Criminal – France

Mini-série de trois épisodes, elle se passe dans le huis clos d’une salle d’interrogatoire. Dans chaque épisode, une nouvelle personne est accusée. Dans le premier, une jeune femme disant avoir été au Bataclan lors des attentats du 13 novembre est accusée de mentir. Dans le second, une femme chef d’entreprise est accusée d’avoir tenté de tuer un ouvrier rebelle. Et dans le troisième, un homme est accusé d’un crime haineux à caractère homophobe.

J’ai bien aimé la série, mais je ne l’ai pas adorée. Les trois acteurs qui jouent le rôle des accusés sont des acteurs connus et je les ai trouvés plutôt très bons, mais j’ai trouvé certains personnages de la police un peu agaçants. J’ai souvent l’impression que les acteurs français surjouent et que les dialogues manquent de naturel. Ou c’est peut-être que je n’ai aucune idée de comment se passent les choses dans un tel milieu…

Mais si vous aimez bien les histoires de flic et de justice, cette série se regarde bien et les sous-titres français sont bien faits. Il y a peu de différences avec ce que disent les acteurs.

Marianne

Avec Halloween qui approche, si vous aimez vous faire peur, je vous recommande vivement de regarder Marianne, série française sur Netflix.

Je ne savais pas à quoi m’attendre, et j’ai été agréablement surprise. J’ai regardé toute la série toute seule car mon mari n’aime pas trop les films d’horreur donc je ne lui ai pas proposé de regardé une série du même genre, mais j’ai bien flippé toute seule dans le canapé. J’ai crié plusieurs fois, je me suis caché les yeux à plusieurs reprises et j’ai même pleuré un peu, surtout aux derniers épisodes. Ça faisait longtemps que je n’avais pas regardé quelque chose qui m’avait fait peur à ce point-là.

On a une jeune écrivaine de livres d’horreur, Emma, célèbre et alcoolique, assez antipathique au début, un village loin de tout et plutôt glauque, une sorcière, de la magie, des morts, du sang, etc. J’ai beaucoup aimé l’épisode où l’on comprend enfin la connexion entre le passé et le présent et pourquoi Emma a quitté le village si jeune.

Maintenant, je ne pense qu’à une chose : me faire couper les cheveux comme l’actrice principale ! J’étais coiffée un peu comme ça plus jeune et c’était pratique. Mais là, j’ai juste peur de montrer sa photo à une coiffeuse, qu’elle me dise qu’elle peut le faire et que le résultat ne ressemble pas du tout à ce que je veux. Mais si j’obtiens quelque chose d’aussi horrible que l’an dernier à Halloween (mèches tellement ratées que j’en ai pleuré toute la journée), je pourrai peut-être penser à me présenter au casting de la prochaine série d’horreur de Netflix…

Plan cœur, saison 2

L’année dernière, j’ai regardé la première saison de Plan cœur et je ne l’avais pas trouvée extraordinaire, mais regardable et assez divertissante. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait une deuxième saison, mais en allumant Netflix le weekend dernier, j’ai découvert que si, ils avaient osé !

Il n’y a que six épisodes, dans lesquels on retrouve les mêmes personnages. Le scénario est peu crédible, ou c’est moi qui vieillis et qui n’arrive plus à croire à certaines situations. Les dialogues laissent à désirer, et de mon point de vue manquent complètement de naturel et de crédibilité, mais peut-être qu’il y a vraiment des gens comme ça et que c’est trop loin de moi pour que j’y croie. Les jeunes trentenaires d’aujourd’hui sont-ils si immatures que ça ?

Mais j’aime bien l’actrice principale et j’ai regardé tous les épisodes, plus ou moins attentivement. Avec les sous-titres en français pour en vérifier la qualité, et ils sont meilleurs que pour la première saison (si mes souvenirs sont bons, ceux de la première saison ne correspondaient pas toujours à ce que l’on entendait.) Le langage reste familier, et vous pourrez sans aucun doute enrichir votre argot. J’ai réussi à avoir les larmes aux yeux, voire à pleurer devant chaque épisode, malgré le fait que c’était plutôt médiocre, mais je pleure très facilement et comme j’avais une infection à l’œil, c’était super pour l’hydrater.

Si je ne vous ai pas convaincu·e, peut-être que le Top 11 des raisons de regarder Plan Cœur, sur Topito, y parviendra. 😉

En immersion

C’est le titre d’une série française de seulement trois épisodes. On retrouve le même acteur principal que dans Unité 42, dont j’ai parlé la semaine dernière. Mais cette série est beaucoup plus sombre. Tellement sombre que j’ai hésité à la finir. Je l’ai commencée sur ma tablette pendant que je me préparais à diner et j’ai continué à la regarder pendant que je dinais, et je dirais que ce n’est pas une série à regarder en mangeant. C’est violent et assez déprimant.

C’est aussi en noir et blanc, et je suppose que cela ajoute à l’atmosphère déjà bien glauque. C’est une série qui parle de mort, de drogue, d’adolescence difficile, de corruption, de policiers violents, d’immigration et de traffic d’êtres humains et si ces thèmes ne vous rebutent pas, vous avez trois heures de français pour pratiquer votre compréhension orale et enrichir votre vocabulaire. Elle est sur Netflix, intitulée Deep en anglais.

Unité 42

J’ai trouvé cette série par hasard sur Netflix le mois dernier en cherchant s’ils avaient ajouté du contenu en français. C’est une série policière belge dont l’action prend place à Bruxelles.

L’unité 42 est celle en charge de la cybercriminalité et chaque enquête fait l’objet d’un seul épisode. Je ne sais pas à quel point c’est crédible en termes d’informatique, car je ne m’y connais pas très bien dans ce domaine, mais ils donnent l’impression que c’est très facile de pirater des données et d’avoir accès à n’importe quel dossier sur n’importe quelle personne à tout moment. Tout va très vite, alors je n’ai pas eu le temps de me poser trop de questions et j’ai trouvé que c’était regardable ! Les personnages sont sympathiques, les enquêtes sont variées, et c’est une ressource de plus pour travailler votre français ! Et découvrir l’accent belge si vous ne le connaissez pas ! Ce n’est pas Black Mirror, mais ça m’a quand même fait réfléchir un peu à l’impact d’Internet sur nos vies.

Voici la bande-annonce :

Zone blanche

Ça faisait un petit moment que je n’avais pas regardé de série française et récemment, en recherchant sur Netflix, je suis tombée sur une série dont je n’avais jamais entendu parler : Zone Blanche. C’est en fait une série franco-belge.

L’histoire se passe dans une petite ville française éloignée de tout. C’est même plutôt un village, avec une immense forêt. Le genre d’endroit où même si l’on me payait, je refuserai de vivre. Pas de magasins, pas de restaurants à part un bistrot pas très accueillant, et beaucoup de meurtres. Et seulement trois policiers et un procureur pour gérer tout ça.

Déjà, au départ, je trouve le cadre super angoissant. Je ne suis pas faite pour la vie rurale, et les histoires qui prennent place dans de tels endroits me donnent la chair de poule. Ensuite, dès le premier épisode, il est question de meurtre et de disparition. On y apprend également que le taux d’homicide y est beaucoup plus élevé que la moyenne nationale et malgré cela, aucun renfort n’est envoyé pour aider la police, à part un procureur un peu loufoque.

Je pensais regarder un ou deux épisodes pour voir ce que c’était, puis garder le reste pour plus tard, mais en fait, après deux épisodes, j’ai voulu voir le troisième, après lequel j’ai dû me raisonner pour aller me coucher. Je pensais avoir vu qu’il y avait 6 épisodes à la première saison, alors le lendemain soir, après le travail, j’ai continué, en me disant que si je regardais les trois derniers, je pourrais toujours me coucher à une heure acceptable. En fait, la première saison compte huit épisodes et cette nuit-là a été courte, car je n’ai pas su me raisonner et j’avais vraiment envie de connaitre la suite.

Je ne dirais pas que c’est la meilleure série qu’il m’ait été donné de voir, mais elle m’a bien plu. J’étais captivée du début à la fin et je vais regarder la deuxième saison sans hésiter. Selon moi, le scénario n’a pas toujours de sens mais cela ne me dérange pas. Tout n’est pas tout à fait clair à la fin de la première saison et il semblerait qu’il y ait un peu de supernaturel dans tout ça, mais ce n’est pas pour me déplaire.

Si vous aimez les ambiances angoissantes, les meurtres, le mystère, les enquêtes policières, accompagné d’un peu de fantastique, ça pourrait vous plaire. Et dans tout les cas, c’est bon pour votre français !

Série : Osmosis

Hier soir, j’ai regardé les deux premiers épisodes d’une nouvelle série française qui s’appelle Osmosis. Sur Netflix bien sûr.

J’avais envie que ça me plaise. Je voulais vraiment en dire du bien. Et avoir une série de plus à recommander à mes étudiantes. Mais le fait est que je me suis pratiquement endormie tellement c’était lent et qu’il y avait peu de dialogues. Je regarde toujours les séries et films français avec un cahier et un crayon pour prendre des notes quand j’entends des expressions intéressantes, qu’à mon avis mes étudiantes avancées ne connaissent pas. Ça me donne des idées. J’ai noté un mot en deux épisodes…

J’aime quand les dialogues sont riches et intelligents. Là, j’ai envie de dire pfffff. Je n’ai vraiment pas accroché. J’aime bien la science-fiction dystopique, et j’avais adoré Transferts, que j’ai regardé deux fois en une semaine le mois dernier, car je trouvais le thème, aussi bien que les dialogues, très intéressant.

Là, on nous parle d’une application qui permet de trouver l’âme sœur mais pour que ça marche, il faut avaler un implant. Les concepteurs de l’application ont accès à votre cerveau une fois que vous êtes implanté et je n’ai pas très bien compris sur quoi ils se basaient pour déterminer quelles personnes étaient des âmes sœurs. Si comme moi vous ne croyez pas aux âmes sœurs, vous aurez probablement du mal à être emballé par l’histoire. Par ailleurs, 7 milliards de personnes sur Terre, et les premiers implantés trouvent tous leur âme sœur dans la ville où ils vivent ? Hmmm…

L’histoire se passe évidemment dans le futur, mais c’est un futur assez bizarre. Je ne connais pas très bien Paris, mais les quelques images qu’on en voit laissent paraître une ville assez déserte. J’ai trouvé super difficile de rentrer dans l’histoire. J’ai persisté avec le deuxième épisode, mais j’ai trouvé tout ça trop brouillon et n’ayant pas beaucoup de sens, alors j’ai arrêté. J’étais à moitié endormie et j’ai considéré aller me coucher mais il était encore assez tôt, alors je me suis dit que j’allais pratiquer mon espagnol pour voir si je comprenais encore quelque chose. J’ai regardé deux épisodes d’une série mexicaine et celle-ci, je vais la continuer ! Beaucoup plus captivante que la série française, avec énormément de dialogues, et je comprends toujours l’espagnol, hourra ! Elle s’appelle La casa de las flores, si vous étudiez aussi l’espagnol. 🙂

Burn out

Non, ce n’est pas l’état dans lequel je me trouve ! C’est le titre d’un film français que j’ai regardé récemment sur Netflix quand j’étais malade.

Ce n’est pas un grand film avec un scénario extraordinaire, mais ça se regarde facilement et bien sûr, c’est intéressant au niveau linguistique. C’est une histoire de voyous, de drogue, de moto, etc. qui se passe en banlieue parisienne et la façon de parler des personnages est très familière. Vous entendrez des mots tels que bécane, came, taré, ordure, gerber, caillera (ça, c’est du verlan), condé, blaze, daron, etc.

Dans le contexte, on peut parfois deviner ce qu’ils signifient. Sinon, vous pouvez faire comme moi et prendre des notes pendant que vous regardez. Parfois, quand je suis assise, j’ai mon petit cahier, mais quand je regarde Netflix au lit ou allongée dans le canapé, je les note sur mon téléphone. Quand un mot vous interpelle, quand vous entendez une expression que vous ne connaissez pas, notez-la et cherchez sa signification plus tard.

Burn out, c’est l’histoire d’un jeune homme, Tony, passionné de moto qui espère devenir professionnel. Un type sympa. Et très mignon aussi. 🙂 Il a un fils mais il n’est plus avec la mère. Elle, elle a de mauvaises fréquentations et se retrouve dans une situation très dangereuse. Elle est menacée de mort par des trafiquants de drogue. Tony décide de l’aider et il se retrouve à devoir transporter de la drogue entre la France et les Pays-Bas à moto pendant deux mois.

Comme je l’ai dit plus haut, le scénario ne casse pas trois pattes à un canard, mais le film ne demande pas une activité cérébrale extrême, vous pouvez facilement vous concentrer sur la langue sans avoir à faire trop d’efforts pour comprendre l’histoire.

Donnez-vous un objectif avant de regarder le film. Cela peut être : apprendre 10/15/20 nouveaux mots, repérer 5 subjonctifs, repérer un certain type de structure grammaticale, repérer les liaisons, etc., selon votre humeur.

Transferts : série de science-fiction

Récemment, j’ai dû m’arrêter de travailler un peu à cause d’une grippe horrible et je ne pouvais pas faire grand-chose de plus que de rester allongée au lit ou sur le canapé à regarder Netflix. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps devant After Life, la nouvelle série de Ricky Gervais, que je recommande à tout le monde (mais c’est en anglais). Et j’ai regardé deux fois les six épisodes de Transferts, série française de 2017 dont je n’avais jamais entendu parler avant de la découvrir sur Netflix ! J’ai regardé une fois toute seule quand j’étais fiévreuse, et une deuxième fois parce que je voulais absolument que mon mari la regarde aussi. Et aussi parce que l’acteur principal est canon et que j’avais bien envie de repasser six heures à l’admirer 🙂

C’est une série qui m’a fait beaucoup réfléchir. Si vous me connaissez un peu, vous savez que j’ai une certaine fascination pour les dystopies et cette série était donc faite pour me plaire.

C’est l’histoire d’un homme, Florian, qui se retrouve dans le coma pendant cinq ans et se réveille dans le corps d’un autre et dans un monde qui a connu tellement de changements que Florian ne comprend rien à ce qui lui arrive au départ. Les avancées scientifiques ont permis de découvrir que l’esprit pouvait être séparé du corps et transféré dans un autre corps. Les transferts thérapeutiques ont été légaux pendant quelque temps puis sont devenus illégaux à cause de complications. Les thèmes abordés sont multiples et on peut facilement faire des parallèles avec l’actualité de notre monde.

Florian se retrouve dans le corps de Sylvain Bernard, un policier de la brigade anti-transferts et ne doit révéler sa véritable identité à personne tout en essayant de faire sens d’un monde qu’il ne reconnaît pas mais où la corruption a toujours une place de choix.

Cette série vous permet de pratiquer votre compréhension orale pendant six heures et vaut vraiment la peine d’être vue !

Plan cœur

La semaine dernière, une de mes étudiantes m’a parlé de cette nouvelle série française sur Netflix. Je me suis empressée d’aller vérifier si elle était disponible dans mon pays et j’ai été très contente de voir qu’elle l’était ! 

Du coup, j’ai téléchargé quelques épisodes sur ma tablette car je devais être sur la route quelques heures le lendemain et que je suis malade si je lis en voiture, en bateau ou en bus. Par contre, je peux regarder des films sans problème et si les images bougent trop, je peux juste écouter. 

C’est une mini-série de seulement 8 épisodes d’à peu près 26 minutes. L’intrigue est facile à suivre. Et même si ce n’est pas la série du siècle et qu’elle n’a rien de très original, je l’ai trouvée divertissante. J’avoue que j’ai téléchargé le reste des épisodes en rentrant et que je l’ai finie d’une traite. Pour les besoins de mon travail. Evidemment. 🙂

D’un point de vue linguistique, elle est intéressante car truffée de mots et d’expressions appartenant au langage familier. Pas facile du tout pour les apprenants qui n’ont pas l’habitude de ce genre de langage. Ce qui est le cas de la plupart des apprenants. Même pour moi, ce n’était pas toujours évident car je ne m’exprime pas tout à fait de cette façon. 

Pour vous, c’est l’occasion d’enrichir votre vocabulaire familier et de pratiquer votre compréhension orale en appliquant les conseils que je donne à la fin de ce post

Pour ce qui est de l’histoire, c’est celle d’une jeune femme, Elsa, qui ne s’est toujours pas remise de s’être fait plaquer par son ex deux ans auparavant. Elle pense toujours à lui et n’arrive pas à passer à autre chose. Alors une de ces amies décide de prendre les choses en main et de payer quelqu’un pour remettre Elsa sur le droit chemin. Comédie sentimentale, probablement plus pour les femmes que les hommes, mais linguistiquement, c’est intéressant pour tous !

Voici la bande-annonce