Testez votre vocabulaire en 5 minutes

Voici un petit défi que j’essaierai de vous proposer régulièrement. Chronomètre en main, essayez de trouvez 3 mots pour chaque catégorie en 5 minutes maximum.

C’est une bonne façon de tester votre vocabulaire et votre capacité à penser vite en français.

5 minutes, pas plus ! C’est parti :

Endroit, lieu

En anglais, on utilise beaucoup le mot “place“:

  • I went to a great place this weekend.
  • This park is my favourite place in the city.
  • She bought a new place in the suburbs.

En français, on a aussi le mot “place” et s’il peut parfois être traduire le mot anglais, ce n’est pas toujours le cas. Dans ces exemples, a place ne peut pas être traduit par une place en français. On dirait plutôt :

  • Je suis allée dans un super endroit ce week-end.
  • Ce parc est mon endroit préféré en ville.
  • Elle a acheté une nouvelle maison en banlieue.

Lieu est un synonyme d’endroit que les étudiants tendent à utiliser quand ils ont compris que place n’était pas correct, mais comme je l’explique souvent, on a tendance à utiliser endroit plus fréquemment que lieu. Lieu n’est pas incorrect, mais je dirais qu’endroit est plus naturel.

Cependant, on parle de lieu de travail, pour désigner l’endroit où l’on travaille.

Parler de chaussures

Quand vous étudiez le français à un niveau avancé et souhaitez vous exprimer avec précision, il est nécessaire de connaître beaucoup de vocabulaire. Et il est important de l’utiliser pour le pratiquer. Ce que je vois souvent chez les étudiants et étudiantes qui préparent le DALF, c’est qu’ils et elles n’osent pas prendre trop de risques, de peur de se tromper, et par conséquent, utilisent un vocabulaire assez basique dans leurs exposés à l’oral.

C’est pourquoi il peut être intéressant de vous demander parfois si vous êtes capables de nommer 10 noms plus précis en partant d’un nom générique, tel que chien, chat, oiseau, chaussure, bruit, personne, magasin, nourriture, etc.

Voici un exemple avec le nom chaussure.

Dans cette liste, certains termes désignent un type particulier de chaussures (botte, par exemple), d’autres appartiennent au langage familier et signifie tout simplement chaussure (godasse, par exemple).

Selon le contexte, selon le ton de ce que vous dites ou écrivez, avoir un répertoire étendu de synonymes vous permettra d’adapter votre langage et d’être plus précis

Connaissez vous les noms ci-dessus ? Savez-vous distinguer ceux qui désignent un type de chaussure en particulier de ceux qui sont des synonymes mais appartiennent au langage familier ?

  • un soulier = une chaussure (je crois que ce terme est plus utilisé au Québec qu’en France – On le retrouve aussi dans la chanson Petit Papa Noël)
  • un mocassin : loafer
  • un escarpin : stiletto OR pump
  • une pantoufle : slipper
  • une mule : mule (facile !)
  • un sabot : clog
  • une botte : boot
  • une bottine : ankle boot
  • une sandale : sandal (facile !)
  • une espadrille : espadrille (encore facile !)
  • une savate : an old shoe or an old slipper
  • godasse, pompe, tatane, grolle, godillot et croquenot sont tous des termes familiers signifiant chaussure, les deux derniers désignant plutôt de grosses chaussures (on ne les utiliserait pas pour désigner des escarpins par exemple).

Pour ma part, les deux synonymes familiers que j’utilise le plus sont pompes et godasses, car je n’aime pas trop les autres. Et je me rends compte que j’ai complètement oublié de mettre des baskets dans ma liste, qui sont pourtant les chaussures que je porte le plus quand je ne porte pas de sandales ! Les baskets sont des chaussures de sport, que l’on peut porter pour faire du sport ou pour le confort !

Reformulation : mettre

Comme j’en avais parlé dans un post il y a quelque temps, la reformulation est une compétence que vous devez travailler sérieusement si vous souhaitez passer les examens du DALF. Et aussi si vous voulez parler le français à un niveau vraiment avancé.

Reformuler, c’est exprimer un énoncé avec d’autres mots, d’autres structures, sans en modifier le sens.

Les verbes avoir, être, faire et dire sont parmi ceux les plus utilisés par les étudiants. C’est aussi le cas du verbe mettre.

Récemment, une étudiante me disait que c’était difficile de trouver une place où mettre sa voiture. Elle n’a pas encore un niveau très avancé, alors elle ne connaissait pas le verbe garer. Mais au niveau DALF, on s’attend à ce que vous connaissiez un tel verbe.

Voici quelques exemples de reformulation du verbe mettre :

  • J’ai mis la voiture devant la maison. = Je me suis garée devant la maison.
  • Je suis allée mettre de l’argent à la banque hier. = J’ai déposé de l’argent à la banque hier.
  • J’ai mis de l’argent dans sa nouvelle entreprise. = J’ai investi dans sa nouvelle entreprise.
  • Elle a mis les draps dans le placard. = Elle a rangé les draps dans le placard.
  • Il a mis discrètement 20€ dans la main du serveur. = Il a glissé 20€ dans la main du serveur.
  • J’ai mis des lumières partout dans le jardin. = J’ai installé des lumières partout dans le jardin.
  • Mets un pull et viens dehors avec moi deux minutes ! = Enfile un pull !
  • Elle a mis le trouble dans mon esprit. = Elle a semé le trouble dans mon esprit.
  • Elle a mis quatre ans pour faire sa recherche. = Elle a consacré quatre ans à sa recherche.
  • Tu peux mettre tes affaires ailleurs s’il te plaît ? = Tu peux déplacer tes affaires ?

Reformulation : avoir

Quand je corrige les écrits de mes étudiant(e)s qui se préparent aux examens du DALF, la première chose que je fais, c’est de souligner tous les verbes conjugués. Quand je vois plus de deux verbes être ou plus de deux verbe avoir, je fais la grimace. Aux niveaux C1 et C2, vous devez démontrer que vous avez un vocabulaire étendu, et la capacité à utiliser des structures variées. Si beaucoup de vos phrases sont de simples sujet + verbe + complément, et qu’en plus les verbes être et avoir reviennent régulièrement, on est en droit de se demander si vous avez vraiment un niveau avancé. Pareil avec faire, dire et mettre …

Je conseille toujours à mes étudiants de reformuler leurs phrases avec être ou avoir comme verbe principal. Et comme d’habitude, plus on pratique, plus cela devient facile !

Quelques exemples : 

  • Elle a une jolie robe aujourd’hui. = Elle porte une jolie robe.
  • J’ai eu mon diplôme ! = J’ai obtenu mon diplôme.
  • Cet article a trois parties. = Cet article comporte trois parties.
  • J’ai beaucoup de peine pour elle. = J’éprouve beaucoup de peine. 
  • Il a eu des cadeaux pour son anniversaire. = Il a reçu des cadeaux.
  • Elle a très bonne réputation. = Elle jouit d’une bonne réputation.
  • Ils ont plusieurs maisons. = Ils possèdent plusieurs maisons. 
  • Depuis qu’il travaille à mi-temps, il a plus de temps pour faire du sport. = Il dispose de plus de temps. 
  • Son amie a une bonne influence sur lui. = Elle exerce une bonne influence. 
  • Les universités françaises ont des bourses pour les élèves avec peu de moyens. = Elles offrent des bourses. 
  • Elle a une vie folle. = Elle mène une vie folle.
  • C’est un Kényan qui a le record du monde de marathon. = C’est un Kényan qui détient le record.
  • Le film a eu un grand succès. = Il a remporté un grand succès. 
  • Elle a eu des mots gentils pour lui. = Elle a prononcé des mos gentils.
  • Il a eu un cri de surprise. = Il a poussé un cri.  

Ces quelques exemples sont assez simples et si vous préparez le DALF, vous devriez être capables de penser ainsi. Amusez-vous de temps en temps à essayer de reformuler vos idées, surtout quand vous remarquez que le vocabulaire que vous avez utilisé était trop simple. 

Parler d’argent

Dans l’article sur les jeux à gratter dont j’ai parlé il y a trois jours, nous avions un synonyme familier du mot argent : le blé. En connaissez-vous d’autres ?

Si vous suivez les actualités françaises, vous avez peut-être entendu parler d’une phrase prononcée par Macron il y a quelques mois, dans laquelle il parlait du pognon de dingue (= beaucoup d’argent) dépensé en aides sociales. Cette sortie du président français avait fait couler beaucoup d’encre et provoqué de nombreuses critiques en France.

Le pognon, tout comme le blé, fait partie du registre familier. Nous avons beaucoup de synonymes dans le même registre. Personnellement, j’utilise le fric et la thune. Parfois je parle de sous (masculin pluriel). D’autres parlent de flouze (masculin), de maille (féminin), d’oseille (féminin), de fraîche (féminin), de pépètes (féminin pluriel), de pèze (masculin), etc. La nouvelle génération emploie probablement des mots dont je n’ai pas conscience. 

Quand on n’a pas d’argent, on peut dire qu’on est fauché (comme les blés) ou encore qu’on n’a pas un radis ou qu’on est à sec. Il m’est aussi arrivé de dire que je n’avais pas un rond. On reste ici encore dans le registre familier. 

Nous avons aussi beaucoup de vocabulaire faisant référence à l’argent dans les registres courant et soutenu.

  • Quand on travaille, on touche un salaire. On peut aussi parler de rémunération ou de revenu. L’impôt que l’on paie sur son salaire s’appelle l’impôt sur le revenu. On parle aussi de paye (ou paie – les deux orthographes sont autorisées). Quand on est salarié d’une entreprise, on reçoit généralement sa paye à la fin du mois et on peut voir en détails quels sont les charges diverses associées à notre salaire sur une fiche de paye. Le jour de paye est en général très attendu des employés. 
  • Les personnes exerçant une profession libérale (médecin, avocat, notaire, etc) touchent des honoraires tandis que les acteurs touchent un cachet. Les actionnaires d’une entreprise reçoivent des dividendes. Autrefois, les domestiques touchaient des gages (= c’est un mot que l’on retrouve dans la littérature, mais que l’on n’utilise plus.) Si vous avez de la chance, votre employeur vous versera peut-être une prime à Noël. 
  • Si vous êtes locataire, vous devez payer un loyer. Vous avez probablement dû payer une caution à votre propriétaire avant d’emménager. Si vous êtes propriétaire, vous avez peut-être acheté votre maison grâce à un prêt bancaire. En tout cas, vous devez sûrement payer des factures tous les mois, d’eau, d’électricité, de téléphone, etc.
  • Les étudiants qui n’ont pas les moyens de subvenir à leurs besoins peuvent demander une bourse
  • En cas de divorce, un des parents verse habituellement une pension alimentaire au parent qui a la garde des enfants. S’il refuse de payer alors que le juge le lui a ordonné, l’autre parent peut demander des dommages et intérêts (il me semble).
  • Au restaurant, vous devez payer l’addition avant de partir et si vous avez apprécié le service, les serveurs apprécieront un pourboire. Il n’est pas obligatoire en France car le service est supposé être inclus dans le prix. Je ne sais pas, toutefois, si l’on peut demander une réduction en cas de service grossier et désagréable…
  • Quand j’étais petite, tous les ans, en fin d’année, les pompiers et le facteur faisaient la tournée des maisons des communes dans lesquelles ils travaillaient pour vendre leurs calendriers et chercher leurs étrennes. Il n’y avait pas de prix fixe. Les habitants leur donnaient une somme d’argent qu’ils pouvaient se permettre pour les remercier de leurs services. Je ne sais pas si cela se fait encore, il faudra que je me renseigne. Habituellement, les concierges reçoivent aussi des étrennes en fin d’année de la part des habitants de leur immeuble.  

Cela fait beaucoup de vocabulaire pour un seul post, et il y en a encore énormément dans le champ lexical de l’argent ! En France, on n’aime pas parler d’argent. On a pourtant beaucoup de mots pour en parler !