier avec l’administration ou de devoir postuler à des emplois par courrier. Pourtant, Internet existe en France ! Mais c’est à croire que l’on préfère faire compliqué quand on pourrait faire beaucoup plus simple. Pour moi, ça résume assez bien la France. Curieusement, les services administratifs français à l’étranger sont beaucoup mieux organisés et la communication par mail est très efficace, avec des fonctionnaires en général très sympas.

Si vous ne vivez pas en France mais allez passer le DELF ou le DALF, il est possible que vous ayez à écrire une lettre formelle pour l’épreuve de PE. Il est donc important que vous sachiez comment présenter une telle lettre.

Voici donc un exemple :

  • N’utilisez pas votre vrai nom (vous devez être anonyme pour que le correcteur ou la correctrice ne soit pas influencé·e, au cas ou il/elle vous connaitrait ou reconnaitrait car il/elle vous aurait fait passer l’oral.)
  • Ayez un nom de DELF/DALF tout prêt, ainsi qu’une adresse, comme ça, pas besoin d’y réfléchir le jour de l’examen. Utilisez toujours les mêmes quand vous pratiquez.
  • Employez des formules de salutations et de congé adaptées.
  • Signez.
  • Lisez attentivement la question pour y répondre précisément. Si l’on vous demande d’exprimer votre mécontentement, vous pouvez toujours écrire : je me permets de vous écrire pour vous faire part de mon mécontentement en ce qui concerne le projet xxx / par rapport à xxx.
  • Ayez une liste de structures utiles prêtes à l’emploi (que vous aurez élaborée lors de votre préparation).
  • Articulez votre lettre avec des connecteurs logiques.
  • Suivez le même schéma que pour l’essai. Même si vous avez l’impression que ce n’est pas un essai (en effet, c’est une lettre, mais vous devez l’écrire pour la partie essai argumentatif et par conséquent, vous êtes un peu dérouté·e 😕 ), il faut structurer la lettre comme vous structureriez un essai : en 3 parties, avec 3 arguments, des exemples et des connecteurs logiques !
  • Respirez, tout va bien se passer !

Les épreuves écrites du DALF C2

Comme pour les épreuves orales, les épreuves écrites sont réunies en une seule épreuve, qui dure 3 heures et 30 minutes. 😲 Si vous n’êtes pas découragé par ce petit détail , continuez donc à lire !

Là encore, vous avez le choix entre Lettres et Sciences Humaines (exemple de sujet ici ) et Sciences (exemple de sujet ici). Quel que soit le domaine que vous choisissez, deux sujets vous seront proposés et vous pourrez choisir celui que vous préférez.

La bonne nouvelle, c’est que vous n’avez pas de synthèse à écrire ! Comme la plupart des candidats au C1 ont l’air de détester la synthèse, je pense vraiment que c’est une bonne nouvelle, non ?

Pour le C2, vous devez écrire un seul texte, de 700 mots minimum. Ce texte sera un essai argumentatif que vous devrez construire à partir d’un dossier de documents divers (textes, graphiques, images). Cet essai pourra prendre la forme d’une lettre formelle, d’un article ou autre.

Dans la consigne, il vous sera indiqué quel rôle à tenir. Dans les exemples proposés sur le site du CIEP, vous êtes soit un parent d’élève qui doit rédiger un article pour le bulletin de l’association dont vous faites partie, soit un étudiant qui doit rédiger un article pour une publication de votre université, dans les sujets de LSH, et vous êtes soit étudiant en sciences technologiques qui doit envoyer une contribution à une revue scientifique, soit ancien employé d’une société qui doit envoyer un article à un magazine scientifique, dans les sujets de Sciences. Dans les 4 sujets, on vous demande d’adopter un style approprié et un ton convaincant.

Vous devez absolument utiliser les documents du dossier pour construire votre argumentation et vous devez également ajouter des arguments personnels.

Si vous décidez de passer le C2, j’aime à penser que vous avez le niveau. Donc, en 3h30, il suffit de bien vous organiser. Vous pouvez passer la première heure, voire 90 minutes, à analyser les documents, relever les idées essentielles, les mots-clés, etc et à faire un plan détaillé qui répondra au sujet – dans lequel vous aurez inclus des idées personnelles. Il vous reste ensuite 2h / 2h30 pour rédiger votre texte et vous relire. Il faut que votre écrit soit clair, précis, bien articulé et montre un degré elevé de maîtrise de la langue française et de ses nuances.

Tout à fait faisable ! 😁

Les fautes d’orthographe

Vous trouvez l’orthographe française difficile ? Vous n’êtes pas seul !

Beaucoup de Français ont des lacunes considérables en orthographe. C’est quelque chose que j’observe depuis longtemps et encore plus depuis que je passe une grande partie de mon temps en ligne et que je me suis mise un peu aux réseaux sociaux. Je vois des fautes partout sur Internet. Régulièrement dans des articles de journaux “sérieux”. Quand c’est une seule faute, je me dis que cela peut être une faute de frappe, ça arrive à tout le monde, et quand on a les yeux rivés sur l’écran toute la journée, ce n’est pas toujours évident de garder sa concentration. Mais souvent, j’en repère beaucoup plus. Et je me dis qu’on se relit avant de publier dans un journal qui a une certaine réputation, non ? On se fait relire par un collègue peut-être ? Je ne sais pas comment ça marche, et je suppose qu’avec le besoin de publier sans arrêt dans ce monde qui ne dort jamais, la relecture n’est pas une priorité. Mais personnellement, je juge sévèrement les journalistes qui font des fautes d’orthographe et je perçois le journal comme pas si sérieux que ça s’il autorise la publication d’articles avec des fautes. Parce que ça ne fait pas sérieux. Ça fait négligé, bâclé et donne l’impression que la personne qui a écrit manque de respect pour ses lecteurs. Je prends note des noms des journalistes récidivistes, et je ne lis plus leurs articles. Je suis moins sévère avec les Français dont l’écriture n’est pas un outil de travail, mais je reste quand même choquée par le niveau d’orthographe et le niveau d’expression de beaucoup de Français. Il m’est arrivé de lire des commentaires sur Facebook et YouTube et de ne rien comprendre à ce que je lisais car l’orthographe était tellement mauvaise que ça n’avait absolument aucun sens. Même en lisant à voix haute, la phonétique n’aide pas toujours car il semblerait que les règles ne soient pas toujours connues.

Cette semaine en France, il est ressorti d’un sondage que les fautes d’orthographe étaient un critère de sélection à l’embauche et pouvaient même conduire au licenciement d’un employé. Les employeurs ne veulent pas d’employés qui risquent de donner une mauvaise image de leur entreprise. Si le sujet vous intéresse, vous pouvez trouver plusieurs articles en ligne. Entre autres, ici, ici, et ici.

J’ai une amie en France qui me racontait récemment qu’ils avaient embauché une nouvelle employée à son travail. Une jeune diplômée, fraîchement sortie de l’université avec un master en communication. Elle est, entre autres, chargée du site web de l’entreprise. Apparemment, elle fait des fautes d’orthographe plus grosses qu’elle (ne comprend pas la différence entre ce et se ou ça et sa, par exemple), ce que son employeur a vite remarqué. La solution proposée : ses collègues vérifient tout ce qu’elle écrit avant que ce ne soit publié en ligne. Je pense que si je faisais partie de cette équipe, cette situation ne tiendrait pas longtemps. D’ailleurs, je me demande combien de temps cela sera tenable pour tous les partis concernés.

C’est en partie pour ça que je suis exigeante avec mes étudiants qui souhaitent passer le DALF dans le but de pouvoir étudier à l’université en France. Il est vrai que postuler à un emploi et candidater pour une place à l’université sont deux choses différentes. Pour un employeur, vous devez être rentable. Les universités, elles, ont besoin d’étudiants et que vous réussissiez ou non votre année, vous paierez le même prix. Je n’ai pas fait de recherches sur le sujet, mais ça me paraît logique dans le monde dans lequel on vit, non ?

Mais je suis exigeante avec mes étudiantes car je sais que si elles ne maîtrisent pas les codes de l’écrit en français et qu’elles conjuguent mal leurs verbes, accordent mal leurs adjectifs et utilisent peu d’autres verbes qu’être, avoir et faire, elles risquent de souffrir à l’université. Réussir le C1 est une chose. Réussir un master en est une autre. Avec une bonne préparation, quand la méthodologie est bien comprise, c’est possible, même en faisant encore beaucoup de fautes, de réussir le DALF C1. Tous les étudiants que j’ai préparés à cet examen l’ont réussi, et pourtant, il y en a quelques-uns qui, à mon avis, n’avaient pas le niveau requis et à qui j’ai recommandé de vraiment se mettre à niveau avant de commencer l’année universitaire. Parce qu’un master, ça n’a pas grand-chose à voir avec le DALF. Vous aurez plusieurs profs, avec des niveaux d’exigence différents. Des profs français très probablement. Vous serez évalué à l’écrit dans plusieurs modules. Et si votre expression et votre orthographe ne sont pas au point, vous aurez des problèmes. C’est inévitable. Et si vous voulez travailler pour une entreprise française ensuite et occuper un poste pour lequel le français sera votre langue de communication, il sera dans votre intérêt de bien maîtriser l’orthographe et la grammaire françaises !

J’ai tendance à être beaucoup plus tolérante avec les personnes dont la langue maternelle n’est pas le français, et j’aurais tendance à penser que la plupart des Français le sont aussi, mais dans le monde du travail, je ne suis pas sûre que ça vaille.

La lettre formelle : les formules de congé

Comme pour les formules de salutations, les formules de congé que l’on retrouve à la fin des lettres formelles françaises diffèrent de celles qu’on utilise en anglais et si vous voulez faire bonne impression, il est important de savoir conclure une lettre. 

Dans un courriel, vous pouvez utiliser Cordialement, suivi de votre signature. Mais dans une lettre formelle, on attend plus que ça ! 

Il y a tout une liste de formules de congé que l’on peut écrire, mais je dis souvent à mes étudiants d’en mémoriser une ou deux et de les utiliser dans chaque lettre qu’ils écrivent pour que cela devienne un automatisme. Je suis moi-même moyennement à l’aise avec ces formules très françaises que je trouve un peu pompeuses, mais si je dois communiquer de façon officielle avec une administration française, par exemple, je les utilise sans me poser de questions. 

Il est évidemment important d’adapter la formule à la situation. On ne conclura pas exactement de la même façon une lettre de motivation, une lettre de réclamation ou une lettre adressée au Maire. 

Pour une lettre de motivation, vous pouvez écrire : Dans l’attente d’une réponse que j’espère positive, je vous prie de recevoir mes sincères / meilleures salutations. 

Pour un courrier administratif :

  • Je vous prie de recevoir, Madame, Monsieur, mes salutations respectueuses.
  • Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués. 

Pour une lettre plus solennelle :

  • Dans l’attente de vous lire, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à ma très haute considération.
  • Veuillez croire, Madame la Maire, à l’assurance de ma considération distinguée.

Toutes ces formules ne sont que des exemples. Il en existe beaucoup d’autres et si vous avez déjà vos habitudes et que vous êtes sûr de vous, ne changez rien ! Il m’est souvent arrivé de lire des formules un peu étranges (confusion entre expression et assurance, par exemple) mais à vrai dire, je ne suis pas certaine que ce soit un véritable problème car j’aurais tendance à penser que peu de gens s’en apercevraient. 

La lettre formelle : les formules de salutations

Quand vous écrivez une lettre en anglais, il est tout à fait normal de commencer par “Dear …“, que vous connaissiez ou non la personne. Alors logiquement, on veut le traduire directement en français et utiliser “Cher…” ou “Chère…“. 

Toutefois, en France, nous n’utilisons pas cette formule quand on adresse une lettre à un ou une inconnu(e). D’ailleurs, j’ai longtemps trouvé difficile d’écrire “Dear…” en écrivant en anglais à quelqu’un que je ne connaissais pas, et même si je le fais sans me poser de questions à présent, j’avoue que je trouve toujours cela un peu bizarre. J’ai l’impression de ne pas être sincère.  Je ne connais pas cette personne, elle ne m’est pas chère ! Mais ce sont les codes en anglais, alors je le fais quand même.

Quand vous ne connaissez pas du tout la personne à qui vous vous adressez, vous écrivez tout simplement Madame, Monsieur, pour commencer votre lettre. Mais si vous savez que c’est une femme, vous écrivez Madame, et si vous savez que c’est un homme, vous écrivez Monsieur,

Si vous écrivez à une personne avec un titre, vous écrivez Madame la Directrice, Monsieur le Maire, etc.

Si vous connaissez le prénom de la personne, n’écrivez jamais Madame Sophie ou Monsieur Pierre ! Et gardez cher et chère pour vos amis et votre famille !